7.5/10

Basara

Basara se révèle être le parfait shôjo pour ceux ou celles qui sont allergiques aux histoires d'amour.

L'histoire

Année XXX dans un futur lointain...
A la suite d'une catastrophe inexpliquée, la civilisation est retournée à un niveau technique des années 1300 environ. Donc, on se retrouve ici dans le contexte d'un Japon fortement teinté de médiéval et Cie. Dans le sud-ouest désertique du Japon, Sarasa, fille du chef de clan, vit mal l'ignorance qu'on lui porte. En effet, depuis toute jeune elle doit accepter le fait que son frère jumeau passe en priorité. Pour cause, il est censé devenir l'élu qui mènera son peuple vers la terre promise.
Mais voilà, le Roi Rouge, souverain de la région ne l'entend pas de cette oreille et donc pour renforcer son pouvoir mène une expédition punitive contre le village de Sarasa.
Son village brûlé et son frère assassiné, Sarasa décide de se venger du Roi Rouge et pour cela elle prend l'identité et le rôle de son frère, l'élu.

Une agréable surprise

Basara
Basara
Basara
est à l'heure actuelle un des seuls shôjo du catalogue Kana. Avec son étiquette de shôjo et surtout sa couverture rose bonbon on aurait malheureusement trop vite fait de le classer dans la catégorie des mangas "gnangnan" et "fleur bleue" style Marmelade Boy.

Pour ma part, ce fut donc une agréable surprise de lire cette série. Yumi Tamura sait habilement mener son histoire en confrontant Tatara/Sarasa à de nombreuses péripéties. L'auteur fait ainsi preuve d'une imagination débordante tout en restant très cohérente, contrairement à d'autres séries comme Hunter X Hunter par exemple. On a ainsi vraiment le sentiment que la mangaka sait où elle met les pieds et qu'elle n'improvise pas pour rallonger sa série pour des fins commerciales.De plus, l'univers de Basara est vraiment riche. La mangakana nous propose un Japon alternatif varié dans ses décors, ses peuples et ses us et coutumes. Dépaysement total à chauqe région promis. Point final de cette maîtrise: le tout reste parfaitement cohérent.

Shônen ou shôjo?

Yumi Tamura se révèle réellement douée pour le mélange des genres. Elle sait avec facilité combiner l'aventure, l'historique et l'élément clé du shôjo : l'amour. En outre, la galerie de personnages secondaires ne cesse de nous faire penser que nous sommes en train de lire un shônen. Les personnages, très différents dans leurs styles sont dans l'ensemble bien réussis, variés et possèdent une certaine classe. Les combats sont légions, tout comme les péripéties auxqels sont confrontés le groupe de Sarasa.
Mais au fur et à mesure du développement de l'histoire de Basara, Yuri Tamura se plait à entremêler les histoires, passés des personnages et surtout leurs sentiments. L'auteur jouant ainsi avec leurs émotions prouve réellement que Basara est un shôjo. Elle aime à torturer (spirituellement j'entends) ses protagonistes et à utiliser à foison les coups de théatre et retournements de situation : caractéristques typiques des shôjo.

Mais...

Et oui, malheureusement il y a un "mais". En effet, si dans le fond la mangakana démontre ses talents, dans la forme cela est une tout autre affaire. Le style graphique de Yuri Tamura se révèle franchement particulier avec des planches très hétérogènes dans leur qualité. Ainsi, les pages fluctuent entre des dessins magnifiques et des dessins baclés aux airs de croquis et esquisses. Ces dessins sont alors illisibles et rendent certains passages illisibles. Décevant, quand on voit la qualité de ses illustrations en couleur.

En conclusion, Basara se révèle être le parfait shôjo pour ceux ou celles qui sont allergiques aux histoires d'amour (Mint Na Bokura). L'édition de Kana correcte si on passe sur les couvertures gachées vous comblera donc.

A ne pas jeter donc. Voir même à bien conserver donc.

A découvrir

Arms

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Shuri[ken]

    01/01/2005 à 13h40

    Répondre

    Mon manga préféré... le manga qui m'a fait découvrir les shôjos... le manga qui m'a arraché le plus de larmes.
    Il faut croire que c'est le destin qui m'a fait connaître ce manga : je me promenais dans le rayon manga du magasin [url=http://www.cultura.fr" title="Cultura">Cultura, les shônens me lassaient, j'avais envie d'essayer un truc différent. Je pris le manga possèdant [url=http://www.manga-news.com/IMG/jpg/basara_01.jpg" title="la couverture la plus laide du rayon">la couverture la plus laide du rayon (lol) : Basara 1. Je ne sais pas pourquoi, je l'ai acheté, comme ça, sans en avoir jamais entendu parlé, sans l'avoir feuilleté... Et put*** ! Je ne regrette pas mon achat, ça non ! L'histoire met en place un amour très shakespearien dans un futur qui ressemble plus à un passé, avec des rois, des guerriers et des chevaux... Il est d'ailleurs étonnant de voir comment Yumi Tamura a pensé à tout pour développer son univers, de la géographie à l'histoire en passant par la politique, la philosophie des personnages etc... D'ailleurs, parlons en des personnages, ce sont des personnages attachants et forts, qui évoluent constamment, avec un passé détaillé qui les rend d'autant plus ambigus... pas de bons ou de méchants, juste des humains.
    L'héroine principale loin d'être aussi niaise et puèrile que l'on puisse le penser possède un véritable charisme, telle Jeanne D'arc menant sa troupe. Une des meilleures héroïnes jamais inventées dans l'histoire du manga. Le dessin fut pendant les premières pages plutôt rebutant pour le lecteur de shônen que j'étais mais on s'y habitue très très vite et finalement pas mal de planches frôlent le DIVIN... Je regrette vraiment que les pages couleurs n'aient pas été conservées !
    A part ça, il est vrai que l'auteur pousse à la reflexion sur le devenir de l'Homme, sur sa condition d'humain et sur la politique. Seul défaut que j'ai recelé dans ce manga sublime, original et fantastique ? Et bien les couvertures Kana qui son honteuses ! Regardez les magnifiques artworks sur les jaquettes US et Jap' !!!
    Enfin, pour finir, je vous donne l'ordre de vous achetez les 3 premiers tomes sur le champ ! Certainement le shôjo immanquable par excellence (avec

  • Anonyme

    15/05/2007 à 19h28

    Répondre

    MON MANGA PREFERER sans aucune hésitation j'en ai deja lu plein plein et jen ai trouvé plein géniaux mais celui la est carrément sublimissime
    je n'ai rien a dire d'autre, c'est absolument a lire, génialissime

  • Anonyme

    12/06/2008 à 20h01

    Répondre

    TRES TRES BEAU!!


    La première fois que j'ai eu le manga entre les mains, il est resté au moins dix jours sur ma table de chevet. Je ne voulais pas le lire, les dessins me rebutaient.


    Puis, dés que l'on commence, on est rapidement entraîné dans un monde à la fois cruel et beau et où les ennemis peuvent avoir le visage du diable. Mais l'humour reste toujours présent!


     Les dessins sont particuliers, mais les émotions des personnages n'ont jamais été aussi bien décrit que dans ce manga!


    Ce serait vraiment dommage de passer à côte d'un chef d'oeuvre pareil!

  • Anonyme

    08/04/2009 à 19h29

    Répondre

    Magnifique, splendide! Un manga fin et intelligent, romantique, imaginatif, crédible et rythmé! Mon manga préféré!

  • Anonyme

    31/12/2009 à 23h27

    Répondre

     Moi aussi c'est mon manga préféré et j'adore les mangas de yumi tamura domage qu'ils n'ont sortis en france que 7 seeds et basara. j'aimerai bien lire ses autres oeuvres^^. Au fait c'est pas pour faire de la pub mais j'aimerai bien parler avec des personnes qui aime ce manga voilà mon blog: http://dynastie-of-tamura.skyrock.com/


    jai dédié ce blog à yumi tamura pour essayer de faire connaître le manga au plus de personne possible voilà^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques