4.5/10

Bloody Cross T.1


Une paire plus ou moins incongrue
Anges, vampires et sang-mélés se battent pour le pouvoir de Dieu !
La nouvelle série des éditions Ki-oon nous emmène dans un univers où religion, malédiction, anges et vampires se côtoient. Tsukimiya est une magnifique jeune fille mi-ange mi-vampire condamnée par une terrible malédiction dont la marque est tatouée sur sa poitrine. Elle n'est pas la seule dans ce cas, Hinata possède la même marque (et il est donc sujet à la même malédiction) sur son bras. Sans l'aide du Grimoire des prophéties, les deux sont condamnés à une mort imminente. Manque de chance, les deux sont ennemis et sont incapables de coopérer, ce qui est dommage puisque Tsukimiya connaît l'emplacement du Grimoire et Hinata sait où se trouve la clé qui permet de l'ouvrir. Une nouvelle menace va pourtant les forcer à travailler main dans la main pour avoir une chance de survivre...

C'est sorti le même mois que Blood Lad et je suis pauvre, lequel je prends ? C'est une question assez facile en soi. Là où Blood Lad rivalise d'imagination et permet d'avoir une approche complètement différente du thème des vampires, Bloody Cross reste dans le classique, le connu voire même l'archi-connu. Les personnages ont des caractères très "normaux" pour un manga du genre. Tsukimiya est manipulatrice et n'hésite pas à utiliser de ses charmes tout comme Hinata. Le beau garçon est plus sournois qu'il n'y parait et il sait comment éviter les pièges de la plantureuse Tsukimiya.

L'histoire mêle anges/démons/sang-mêlés pour créer des clans bien distincts. C'est d'ailleurs une des seules vraies réussites de ce premier tome puisqu'à la fin du volume, on voit clairement les groupes d'influences et qui s'opposent à qui. Une chose assez étonnante est l'absence totale de background. L'auteur nous jette directement en plein combat et on n'en sort pas une seule seconde. Les deux sang-mêlés récupèrent rapidement le Grimoire et ce qu'on pensait être le but final de l'histoire n'est peut-être qu'un simple objet (il faudra voir ce qu'il en est dans le deuxième volume).

Au niveau du graphisme, rien de particulier à dire. C'est propre oui, aucun doute mais le style n'a rien d'exceptionnel. On se retrouve face à de belles planches auxquelles il manque quelque chose. Le chara-design n'est d'ailleurs pas sans rappeler Maison de Ayakashii (les phases où les personnages ne sont pas en Super Deformed) ou Black Butler, des titres du même acabit, un peu sombre/gothique à la limite entre le shônen et le shôjo.

Le mot de la fin : Que faire d'un titre comme Bloody Cross ? Eh bien je ne sais pas trop. Il n'y a rien dans le premier volume qui m'a particulièrement enthousiasmé. Que ce soit le fan-service (la marque de Tsukimiya est sur sa poitrine, comme par hasard), l'histoire ou le dessin, rien ne réussit vraiment à convaincre. Après, si Ki-oon à sorti les deux volumes en même temps, ce n'est probablement pas pour rien donc je ne désespère pas et je n'abandonne pas encore tout espoir sur cette série, on ne sait jamais !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques