6.5/10

Captain Tsubasa T.9

Tsubasa n'a pas dit son dernier mot et les 79 pages dont il a besoin habituellement pour remonter le terrain peuvent devenir 3 pages et demi en cas de besoin !


Quelle vitesse !
Le match contre le FC Musashi bat son plein. Dans les toutes dernières minutes de jeu, le capitaine Jun Misugi inscrit un but qui les permet de mener 4 à 3. La panique s'empare du Nankatsu SC jusqu'à ce que Tsubasa, qui n'a pas encore abandonné re-motive ses troupes. Marqué de toutes parts, Tsubasa ne peut rien faire mais le reste de son équipe est bien décidé à remonter, Misugi étant véritablement handicapé par sa maladie du coeur (Goku... !). Ce sont les portes de la finale qui semblent se fermer pour Nankatsu SC. Réussiront-ils à égaliser ? Le match se poursuivra t'il par des prolongations ? Hyuga, rival de Tsubasa et Wakabayashi, gardien normalement titulaire de Nankatsu seront-ils rétablis à temps pour l'éventuelle finale ? Vous le saurez en lisant le tome 9 de Captain Tsubasa (oui, j'aurais pu vous gâcher la lecture mais ce n'est pas le genre de la maison !) !

On a encore le droit à du grand Captain Tsubasa dans ce volume. Outre le dessin des visages plus que sommaire, les jambes disproportionnées et les terrains de foot de 12 km (si si, 12 km !), le mouvement est réellement bien rendu. Que ce soit au niveau du tir ou au niveau de la course, on a le droit à un trait dynamique qui fait ressortir l'impression de vitesse... cette même impression de vitesse qui nous donne l'impression que les personnages remontent un terrain interminables et font des tacles qui couperaient littéralement la jambe à nos braves joueurs de l'équipe de France. On se rend encore plus compte du caractère exagéré de la série quand on sait l'âge de nos footballeurs en herbe... Quoi qu'il en soit, Captain Tsubasa reste une lecture nostalgique et la très bonne édition de Glénat ne fait que la rendre plus agréable.

A découvrir

Beelzebub T.3

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques