A DECOUVRIR
8.5/10

Blood Lad T.1


Belle tête de vainqueur, non ?
Une introduction complètement loufoque !
Staz est un vampire un peu différent de ceux qu'on connaît. Il mange de l'ail, n'a pas spécialement de problème avec le soleil et ne porte pas de long manteau noir non plus. En fait, tout ce qui le rapproche d'un vampire classique, c'est sa pâleur un peu plus prononcée que chez les humains et ses dents (évidemment !). Ce que Staz a de particulier... c'est qu'il est ce qu'on appelle un otaku : il adore tous les manga et produits dérivés de ceux-ci qui viennent du Japon. Il aime aussi les jeux vidéos et tous les équipements high-tech japonais. Bref... C'est un fou de Japon ! Dans son coin, c'est lui le boss donc autant dire qu'il est vraiment très fort puisqu'il a réussi à fédérer tout un territoire. Cependant, dans le monde des démons, quiconque réussit à battre le boss peut prendre sa place et c'est pour cela qu'il est fréquemment attaqué par d'autres monstres divers et variés. Un jour, alors qu'il joue à la Playstation, son bras droit, Deck, l'appelle pour lui dire qu'une humaine a été retrouvée dans le monde des démons. Staz, totalement fasciné par les humains (il n'a jamais pu aller dans leur monde), lui demande de la ramener fissa. Alors qu'il voit la jeune fille, il ressent une envie très particulière, quelque chose qu'il n'a jamais ressenti auparavant. Manque de bol, leur première rencontre est interrompue par un monstre venu l'attaquer. Staz va lui régler son compte mais, à son retour, la jeune fille est devenue un spectre puisqu'elle s'est fait manger par une des plantes carnivores du monstre ! À partir de là, notre vampire va jurer de tout faire pour la ressusciter !

Pourquoi acheter Blood Lad plutôt que Twilight ou un autre titre miteux avec des vampires ? Avec le phénomène Twilight, les trois quarts des vampires que l'on nous servait étaient androgynes, éphèbes, et se la jouaient mystique, soit ils étaient, pour moi, complètement sans intérêt. Avec Blood Lad, Kurokawa prend cette tendance complètement à revers. Staz n'est ni beau ni mystérieux et ne connaît strictement rien du monde des humains où il n'a encore jamais été. Son caractère complètement imprévisible de fan incontesté et incontestable du Japon est aussi assez intéressant puisque les références à la culture japonaise sont nombreuses. Elles donnent d'ailleurs le la à l'humour dans la série : la première chose qui vient à l'esprit de Staz quand il pense à ressusciter Yanagi, c'est de réunir les sept boules de cristal !

Le graphisme un peu rond m'a un peu fait penser à du Fullmetal Alchemist. Le coup de crayon reste donc assez moderne et plutôt clair lors des combats (c'est toujours le plus compliqué) et les personnages se reconnaissent au premier coup d'oeil (ce qui n'est pas le cas dans d'autres titres comme Initial D par exemple où tous les personnages ont la même tête). Les décors sont plutôt fouillés et la chambre de Staz fourmillent de petits détails (ses étagères en particulier) avec beaucoup de références à des manga connus (un p'tit Goldorak trône à côté de ses nombreux volumes).

Comme je l'ai dit un peu plus haut, Staz est un personnage assez atypique, très réussi pour un héros puisqu'il réussit à mélanger savamment héros et anti-héros. Ses pouvoirs sont d'ailleurs assez étonnants puisqu'il ne peut pas voler mais il peut contrôler les humains grâce à un produit contenu dans ses dents qu'il a extrait et mélangé à de l'eau pour créer un vaporisateur spécial. Yunagi sert pour le moment de cruche de service puisqu'elle est morte et qu'elle ne s'habitue encore pas trop à sa condition de spectre. En ce qui concerne les personnages secondaires intéressants, on notera pour le moment Hydrabell et Yoshida la mimique. La première est une magicienne de niveau avancé qui recherche la personne qui a copié sa technique du "rideau noir", un point de passage entre le monde des démons et le monde des humains. Le second est plus anecdotique mais il m'a bien fait rire quand même, il s'agit d'un personnage qui peut prendre l'apparence de celui qu'il veut devenir en le touchant. Il remplace donc Staz en tant que "boss" pendant les excursions de ce dernier dans le monde des humains.

Le mot de la fin : Totalement décalé, Blood Lad est, pour moi, la grosse sortie Seinen de ce mois de mai. Avec son graphisme moderne et ses personnages principaux tous très attachants, la série commence bien et c'est le cas de le dire. Ce premier tome est une très bonne introduction qui saura ravir le coeur du grand public et faire oublier le fade Edward. En plus, compte tenu du personnage qui arrive en toute fin de volume, on ne parlera bientôt plus de "Team Edward VS Team Jacob" mais de "Team Staz VS Team Wolf". L'époque des vampires ringards est révolue !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

2 commentaires

  • Plax

    10/05/2012 à 11h01

    Répondre

    Ca me fait penser aux personnages de GORILLAZ !http://manga.krinein.com/-25019/blood-lad-t1-18834.html

  • OuRs256

    10/05/2012 à 12h58

    Répondre

    C'est vrai que y'a un petit truc tiens

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques