6.5/10

Beck - la série

Après l'énorme succès du manga d'Harold Sakuishi, Beck se voyait logiquement adapté au format télévisuel pour retracer l'aventure homérique du groupe nippon en route vers la gloire musicale mondiale...

Après l'énorme succès du manga d'Harold Sakuishi, Beck se voyait logiquement adapté au format télévisuel pour retracer l'aventure homérique du groupe nippon en route vers la gloire musicale mondiale. Beaucoup d'attente et forcément quelques déceptions concernant cette adaptation pas totalement fidèle. En effet, développer plus de 20 tomes en 26 épisodes paraissait un peu juste et les coupes dans le scénario original ont été sévères, créant parfois des enchaînements litigieux et des moments de silence assez incompréhensibles. Cependant, la série garde une partie de l'aura développée dans le manga en partie grâce à des personnages secondaires plus que sympathiques.

Rock'n'roll baby, yeah !

A 14 ans, la vie de Yukio (alias Koyuki) semblait être dans l'impasse... Jusqu'au jour où... en sauvant un chien, il rencontre Ryûsuke. Ce jeune adepte du rock, rebelle et libertaire, débarque tout fraîchement des « States ». Il prend en amitié Koyuki et l'initie au son rock en lui donnant une vieille guitare. Fini la tiédeur des idoles pop pour le néo guitariste mais passer du statut d'adolescent incolore à la rebelle attitude n'est pas forcément dans ses cordes si ce n'est qu'il possède un talent jusque là ignoré : une voix exceptionnelle qui va faire de Koyuki un membre à part entière du groupe de Ryûsuke : Beck.

Koyuki passe pour une victime mais son statut d'autodidacte de la guitare lui confrère une sympathie légitime. Chaque membre du groupe Beck possède sa propre singularité et personnalité sans pour autant tomber dans le stéréotype. L'intrigue prend rapidement forme, oubliant plusieurs passages du manga pour se concentrer très vite sur la formation du quintet et de son succès mondial. Du gueulard Chiba au calme Ryûsuke, les personnalités de Beck forment un tout hétéroclite, mélangeant aussi les genres dans les musiques. Les références sont multiples : de Jimi Hendrix à Rage Against the Machine sans oublier autre Beatles ou Stones, assez solidement ancré dans le rock mais ouvert à d'autres styles aussi comme le prouve le nom du groupe. Forcément, en tant que shônen d'origine, une ébauche d'histoire de coeur apparaît avec un trio Koyuki/Maho/Izumi assez classique. Beck prend un contexte profondément installé dans la réalité la plus commune d'une banlieue japonaise et le spectateur suit l'évolution pas à pas de Koyuki dans son apprentissage de guitariste fan des Dying Breed mais aussi du reste de sa vie de collégien dans les tréfonds de l'anonymat...

En route pour la gloire !

Cependant, l'intrigue de Beck est positive et montre qu'une passion quelle qu'elle soit permet d'évoluer vers de nouveaux horizons inexplorés. Koyuki va apprendre à se battre, à ne plus encaisser, à devenir un homme sans pour autant tomber dans les stéréotypes du shônen, c'est-à-dire sans utiliser sa tête. Plutôt intelligente l'intrigue n'en est pas pour autant exceptionnelle et bien souvent le spectateur retombe en terrain connu. L'humour donne une contenance à l'anime avec Saitô, professeur de natation et de guitare aux antipodes de tout norme traditionnelle.

La réalisation manque de punch, les plans fixes où les personnages se regardent dans le blanc des yeux devient parfois gravissime au point de mettre le spectateur mal à l'aise, à se demander ce qui peut bien se passer. L'autre problème est inhérent au manga avec un chara design pas forcément très attrayant et qui, ô surprise, ressort un tout petit peu mieux en anime sans pour autant atteindre des sommets. A l'inverse, les instruments sont toujours aussi somptueux même si pour le cas, la préférence va au manga. L'animation est correcte en soi sans être exceptionnelle et finalement Beck se regarde sans trop de difficultés.

L'OST était bien évidemment attendu par tous. L'opening assez désagréable rebute et fait craindre le pire l'espace d'un instant concernant l'ensemble des BGM de l'anime. Le tout reste de qualité correcte mais ne surprend pas l'amateur de rock averti. Au niveau de l'interactivité, Kaze propose ses classiques bandes annonces et les réglages audio, tout à fait convenable. Le coffret comprend aussi un porte-clef de la mascotte du groupe, des transferts pour T-shirts ainsi que des booklets explicatifs et des cartes collector. La VO est agréable, tout le contraire de la VF.

Beck pêche par une réalisation moyenne qui ne rend pas justice au manga mais reste suffisamment intéressant pour retranscrire l'aventure d'une formation rock nippone, bien loin de toute insupportable J-Pop. L'anime et le manga ne se ressemblent pas forcément dans l'intégralité des propos au final, même si la trame principale reste semblable. Il reste que Beck reste Beck et que l'amateur saura faire son choix pour entendre ou lire un des rares mangas ayant la musique pour scénario principal...

A découvrir

My Hime - le manga

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • naweug

    02/05/2006 à 10h53

    Répondre

    J'ai regardé quelques épisodes avant de me faire vraiment une idée.
    Je suis d'accord avec ta critique, surtout au niveau du son, les compositions sont loin d'être aussi géniales que nous laissait "croire" (il ne faut pas pousser quand même !) le manga papier..

  • Amity

    02/05/2006 à 13h06

    Répondre

    Quand j'ai lu le manga, j'étais vraiment conquise. Un trait vraiment intéressant, qui faisait ressortir une certaine ambiance, et tout le charisme des personnages, notamment les deux rockers rivaux en tome 1 et 2. On ressentait la musique dans chaque page, c'était très étonnant.

    Paradoxalement, l'anime est une pâle adaptation du manga, j'ai trouvé les musiques très moyenne (ne parlons pas de la BO), les personnages mal foutus, et l'ambiance générale peu convaincante.
    Bref grosse déception, et même jte trouve trop gentil Juro

  • juro

    02/05/2006 à 18h59

    Répondre

    Bref grosse déception, et même jte trouve trop gentil Juro

    On me le dit trop rarement ça ! D'habitude c'est le contraire !
    Mais la note prend aussi en compte le fait que Kaze livre sans doute un de ses coffrets les plus intéressants avec un booklet, des cartes collector, etc... alors que d'habitude c'est plutot faiblard.
    Néanmoins, on est tous d'accord pour dire que l'anime ne vaut pas le manga.

  • Dace

    17/06/2007 à 12h49

    Répondre

    Il est quand même rare que l'anime soit à la hauteur du manga, tout comme les films adaptés des livres. Néanmoins, cette série est assez agréable, et à raison de 5 épisodes par jour, elle est plutôt bien passée, on dirait !


    Moi j'aime bien les animations des concerts, pour une fois qu'on a pas l'impression qu'ils ne tiennent qu'un manche à balai au lieu d'une guitare et que le batteur suit à peu près le rythme de la musique... J'en garderais un bon souvenir et le re-regarderai à l'occasion.

  • Anonyme

    22/05/2008 à 09h12

    Répondre

    Je suis pas trop d'accord avec la note. Il faut prendre en compte le fait que tout le monde n'a pas lu le manga ; j'en suis.


    Je n'ai pas lu donc le bouquin, je trouve le dessin du manga affreux, la soeur mignonne, et en fan de rock j'ai quand même dévoré l'anime. Parce que je savais que malgrès cette histoire baclée (dans l'anime), il y aurait desq passages excellents, comme le réglage dans le mag de guitares, ou le concerts avec le Dying Breed, et pour finir le mega concert de Beck. Bon je n'ai cité que trois passages (je vais pas spoiler encore plus!).

    En tout cas aujourd'hui j'écoute encore les titres de Beat Crusaders quand je bosse sur le PC.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques