7.5/10

Cesare T.2


Excelsior ! (ou pas)
À peine arrivé à l'université de Pise, Angelo s'attire les foudres du fils de son protecteur, Giovanni de Médicis. Ignorant des usages du monde, le jeune homme commet bévue sur bévue et manque même de déclencher une rixe entre cercles d'étudiants... Le soir même, des inconnus masqués embusqués dans une ruelle tentent de le poignarder ! Secouru in extremis par Cesare Borgia, le florentin est invité dans sa somptueuse demeure et, de fil en aiguille, les deux jeunes gens se lient d'amiitié. C'est alors que l'espagnol propose à Angelo de lui montrer la face cachée de la ville, sombre et miséreuse...

Les choses commencent à bouger un peu plus  dans le monde de Cesare. En effet, la visite des recoins mal famés de Pise donne une toute nouvelle ambiance à la série et on commence à voir qu'Angelo est de moins en moins à sa place. Ce dernier semble être perdu dans un monde qui n'est définitivement pas le sien. Coup de chance pour nous, on lâche un peu ce personnage sans grand intérêt et on se concentre un peu plus sur Cesare. Ce dernier va commencer à avancer ses "pions" pour préparer la future élection du nouveau pape (eh oui, auparavant, les gens formaient leurs alliances bien avant le début du conclave). Fuyumi Soryo met donc l'accent sur les manigances et luttes d'influence inhérentes à l'époque. Les batailles seront ainsi plus psychologiques que sanglantes et c'est l'un des aspects de la série qui me plaît le plus pour le moment. Ce volume est aussi celui des rencontres puisque Cesare va croiser deux personnages de renommée mondiale, j'ai nommé Christophe Colomb et Léonard de Vinci. Même si le premier ne semble pas plus important que ça dans l'histoire (bon dans l'Histoire, c'est autre chose !), le second fait une entrée vraiment fracassante. Même chez Fuyumi Soryo, il est le génie que tout le monde connaît et il le prouve en laissant Cesare, pourtant considéré comme très intelligent et très sûr de lui, comme un gamin qui ne connaîtrait rien à la vie. Ce dernier va d'ailleurs tirer beaucoup de sa rencontre avec le maître et va sûrement apprendre à gérer un peu mieux sa vision des perspectives. 

Ki-oon colle presque à l'actualité en nous proposant un manga parlant de religion et mettant en avant l'élection d'un nouveau pape. En attendant de les voir crier Habemus papam, on va se contenter de les voir se demander si c'est une bonne affaire d'avoir un Borgia qui rôde !

A découvrir

Rex Fabula T.2

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques