4.5/10

Angel

Pour se refaire une cure de jôsei tout ce qu'il y a de plus conventionnel, faîtes appel à Erica Sakurazawa.Angel représente un one-shot tout en finesse et en non-dits manquant pourtant de punch et de vivacité

Pour se refaire une cure de jôsei tout ce qu'il y a de plus conventionnel, faîtes appel à Erica Sakurazawa. La mangaka ne déroge pas à sa règle de nous offrir des histoires simples dans lesquels les sentiments de ses personnages prennent un tournant larmoyant. Des liens se créent amicalement, familialement, amoureusement avec un personnage central d'ange muet. Sous forme de chapitres, Angel représente un one-shot tout en finesse et en non-dits manquant pourtant de punch et de vivacité.

L'ange samaritain

Angel
Angel
Katô habite Tokyo, dans un petit appartement, travaille dans un combini, sort avec ses amis, vit sa vie. C'est apparemment un jeune homme comme les autres, sauf qu'une nuit, dans un bar, il fait la rencontre d'une étrange jeune fille à la beauté lumineuse. Il va découvrir qu'elle est un ange, au sens propre comme au figuré. De son dos sortent, en effet, deux magnifiques ailes blanches. Angel s'installe chez Katô et partage le quotidien du jeune homme. Parfois, Angel délaisse Katô pour suivre d'autres personnes habitées par la solitude, des personnes pour qui elle est visible. Une lycéenne suicidaire, une petite fille et sa mère célibataire croiseront ainsi la route d'Angel...

A travers des petits scénarios aux longueurs variables, Angel fait son oeuvre, arrangeant les problèmes des contemporains croisant sa route, hommes et femmes de tout âge et condition, avec l'obtention du bonheur en prime. Sans dire un mot, elle égaye juste le quotidien des personnages par sa présence, leur donnant l'espoir et la force de faire face. Sans oublier de réconforter ceux qui en ont besoin. Tout en sobriété, les scénarios prennent des cas extrêmes pour essayer de tirer les larmes et les sentiments aux lecteurs. Si cela est raté pour la première tentative, le reste varie bon gré mal gré pour finalement faire progresser le fil rouge par bribes. L'histoire de Katô, jeune tokyoïte moyen, solitaire et ne croyant plus à grand-chose, trouve en son ange la volonté de poursuivre son existence sans se lamenter. Entre coup de blues et laisser aller mais l'aventure va amener beaucoup d'éléments intenses...

She's so lovely

Pas vraiment de thèmes à proprement parler car ceux-ci sont à peine effleurés (enfant délaissé, brimades scolaires, alcoolisme...) et tout est « émerveillé » par l'ange. Parfois avec un gros coup de gloss pour tout faire briller. Les problèmes se résolvent parfois un peu vite et en dehors de l'histoire principale, Angel ne trouve pas vraiment d'écho spécifique. La lecture n'apporte pas forcément beaucoup de satisfaction car elle laisse un vide assez notable au final avec l'impression de n'avoir pas assisté à un dénouement quelconque. La narration se fait par non-dits, regards, phrases courtes et expressivité des personnages mais sans qu'aucune magie ne s'en dégage véritablement par manque de rythme.

Erica Sakurazawa adopte le trait propre au jôsei avec un trait fin, donnant des personnages longilignes, plutôt plaisants à regarder, ressemblants à ceux de Yayoi Ogawa (Kimi Wa Pet) mais aussi avec beaucoup de défauts et un désintérêt à force de voir les mêmes types de personnages se succéder. Angel manque aussi sur ce point de ce point spécifique qui apporterait un plus au manga.

Angel n'est pas le one-shot rêvé pour le jôsei mais il apporte quelques histoires qui se lisent bien avant de retomber dans une simplicité toute juste. La qualité de l'édition laisse aussi à désirer avec des pages qui laissent transparaître le verso... Un tout petit manga qui ne parvient pas à se sublimer pour être considéré plus. Dommage car le début laissait entrevoir un potentiel pour créer une oeuvre qui aurait pu avoir de l'intérêt.

A découvrir

Yonen Buzz

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques