6.5/10

Card Captor Sakura - Film 02 - La carte scellée

Deuxième et dernier film des aventures de la chasseuse de cartes répondant au doux nom d'un cerisier, La carte scellée représente l'épilogue bis de la série Card Captor Sakura. Toujours tiré de l'imagination fertile (?) de Clamp, l'idée de mettre en scène leur héroïne dans ce film convient mieux que la fin illusoire un peu en laisser aller de la série. Sans pour autant être un chef d'oeuvre, cette dernière aventure de l'écolière livre une histoire sommaire mais bien rythmée.

Sac hourrah ?

La fête de l'école est l'événement attendu par tous les écoliers de Nadeshiko. La fête devrait battre son plein avec la pièce de théâtre dont Sakura tient le rôle principal de la princesse. Seulement, depuis que Shao-Lan est retourné à Hong Kong, l'héroïne ne cesse de penser à lui. Les vacances d'été arrivent à leur terme et Sakura tombe un peu par hasard sur Shao-Lan. Les sentiments se réactivent. Mais tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes car une carte non identifiée fait son apparition...

Après la fin légère de l'anime, ce film fait la part belle à la relation entre les deux tourtereaux mettant pratiquement de coté tous les autres personnages réduits à faire quelques apparitions sporadiques. Avec toujours les mêmes arguments, La carte scellée nous embarque pour un long épisode dans lequel l'oubli du combat se fait grandissant après une première scène d'introduction pourtant rocambolesque pour le genre. Néanmoins, le scénario est tout de même autant convenu que d'habitude et la réalisation sauve la face à grands coups d'animation soignée. Avec un ton sensiblement plus romantique que le premier film, le lot de situations entre deux enfants amoureux est la base du film sur lequel vient se greffer quelques morceaux de chasse à la carte. Bien construit mais toujours pareil, l'originalité ne prime pas dans Sakura.

Instantané kawaï

Avec ses couleurs vives qui lui donnent son ton nécessairement kawaï pour être un film de magical girl, La carte scellée répond aux stéréotypes du genre sans déroger une seule fois à la règle. La réalisation signée Mad House est toujours aussi bonne que d'habitude sans marquer autant les esprits que leurs productions originales. Purement commercial, l'animé reste dans ses conventions et son cadre traditionnel pendant l'heure et demi sur lequel évolue personnages et carte. Cette dernière se situe dans la grande tradition des ennemis kawaï avec une pointe de surprise en plus. Une touche d'humour plus sympathique que dans le premier opus long métrage et l'ensemble des personnages marquants de la série réapparaissant une dernière fois même si ce n'est que pour quelques instants. Le coffret est strictement le même que celui du film précédent et idem pour les bonus.

Avec Sakura, l'habitude prime et en le regardant, on sait exactement à quoi s'attendre, un dénouement convenu orné de quelques touches d'humour et de kwaï. Pas plus... Néanmoins, ce film constitue le cadeau de Noël idéal pour toutes celles qui voudraient assouvir (enfin !) leur « Sakura addiction ».

A découvrir

Oseam

Partager cet article
A voir

Kirihito

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    26/04/2008 à 22h47

    Répondre

    ce mangas est un peu trop vieux et des fois ya des abus sur les personnage comme: tifany toujours avec son caméscope, sakura qui a tout le temps peur des fantômes et kero qui ne pense qu'aux sucreries....

  • Anonyme

    06/06/2008 à 20h15

    Répondre

    bah moi aussi je pense que c'est vieux ^^

  • Anonyme

    21/10/2008 à 21h24

    Répondre

    A bon moi je le trouve superbe le dernier film .


     


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques