8/10

Le Chemin des Fleurs T.2


Ichiya est au coeur de ce tome
Ayant grandi dans une famille ordinaire sans aucun lien avec le Kabuki, rien ne destinait Ichiya (nom de scène d'Hiroki Hongô), rival froid et déterminé de Kyônosuke (nom de scène de Takeru Kawamura), à fouler un jour la scène d'un théâtre kabuki. Pourtant, son existence fut bouleversée alors qu'il était encore enfant, par une rencontre et une promesse, quand il se retrouva entraîné, au contact de la jolie et déconcertante Ayame, fan de kabuki jusqu'à l'os ! Cette dernière va réussir à convaincre le jeune Hiroki en lui lançant un défi : est-il "cap ou pas cap" de jouer une pièce ? C'est à partir de là qu'une relation va se créer entre les deux enfants. Ils vont apprendre à se connaître et à s'apprécier via les entraînements et répétitions qu'exige l'art du kabuki.

Le deuxième volume du Chemin des fleurs est réservé à Hiroki. Alors que ce dernier réfléchit, on en apprend plus sur son passé, sur ce qui l'a motivé à devenir acteur de kabuki dans un flashback vraiment prenant. J'ai trouvé que l'auteur se débrouillait particulièrement bien en ce qui concerne la description des sentiments du jeune garçon qui finit par devenir un jeune homme. Il traverse des périodes de doute, des périodes de cette joie naïve qu'éprouvent les gens lors de leur premier amour... Bref, on est bel et bien revenu dans du shôjo un peu plus classique que dans le premier tome mais c'est tellement bien amené qu'on ne le voit presque pas venir.

L'auteur promet de redonner le rôle principal à Kyônosuke dès les prochains chapitres. Eh oui, celui que l'on pensait être le héros de l'histoire n'apparait quasiment pas et la vérité... c'est qu'on ne s'en rend presque pas compte tellement on est captivé par le destin d'Hiroki. La fin du flashback devrait expliquer pourquoi il en est, là où il en est actuellement, avec Ayame et... on peut presque imaginer une ouverture potentielle pour Kyônosuke.

Le Chemin des fleurs continue donc sur sa très bonne lancée. La qualité est toujours présente et l'intérêt aussi. Ce shôjo permet de découvrir pas mal de choses sur le kabuki et ma foi, je dois avouer que c'est vraiment très agréable d'être au contact d'autant de spécificités culturelles sur un art typiquement japonais. Onnagata, wagoto, mie (pas celle du pain, ça se prononce pas pareil en plus !), pintokona... Si tous ces mots de vous disent rien, allez lire Le Chemin des fleurs !

A découvrir

Arata T.11

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques