4.5/10

Cloth Road

Un frère, une soeur. La mode, les combats. Et c'est à peu près tout l'intérêt de Cloth Road. Côté scénario, on repassera...

Grâce à la miniaturisation, les puces sont désormais aussi fines que des feuilles de papier, les câbles deviennent des fils que l'on peut tisser, et les ordinateurs hyperpuissants se portent comme des vêtements. Fergus, un apprenti-tailleur, rêve de devenir un designer célèbre, mais quand son maître contracte une grave maladie dont le traitement coûte une fortune, il décide, avec l'aide d'une jeune fille qui prétend être sa sœur jumelle, de participer au “War-King”, un tournoi où s'affrontent des mannequins en costume de combat.

 


DR.
Que dire de Cloth Road ? Le scénario pouvait sembler ridicule. Il l'est. L'intrigue n'avance pas et ressasse sans cesse uniquement deux thèmes : la fraternité et la mode. Si le premier est toujours porteur d'une certaine qualité et d'un nombre de situations amusantes, l'utilisation de la mode comme une art martial à travers des tenues de combat délirantes tient plus du nanar. Heureusement, les auteurs sont suffisamment malins pour parvenir à se renouveler entre chaque volume. Cependant, le manga pointe vers le bas à cause d'un manque de rythme chronique et d'empoignes peu passionnantes. Les grands thèmes demeurent profondément shônen et l'univers façonné à la manière de Fullmetal Alchemist rappellent un grand nombre de titres similaires. Côté originalité, Cloth Road ne montre pas grand-chose.

 

Au dessin, Okama propose un travail sobre, dénué quasiment de tout remplissage. Dans le plus pur style de la nouvelle école de mangakas de ces dernières années… Cela reste assez intéressant et relève considérablement la qualité zéro de l'intrigue. Okama proposant même une mise en scène audacieuse, poussant même au subtil parfois. Néanmoins, cela ne suffit pas à sauver le manga.

 

Mariage raté entre la mode et le manga dans un titre qui n'a jamais paru présenter les caractéristiques requises pour se porter candidat au titre de futur hit. L'éditeur Kaze ne profitera pas de l'effet Cloth Road.

A découvrir

Toriko

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • naweug

    04/05/2011 à 00h23

    Répondre

    A l'expo Science et Fiction qui a lieu à la Cité des Sciences à Paris en ce moment, cette série était le seul manga dans le bac des bouquins de SF à dispo pour les visiteurs. Je me demandais ce que ça valait, je suis fixée maintenant... )http://manga.krinein.com/cloth-road-19693/critique-15779.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques