8/10

Abara

Rendu célèbre par Blame !, sa série culte, Tsutomu Nihei est devenu un auteur de SF incontournable, au graphisme et à la mise en page uniques. Avec  Abara, Nihei prolonge les délires cauchemardesques de Blame ! En mettant la barre encore plus haute. Une véritable claque visuelle

Fort de son succès malgré les remous provoqués par des titres comme Blame et Noise, Tsutomu Nihei nous revient en force après une parenthèse du côté des comics (Wolverine SNIKT !!). Pour cela, il débarque avec Abara dans son style le plus pur mêlant violence insoutenable et SF avant-gardiste. Usant de son coup de crayon impressionnant, le mangaka signe une nouvelle oeuvre courte pour laquelle chaque case est une réussite graphique et encore une fois avec un scénario énigmatique...

Monstres et compagnie

Abara
Abara
Les Shirogauna sont des créatures mutantes se métamorphosant qui sèment la terreur dans une cité futuriste. Partant de leur colonne vertébrale, une armure faite d'ossements indestructibles enveloppe le corps de leur propriétaire et se déploie dans toutes les directions, attaquant toute forme de vie à proximité. Quelle est l'origine de cette monstruosité ? Une femme et un homme vont tenter de percer de secret...

La noirceur du manga est frappante à tout point de vue, aussi bien par son aspect graphique dégageant un côté sombre dans lequel les monstres se distinguent difficilement que par son côté scénaristique. Sans donner d'explications aux faits, Tsutomu Nihei ouvre son manga à la monstruosité de tout poil, chaque personnage possède son côté malsain à des degrés divers et le manichéisme est à cent lieux de pouvoir se faire une place dans un univers difficile à appréhender. Post-apocalyptique ou apocalyptique tout court ? Encore une fois les réponses manquent car tout est suggéré, excepté la violence latente dont le mangaka nous fait profiter à travers son intrigue. L'intrigue peut paraître relativement simple (un règlement de compte entre monstre avec les bons et les méchants) ou extrêmement compliqué (une lutte pour l'émancipation des êtres vers la liberté, un peu à la Matrix). La relativité des propos offert par Nihei réside dans le pouvoir de suggestion dont il sait manifestement faire preuve, même si la ressemblance avec Wolverine SNIKT !! saute aux yeux.

Violence noire

Et tout ça dans un joyeux bain de sang. Les scènes de combat s'accumulent avec une exhibition perfide de la violence. Presque gratuite... si le scénario ne maniait pas avec autant de subtilité le sens de ce terme, tombant tout de même parfois dans l'excès. Selon le point de vue duquel on veut bien se placer, la violence se justifie ou pas. En tout cas, Abara ne fait pas dans la dentelle et ce monde digne d'un roman d'anticipation gagne en profondeur à chaque page concédée. L'aspect monstrueux des combattants n'apparaît dès lors que comme un reflet musclé des humains les contrôlant et l'organisation chargée de défendre la cause humaine souffre de l'a priori du mystère malveillant. Plusieurs lectures peuvent être données à Abara et c'est bien ce qui fait tout son charme.

Nihei n'a rien perdu de sa superbe. Le graphisme est conséquent, dense. Chaque case est un régal avec un trait travaillé et mettant en avant tous les côtés forts de l'auteur. chara design et remplissage sont de premier ordre, permettant d'avoir une fureur sombre omniprésente tout au long de la lecture. Le côté malsain est permanent et ressort à travers un découpage développant à souhait l'importance de la noirceur au regard de l'auteur. Les multiples traits de construction imprègnent d'autant plus cet univers de son côté horrifique que Nihei en rajoute une couche par des demi-pages flamboyantes de grandeur.

Abara montre ce que Tsutomu Nihei sait faire de mieux : créer un univers hors du temps et horrifique mettant à mal la classe humaine. Noir et inquiétant, le manga saura trouver son public chez des fans déjà avertis, chose que Glénat a bien compris. Ce sera aussi l'occasion de (re)découvrir les oeuvres précédentes de l'auteur...

A découvrir

Suikoden III

Partager cet article

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • Goumiliov Le Kuskoy

    25/04/2007 à 21h59

    Répondre

    Nihei is back ... AAARRRGGHHH !!! *______*
    *court a la fnac meme si c'est fermé on sait jamais*

  • Anonyme

    26/04/2007 à 04h48

    Répondre

    Pour la première fois de ma vie, j'ai acheté un manga sans l'avoir ouvert avant.
    Seul un auteur comme Nihei peut inspirer autant confiance;

    Après lecture:
    C'EST D'LA TUERIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE......

  • Prospero

    26/04/2007 à 08h03

    Répondre

    Vi. Je vais aller dans le sens de la foule en délire,

    Moi aussi, j'aime bien.

  • Goumiliov Le Kuskoy

    26/04/2007 à 20h27

    Répondre

    Exac le chat ! C'esvrai ue ça m'etais jamais arrivé ...Ah si, por death note aussi, mais j'avais deja l'anime dan la peau. Et pour Lone wolf and Cub, mais là, bon, la reputation fait le tout ^___^

    J'en profitepour poser une question : j'ai reussi trouver "Noise" sur le net. Mais "Wolverine Snikt!, que dalle, rien, aucunes traces. Je voulais avoir si quelqu'un avait une idée de l'endroit où trouver ce bouquin ? Mekiii plein.

  • juro

    26/04/2007 à 21h07

    Répondre

    (dit-il fièrement)

  • Goumiliov Le Kuskoy

    27/04/2007 à 20h41

    Répondre

    XD merci Djak mais moi debuté en franchaiche et pas m'avoir bien exprimé Je voulais savoir où il etait possible de se le procurer ... puisque meme sur amazon c'est mort ... ebay a surveiller mais faut pas trop rever ^_________^

    Merci quand même pour l'espoir

  • Goumiliov Le Kuskoy

    28/04/2007 à 00h38

    Répondre

    Bon be je vais faire toutes les FNAC de PAris, de Brest, je vais aller voir dans les libairies album et je vais squatter Konci ... Merciii ^^

  • Prospero

    28/04/2007 à 11h27

    Répondre

    Moi mes librairies spécialisées passent leur temps à me refiler du HK. Alors je me venge et je les dénonce pour recel de faux, enfin bref, tout ça pour dire que moi, je l'ai acheté sur E-bay, mais que tout de même, je suis pas sûr que la même occasion peut se reproduire à deux reprises, mais après, c'est toi qui choisis, hein, je ne suis pas à ta place, je ne suis guère qu'une consommatrice moyenne qui essaie d'échapper à la malédiction du KH, qui, comme chacun sait, est la plaie du mangaphile moderne, comme je le disais justement l'autre jour à un libraire qui me répondait qu'il ne savait pas ce que c'était alors qu'il en vendait et je le soupçonnais d'être de mauvaise foi, et la mauvaise foi, c'est mal, mais dans un accès de faiblesse je ne suis pas allée tout de suite à la police pour le dénoncer, pauvre de moi, parce qu'après tout s'il disait vraiment vrai, je sais, cette tournure est horrible, et qu'il avait une amende pour recel de faux alors qu'il était de bonne foi et tout innocent et que ce serait de ma faute et que les hériters ruinés me maudiraient jusqu'à la septième génération, comme il fut fait sur les rois maudits dont la dernière adaptation est une daube malgré l'apparition de Jeanne Moreau, qui a beaucoup vieilli depuis "Le Procès", de Welles, puisque ce film était il y a cinquante ans et que depuis des pellicules on coulé sous les ponts, enfin, façon de parler, si elles avaient vraiment pu couler l'humanité aurait été soulagée d'un grand fléau, en vérité, car qui voudrait revoir Taxi III ou Catwoman, enfin me direz-vous depuis Welles y'a quand même eu des bons films, ce à quoi je répondrai que peut-être mais que pour un Stanley Kubrick combien de Luc Besson, hein, je prends des exemples extrêmes pour que vous voyiez bien, et je ne suis pas passéiste, non, du tout, sans quoi à chaque sortie je ne me précipiterai pas dans mon cinéma pour voir les dernières sorties toutes daubes qu'elles fussent, au prix la plupart du temps de l'intégralité de mon argent de poche, gagné avec dur labeur durant des vacances où je devrais préparer puisque je suis en prépa et qu'en prépa on travaille pour avoir des concours prestigieux, ou, dans la plupart des cas, pour rater lesdits concours prestigieux et le raconter au coin du feu à ses petits-enfants, petits-enfants que je n'aurai pas car je n'ai pas l'intention d'avoir des enfants, déjà, pourquoi répandre une plaie telle que mes gènes dans l'humanité alors que je pourrais m'abstenir, sans compter le mythe de la femme au foyer et son pendant, le mythe du prince charmant, que j'abhorre avec passion, et pourtant dieu sait quils sont nombreux ceux qui mon dit que jétais la femme de leur vie la mère de leurs enfants, alors là laissez-moi rigoler, ya vraiment quà Passy quon voit ça, une telle ridiculerie éhonté et de mauvais aloi, qui se cache derrière les dehors de la bonne éducation, dont je pourrais dire au passage des choses, si je nétais pas polie, qui feraient trembler les foyers Versaillais, mais je suis accommodante, moi, si on ne mattaque pas je nattaque pas, dailleurs je suis pacifiste, antimilitariste et objectrice de conscience, et le seule chose contre jai jamais livré bataille est mon clavier, qui commence après ce monologue à montrer des signes de fatigue, bien quil soit solide, ce clavier, un Dell comme je les aime, avec des bonnes grosses touches pas ergonomiques pour deux sous qui produisent un bruit de tonnerre quand on frappe et qui donnent limpression dêtre dans ces bureaux de journalistes du dix-neuvième siècle, qui ont un charme indubitable, à linstar de ce manga que jaime bien malgré un scénario un peu faiblard.

  • juro

    28/04/2007 à 11h33

    Répondre

    Tu m'as appelé Djak ? Ca mérite presque le bannissement ça
    Le manga est dispo dans toutes les bonnes librairies pourtant

  • Goumiliov Le Kuskoy

    28/04/2007 à 17h48

    Répondre

    Je te jure, ô juro, que je n'ai pasz fait expres (cette blague merite le bannissement ^^). Pour SNIKT, j'ai reussi a le trouver au virgin des champs ... sportifs quand même. Rien dans les Fnac, Konci ni Virgin Louvre. M'efin bon, je l'ai, je vais pouvir me le farcir ce soir hors des scans. Merci pour les conseils en tout cas.

    2eme mission : l'artbook !!! XDDD J'irai a Nautilus un de ces 4, je pense que ça va le faire.

    Prospero ... j'ai lu tout ton texte ^^ c'est la chose la plus intelligente que je puisse dire dessus ^______^ En tut cas felicitations pour les associations d'idées, bien qu'on sente que sur la fin ça cherche une idée pour recoller le sujet ^__^. Chtite qustion tout de même, un HK ou KH, ça veut dire quoi ? Un Konnard d'Houvrage ? Une Himmonde Kopie ?

    Merci ^^

  • Prospero

    28/04/2007 à 18h28

    Répondre

    "Voilà, je casse le suspense tout de suite: quand on dit "un DVD HK", "un CD HK", "un garage kit HK", "une poupée gonflable HK", ça veut dire qu'on parle d'une contrefaçon. HK étant pour les initiales "Hong Kong", puisque la Chine est un pays mondialement réputé pour sa muraille, sa bouffe et ses imitations. Ironiquement, c'est surtout à Taiwan que le HK est activement vendu...
    Je suis pas là pour faire le boulot des douanes, hein. Normalement, ils se chargent de garder aux frontières les peluches où Pikachu a les joues bleues et où les jaquettes sont mal imprimées. Sauf que quand ça passe, on les retrouve dans des boutiques que l'on croit honnêtes, alors qu'en fait elles sont tenues par les suppositoires de Satan.

    Beaucoup de magasins hébergent du matériel HK sans même le savoir (ou sans l'admettre, ça dépend). Mais pourquoi s'en soucier? Tout d'abord, et c'est écrit au-dessus, parce qu'il s'agit de contrefaçons, de bootlegs. Du matériel non-officiel généralement fabriqué en Chine et à grande échelle... mais jamais de grande qualité. Qu'il s'agisse de l'image, du son, du papier, tout est réduit au plus petit dénominateur commun. Si vous achetez cette marchandise, vous payez pour un sous-produit. Et quitte à débourser de l'argent, autant que ce soit pour du bon travail, non? Nous sommes nombreux à considérer que les éditeurs français ne font pas toujours de leur mieux et c'est à cause de ça que nous nous orientons vers l'import. Et c'est vrai: les japonais font du bon boulot. Cher, mais bon. Sauf que les enseignes prennent un malin plaisir à mélanger "vrai" japonais et "faux" chinois..."

    Source : raton-laveur.net

  • Goumiliov Le Kuskoy

    28/04/2007 à 23h52

    Répondre

    Ah benmerci ^^ J'avais pensé a HK = = hacké, j'étais pas loin ^__^
    Et comment, dite dites dites, qu'on reconnaisces vilaines choses pour pas qu'elles inissent dans es collections si pretigieues ?

  • Kil.Art

    15/03/2012 à 15h16

    Répondre

    Juste génial !

    En 2 petits tomes, Nihei nous émerveille avec une oeuvre graphique et noire.

    Au-dela de celle affichée, c'est surtout la violence passive qui choque, car ici tout est dur et violent.
    Le monde de Abara est impitoyable et froid, et ne laisse pas de place a une quelconque morale ou sentiment d'humanité.

    C'est personnellement le type de manga que j'apprécie tout particulierement, car le dessin est époustouflant, et Nihei prouve encore une fois qu'il n'est pas nécessaire d'avoir des "Bulles-Off" ou des dialogues insipides pour transmettre l’atmosphère et un ressenti au lecteur.

    C'est une oeuvre directe qui fascine et intrigue par la peur et le malaise qu'elle transmet un peu comme l'appréhension d'un parachutiste au moment de s'abandonner au vide et pourtant une fois terminé on en redemande !
    http://manga.krinein.com/-6020/abara-6044.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques