4/10

Angel Nest

Le retour de l'ange d'Erica Sakurazawa. Pas mieux que le premier.

Erica Sakurazawa n'en est plus à son coup d'essai. D'ailleurs, elle nous avait déjà fait partager les aventures de son ange muet dans Angel sans nous convaincre en raison d'intrigues plates et résolument inachevées. Alors avec Angel Nest, on ne pouvait pas s'attendre à un brutal changement de ton ni d'ambiance. Le fait est là et le one-shot ne constitue rien de plus qu'une sorte de prolongation d'un phénomène ayant bien marché commercialement au Japon. Chose d'autant plus étrange, l'ange ne constitue même plus le dénominateur commun entre chaque histoire.

Angelus

Angel Nest
Angel Nest
Après 5 ans de vie commune, Natsu et Ken se séparent car Ken est amoureux d'une autre femme. Dans l'appartement qu'elle partageait avec son ex-ami, alors qu'elle ne trouve pas le sommeil, Natsu voit apparaître devant elle Angel, jeune femme silencieuse dont le dos s'orne de deux ailes ! Angel s'installe avec la jeune femme et partage son quotidien. Mais Natsu n'est pas au bout de ses surprises, la maîtresse de Ken qui ne souhaite pas s'engager avec le jeune homme décide également de s'installer chez Natsu... Suivront plusieurs intrigues de même nature...

Et ces histoires se succèdent entre histoires d'amour tourmentées et amitié ambiguë mettant en scène des femmes très souvent perdues dans leurs pensées ou dans leur vie, comme une sorte de recherche d'un nouvel idéal. Les pots cassés se soutiennent les uns les autres et l'ange féminin se pose justement comme leur intermédiaire pour leurs rencontres de propos. Ses apparitions muettes avec un visage impassible ne demeurent que sporadiques et souvent inutiles à la progression de l'histoire. On se retrouve avec un schéma identique à chaque fois : un personnage se remet en question avec l'espoir d'améliorer sa condition de départ. Erica Sakurazawa opte encore pour un point de vue positif en proposant des dénouements heureux, gentillets, plats. Et au fur et à mesure, l'ange s'éclipse d'elle-même des intrigues pour ne devenir qu'un figurant intermittent.

Des ailes pour le paradis

Qualités et défauts sont similaires à ceux d'Angel. Ce nouveau one-shot n'apporte rien de particulier au précédent. Il constitue uniquement un prolongement d'intrigues sans fil rouge ni saveur, et encore moins d'intérêt. C'est presque l'ennui qui se dégage de la lecture d'Angel Nest avec l'impression d'assister à une redite. Rester sur sa faim, c'est peu dire car la succession de scénarios plats ne permet tout simplement que de se mettre un apéritif sous la dent.

Même histoire, même trait. Angel Nest reproduit le trait simple à l'identique ainsi que le peu de remplissage tout en conservant ces personnages complètement cassés au design sans envergure. La mangaka passe le plus clair de son temps à rééditer des images déjà vues au cours de son précédent opus tout en tant tentant de combler son manque d'inspiration par des poses naïves de ses personnages.

Angel Nest n'améliore en rien Angel et reproduit un schéma fallacieux qui a bénéficié d'une deuxième chance uniquement en raison de son aspect kawaï faisant mouche auprès de son public si particulier. Malheureusement, cette exploitation sans vergogne d'un titre déjà fort moyen ne possède pas la qualité nécessaire pour permettre de passer un moment agréable.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques