7/10

Burst Angel

Sei, Jo, Meg et Amy vivent dans un monstrueux camion à Tokyo, monstrueux au sens énorme. Elles forment une équipe soudée et efficace. D'ailleurs, ce sont elles qui exécutent les contrat de chasseur de primes que leur confie un certain Barren. Leur histoire commence avec la découverte d'un mecha géant équipé d'un cerveau verdâtre et lumineux. Le mecha en question est mis hors service grâce à Jango, le mecha (ou cybot comme on les appelle ici) du quatuor. Mais le cerveau s'autodétruit, empêchant ainsi que l'on récupère des informations à son sujet...

Burst Bebop ou Cowboy Angel ?

Que ce soit clair, Burst Angel est avant tout une série d'action. On pourrait penser à Cowboy Bebop et faire le parallèle Ed/Amy, Spike/Jo, Jet/Sei et Faye/Meg, d'autant plus que les premiers épisodes n'ont pas l'air d'avoir vraiment de liens entre eux, un peu comme des aventures indépendantes. Mais ici la priorité est laissée à l'action pure : pas un épisode sans mecha, sans gros méchant, sans explosion ou sans baston. Heureusement, cette action est introduite de manière logique via des contrats, et on évite le syndrome Ikkitousen où le héros (ou l'héroïne) se pointe en un lieu quelconque dans le seul but de cogner sur tout ce qui bouge. L'anime est violent certes mais cette violence n'est jamais gratuite. On évite aussi soigneusement les habituels 50 litres de sang par cadavre. L'ambiance générale est plus proche d'un James Bond, où tout le monde se met sur la gueule dans la joie et la bonne humeur, qu'à Battle Royale.
Mais une série d'action pure pourrait difficilement justifier un 7/10. Et c'est là que l'on ressent de nouveau le parallèle avec Cowboy Bebop : plus on s'avance dans les épisodes, plus on apprend sur le passé des personnages. A part Amy, chacune des fille a au moins un épisode qui parle de son passé. Et cette profondeur croissante des personnages s'accompagne de celle de l'intrigue. On découvre les implications politiques qui sont derrières les problèmes de Tokyo, les intrigues, les jeux de pouvoirs. Cela ne devient pas exceptionnel (on reste dans une série d'action) mais remonte tout de même le niveau de l'anime et relance l'intérêt

(gor)Gonzo(la)

C'est le studio Gonzo qui a produit cet anime. Et comme d'habitude avec eux, on retrouve de bons gros morceaux de 3D tout au long de la série. Il n'est pas question de faire quelque chose d'éblouissant à la Macross Zero ou de novateur comme AppleSeed, mais plutôt d'integrer la 3D pour donner du punch aux scènes d'actions. Les seules choses en 3D intégrale sont les objets en mouvement. Les mecha bien sur, mais aussi le camion du quatuor et la ville qu'il faut bien animer pendant les courses poursuites. Cela permet aux scènes de combat d'être vraiment rapide, et surtout cela permet une mise en scène difficilement possible avec les méthodes d'animation traditionnelles. La caméra tourne, plonge, zoom... C'est très agréable et apporte du dynamisme sans dénaturer la série car le studio a pris soin de faire la 3D en cell-shading.
Coté musique, ce sont toujours les mêmes qui reviennent mais elles ont au moins le mérite de permettre au spectateur d'identifier tout de suite à quel genre de scène il a affaire : suspense, action sans surprise (au sens l'héroïne est sure de gagner), happy end, etc...
Un petit mot sur le character design. Il est plutôt bien fait, correct, mais le syndrome Lolo Ferrari a encore frappé. Comprenez que la taille des poitrines augmente avec les épisodes. On s'en serait bien passé.

Pour conclure, Bakuretsu Tenshi c'est une excellente série d'action. Elle ne cherche pas à être transcendante et remplit parfaitement son contrat : nous divertir d'un bout à l'autre de la série.

A découvrir

Zipang

Partager cet article

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Anonyme

      27/11/2008 à 02h11

      Répondre

      C'est une bonne série mais je trouve que les bonnes idées du scénario sont mal exploitées.


      Je pense que si la série avait été pensée comme un e seul et unique histoire découpée en plusieurs épisodesn cela aurait été plus efficace.


       


      Là on a plus l'impression d'un collage un peu faui à la va vite et l'issue des combats manque de suspense.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques