8/10

Barakamon T.5

Maintenant qu'il a décidé de participer au concours Naruka, Seishû cherche la calligraphie qui lui permettra de rafler la première place. Seulement voilà, la pression est trop forte : paralysé par le stress, le maître n'arrive à rien ! Réquisitionné par le père de Miwa pour baptiser de son pinceau le nouveau bateau de la famille, il finit par se jeter à l’eau et oublie un moment son angoisse. Mais ses problèmes ne sont pas réglés pour autant : il lui reste encore à trouver le sujet idéal pour le concours…


C'est l'heure de la cueillette.

Dans ce volume, Seishû va souffrir ! Outre les problèmes avec son gaz, il va se perdre dans les bois (il va tomber dans un fossé et se fouler la cheville) et il va subir les foudres des gamins du village coup sur coup : frappes à la batte en mousse, ballons de balle au prisonnier... C'est dans la douleur que notre maître va réfléchir à son prochain projet de calligraphie et comme tous les grands artistes, il va trouver son inspiration dans la nature et produire une œuvre à la hauteur de sa sensibilité. Ce cinquième volume se déroule de manière plutôt tranquille et l'humour de la série n'a pas changé, ça fait toujours mouche et Naru est toujours là pour nous faire rire avec ses bêtises en série. La fin du volume nous montre que la suite sera différente puisque notre héros décide de quitter l'île. On ne sait pas si c'est définitif ou si c'est temporaire mais pour le moment, il est parti et... sans vraiment dire quoi que ce soit aux villageois. Est-ce que toute l'évolution que l'on a vu dans le personnage ne signifie rien ? J'avoue que ça m'étonnerait mais pour le savoir, il va falloir attendre le tome 6.

Avec ses moments de gros délires comme la partie de balle au prisonnier contre les sixièmes et son final véritablement imprévisible, ce cinquième tome de Barakamon est une lecture parfaite posé sur votre chaise longue, un rafraîchissement à portée de la main.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques