3/10

Commando Samouraï 1549

2010, Japon, notre espace-temps semble aspiré par une autre époque. Dans le plus grand secret, les forces de défenses japonaises envoient une troupe lourdement armée observer ce phénomène. Ils vont se retrouver propulsés en 1549 !
Devenu rapidement la cible d'une attaque rangée de samouraïs menée par le célèbre Oda Nobunaga et conscients de leur supériorité technologique, les militaires vont néanmoins devoir réagir !! Et si leurs actions changeaient toute l'histoire du Japon ?!

Revisiter l'histoire demeure un point à traiter toujours avec des pincettes dans une quelconque œuvre. A ce titre, Zipang continue avec maestria à explorer la seconde guerre mondiale d'un point de vue (presque) neutre. A l'inverse, Commando Samouraï 1549 est l'exemple typique du manga traité sans ses fameuses pincettes et voulant délivrer de l'action à toute berzingue. L'optique prise pour la réalisation de ce diptyque est claire : proposer un cadre historique, le torcher en cinq minutes et remplir de tanks et missiles une époque de samouraï. Lorsque la science-fiction ne prend même plus la peine de s'intéresser au cadre dans lequel elle évolue, cela tourne invariablement à la catastrophe, et ce seinen manga ne déroge pas à la règle. On constate rapidement les influences par lesquels les auteurs ont été influencés : Nimitz, Apocalypse Now et leur héritage historique. Résultat, une gigantesque marmelade sans goût, ni fondement. Le titre explore tout à moitié : une histoire faiblarde, des personnages sans âme (à l'exception de Matoba), des scènes de guerre rapidement traitées, un brin de science-fiction aussitôt oublié...

Le trait est correct, sans ambiguïté, il caractérise à merveille les visages militaires durs et guerriers. Le chara design est plutôt agréable, l'ensemble des caractéristiques du dessin aussi. Reste que l'intérêt de certains personnages s'avère incompréhensible et sent le bâclage rapide d'une histoire qui n'avait jamais pris.

En même temps, avec un titre comme Commando Samouraï 1549, il apparaissait difficile de pouvoir tirer une histoire gratifiante mais même si on y croyait, un demi-volume suffit à vous convaincre. D'autant plus que le final est résolument simpliste. Pour les amateurs de nanars, un film a aussi vu le jour...

A découvrir

Mirai Nikki

Partager cet article
A voir

Ashman

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    23/11/2008 à 11h39

    Répondre

    Franchement sympas, bonnes idées. A suivre !!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques