6/10

Captain Tsubasa - le manga

La série originelle de football a perdu de sa splendeur avec les années...

Tsubasa est un garçon de 11 ans qui ne vit que pour le football. Alors qu'il vient d'emménager dans une nouvelle ville, il surprend deux écoles rivales qui se disputent le terrain de foot municipal. Impressionné par Wakabayashi, qui prétend être le meilleur gardien de but du Japon, il le défie en duel de façon spectaculaire. C'est alors que Tsubasa se fait remarquer par Roberto, un ancien membre de l'équipe du Brésil, qui deviendra son entraîneur personnel pour faire de ce jeune génie le plus grand joueur de foot japonais !

Captain Tsubasa
Captain Tsubasa
Tout le monde connait Captain Tsubasa. Sans doute pas sous ce titre plutôt sous celui d'Olive et Tom. Série très populaire du Club Dorothée, il a fait plus d'une fois le bonheur des chaînes françaises avec sa série éponyme et ses suites... Mais revenons sur le manga, shônen sportif mettant le football - et quasiment rien d'autre - au centre des débats. Les affrontements dantesques sur des terrains de football aux dimensions de marathonien et de techniques à se casser le cou si vous tentiez de les réaliser vous-mêmes (j'en connais plus d'un qui a porté une minerve en singeant les frères Tachibana !). Bref, du foot, du foot, du foot... Avec tous les ingrédients du shônen poussés à leur paroxysme, Captain Tsubasa ravira les jeunes avec des sentiments simples et de bonnes valeurs. Par la suite, il s'avère difficile de ne pas constater les défauts criants d'un titre possédant un scénario linéaire et un grand nombre de défauts propres aux productions des années 80. Yôichi Takahashi (Wolrd Youth) montre des personnages monomaniaques du ballon rond et du sentimentalisme à outrance. Une histoire simple, une galerie de personnages importante et du football : les nombreux amateurs se jetteront dessus...

Le manque de détails et un chara design sans réel intérêt sont typiques des titres footballistiques de Takahashi, qui préfère miser sur la mise en scène et les rebondissements. Parfois, ça pique même les yeux, heureusement l'amélioration chronique au cours des trente-sept volumes de l'œuvre fait un bien fou... Dans les reparutions de vieilleries (bonnes et mauvaises), Glénat s'impose comme le leader, et assez souvent avec le nez creux, l'éditeur délivre des œuvres vintage qui ne demandaient qu'à être rééditées.

Les années ont passé et désormais, on se surprend plus à découvrir les erreurs du titre qu'à en apprécier la plénitude de moment dont on connait le dénouement heureux. C'est moche de vieillir... Par contre, Tsubasa ne cesse de rajeunir et continue d'écumer les championnats européens. Après l'Italie, il s'attaque à l'Espagne, et ce, toujours en manga papier...

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques