6/10

Ash & Eli T.1


Feu... ?
Lorsqu'il se réveille sans le moindre souvenir de sa vie d'avant, le jeune Ash, pour survivre, se transforme en homme à tout faire. Tour à tour garde du corps, menuisier ou cuistot, il sillonne le monde à la recherche de parcelles de son passé, accompagné de son fidèle cochon, Bou. Alors qu'il propose ses services aux habitants d'une petite ville, l'improbable duo croise le chemin d'Eli, chercheuse en mission pour l'armée. La jeune fille s'étonne de voir qu'Ash semble manier la magie sans respecter aucun des principes qui gouvernent son usage. Serait-ce grâce à ce mystérieux grimoire aux pages complètement blanches qu'il transporte toujours avec lui ? Quand il accepte de laisser la jeune fille l'accompagner, Ash ignore encore qu'il met le pied dans un engrenage sinistre qui fera de lui une cible de tous les instants pour l'armée et ses sbires…

Lorsque les éditions Ki-oon ont été créées, Element Line de Mamiya Takizaki était leur première parution. Autant dire qu'un long chemin a été parcouru depuis (c'était en 2004 si mes souvenirs sont bons). De plus en plus actives en termes de création, Ki-oon mise donc sur un auteur qui ne leur est pas inconnu pour nous proposer leur nouveau shônen

Si vous avez lu Element Linevous aurez le droit à un premier choc en ouvrant Ash & Eli lorsque vous verrez l'évolution du trait de l'auteur. Encrage très léger, dessins presque light, tout est simplifié au maximum et quand on sait ce dont est capable l'auteur, on se demande pourquoi. Que ce soit au niveau des personnages mais aussi des décors, on a l'impression que les objets n'ont pas de poids, la faute à un encrage qui laisse apparaître un trait fin et dépouillé qui aurait peut-être mérité un peu plus d'appui. Je dois avouer que je suis assez curieux de savoir si Mamiya Takizaki a bossé sur cette série avec des assistants (chose que je ne manquerai pas de lui demander lorsque je la verrai à Japan Expo). 

L'une des explications que j'ai trouvé, c'est le lectorat ciblé par le titre. On se rend très rapidement compte qu'Ash & Eli est destiné à un public assez jeune. Si ça ne tenait qu'à moi, j'irais presque jusqu'à classer le titre dans la catégorie kodomo. En fait, je le prends comme un shônen d'initiation au genre shônen. Le scénario ne fait pas de détour et on nous présente les personnages principaux (à savoir Ash et Eli) dans deux chapitres différents. Cette technique permet de donner autant d'importance à l'un qu'à l'autre. Alors qu'Ash apparaît comme un bon vivant, toujours prêt à aider son prochain, Eli semble beaucoup plus sournoise et son caractère d'enfant gâtée en fait un personnage assez difficile à apprécier (et ça ne va pas en s'améliorant d'ailleurs). Bon après, on peut peut-être rajouter Bou, le cochon, comme arme principale qui a le droit à pas mal de cases lui aussi. 

Ash & Eli est un shônen d'initiation. Il se laisse lire très agréablement mais n'apporte rien de nouveau au genre. Avec son histoire très simple (le début me fait beaucoup penser au début de Rave, la première série d'Hiro Mashima, avec Haru et sa "créature" qui rencontrent Elie et qui partent tous les trois en voyage) et ses personnages principaux contrastés, la série se place en "copie parfaite" d'un titre du genre mais il lui manque ce petit plus qui le ferait devenir indispensable. 

A découvrir

One Piece T.67

Partager cet article
A voir

Ash & Eli T.2

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques