Contes de Terremer (Les)

L'envie a été plus forte que tout. Goro Miyazaki, fils de Hayo, se lance dans le long métrage d'animation après avoir jusqu'ici refusé de suivre les traces de son paternel, devenant tour à tour paysagiste puis directeur du musée Ghibli (au Japon). Et pour démarrer, rien de moins qu'un ancien projet du père, l'adaptation d'un classique de la Fantasy nommé Le Cycle de Terremer, rédigé par l'américaine Ursula K. Le Guin.

Si Goro est bel et bien le fils de Hayao Miyazaki, et si de cette parenté a découlé un certain nombre de similitudes artistiques, le constat sera probablement le même pour tout les fans du réalisateur japonais : la production du fils est loin d'égaler celles de son père, même si en soit Les Contes de Terremer constitue un divertissement d'une qualité très acceptable. Celui-ci nous présente Arren, un jeune garçon coupable de parricide recueilli par l'un des derniers mages encore en exercice, Epervier. Obligé de se cacher, Arren va suivre Epervier dans ses investigations, inquiet par le déséquilibre infligé à leur monde. Deux portraits simples, bientôt rejoints par deux autres personnalités féminines tout aussi simples, qui seront tous quatre les acteurs d'une histoire réductrice assez éloignée de la folie visuelle et métaphorique de Hayao, la comparaison était inévitable. Surtout que le film comprend également quelques débuts de réflexion écologique qui sont un peu devenus la marque de fabrique du père. Ainsi, le film s'interroge sur la vie, la mort, et le pouvoir de destruction de l'être humain, à travers quelques répliques parfois très « clichés ».

Mais peut-être vaut-il mieux s'écarter de Miyazaki senior pour apprécier pleinement Miyazaki junior ? Les Contes de Terremer font alors office d'oeuvre compétitive sur un marché détenu de main de maître par le studio Ghibli. La réalisation et le montage sont suffisamment bien réglés pour faire passer un agréable moment de deux heures (soutenu par une musique envoûtante), même si l'animation se montre parfois un peu sommaire, ce qui tend à contraster les séquences en image de synthèse, bien incorporées, et les paysages pour la plupart très finement dessinés (l'architecture citadine nous fait notamment penser à des constructions romaines de toute beauté). Le scénario, comme vu précédemment, se révèle un peu fade et gâche parfois les thèmes puissants qu'ils osent aborder. La scène d'ouverture entre autres, révélant le meurtre du père d'Arren, aurait pu être le point de départ d'un sujet beaucoup plus complexe qui finira contre toute attente dans une facilité scénaristique assez déconcertante. Au final, beaucoup de sérieux pour pas grand-chose, Goro cherche une profondeur qu'il n'atteint jamais et néglige le petit côté absurde de l'univers Ghibli, se cantonnant à des stéréotypes visuels sans grande inventivité. Les questions fuseront immanquablement en sortie de salle, beaucoup de choses restent en suspens et semblent ne pas avoir été suffisamment développées, ou amenées d'une façon tellement dérisoire qu'il devient presque impossible de l'insérer dans un contexte global.

Un premier essai fructueux, si l'on ne s'attend pas à du Hayao Miyazaki. Goro a probablement encore besoin de prendre ses marques et d'acquérir de l'expérience, son premier film présentant beaucoup de points positifs tout an affichant de sérieux défauts qui le ramènent immanquablement à son paternel. A lui de se forger sa propre réputation...

Partager cet article
A voir

Booking Life

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • gyzmo

    28/03/2007 à 12h09

    Répondre

    A la lecture de ton synopsis (et de tes images), ça à l'air "complètement rien à voir" avec [url=http://livres.krinein.com/Kroeber-Le-Guin-Terremer-3225.html" title="Terremer">Terremer d'Ursula Le Guin (Bouquin à l'origine de Tout). En espérant que ça soit moins pire que

  • nazonfly

    28/03/2007 à 15h18

    Répondre

    Mon frère qui l'a vu a trouvé l'histoire vraiment très éloignée de l'histoire. Mais n'a pas trouvé le film si mauvais (en tout cas, il ne peut qu'être meilleur que le machin télé. Pire il n'y a que les feux de l'amour).
    De toute façon, je vais le voir pendant les vacances, donc je reviendrais ici

  • poil II

    12/04/2007 à 19h03

    Répondre

    moi jai vu le film est vraiment

    je trouve que l'histoire est vraiment trés fouilli !!

    on commence avec un royaume en désesquilibre avec des dragons qui envahisse la terre des hommes

    bon jusque la sa passe

    aprés une histoire d'épidémie et de sécherresse avec un royaume en grand difficulté je vais pas trop continuer parce que sinon on va dans le spoil puis aprés on continue sur une histoire d'un garçon (on sait pas trop pourquoi ..... )

    et que dire de l'histoire de l'asia, sa fait peur
    cette aparté sur la drogue en plein milieu de l'histoire vraiment aucun sens.

    en gros l'histoire commence a partir de ce point la parce que l'histoire de l'empire et désiquilibre dans le monde on en entend plus parler par la suite !!

    ensuite une histoire de vie éternelle avec des magicien, des dragons, des doubles maléfique etc ......

    vraiment du grand nimporte quoi !!!

    pourtant aprés avoir lu quelque critique je pensais vraiment que ce film allait étre pas mal mais il ma énormément deçu !!!

  • Anonyme

    14/04/2007 à 23h18

    Répondre

    perso moi j'ai adorer l'histoire n'est pas d'une extreme coplexité si l'on a un peu de logique et de jugeotte mais bien sur ce n'est pas une oeuvre que je conseillerais a des enfants ou adolescent car il ne faut pas comprendre le film en surface mais en profondeur

  • Prospero

    15/04/2007 à 09h26

    Répondre

    Mouais. Il ne faut pas voir de la profondeur partout ; m'est avis qu'il n'y a pas grand chose d'autre à admirer en matière de profondeur qu'une intrigue brouillonne et une animation inégale... Va lire Primo Levi, et nous reparlerons de profondeur.

    Quand aux "enfants et aux adolescents" auxquels tu fais référence, étant donné ton orthographe désastreuse, ta ponctuation approximative et ta syntaxe improbable, je doute que tu puisses leur donner de grandes leçons de maturité.

  • Anonyme

    16/04/2007 à 02h03

    Répondre

    J'avais vraiment peur que ce soit une maladroite parodie des films de Myazaki pere, et c'est un peu le cas, mais la derniere partie releve un peu le niveau.
    Cela etant dit, je suis assez d'accord avec Poil II sur le scenario, ca part dans tout les sens. Je souligne le coup de la drogue qui a vraiment, mais alors vraiment rien a voir la dedans, et qui met en avant le cote tres didactique du film, un peu comme le Voyage de Chihiro se voulait etre un film initiatique, la subtilite en moins.remarquez qu'on peut penser que la boisson que le mechant donne a Arren a son reveil est un drogue, et que le realisateur a voulu souligner que le heros outrepassait une interdiction de son maitre, mais c'est tire par les cheveux, non?.
    L'histoire part dans tous les sens, mais en plus on baigne dans un flou perpetuel, rien n'est jamais explique, et les dialogues sont parfois tres revelateurs du manque de precision scenarique (le sage qui explique tout les problemes du scenario par 'un trouble dans l'equilibre', la femme qui nous explique qu'Epervier l'a sauvee en la faisant 'rentrer dans la lumiere'...l ).
    Le film est tres maladroit, avec plein de speechs sur la vie l'univers, l'amour, la mort... On percoit une gentille tentative de faire un film coherent sur la lutte interieure de Arren, mais noyee sous les incoherences et les differentes ramifications du scenario. beaucoup de dialogues mais tres peu d'emotions pour les soutenir. Les dessins font tres Hayao Myazaki mais les details font cruellement defaut, l'animation est tres bancale. Seuls les plans d'ensemble sont potables, mais des qu'on se rapproche un peu, tout va mal.
    Tout ca pour dire que les Contes de Terremer se rapproche plus de la mediocrite d'un Origine ou d'un Wonderful Days que d'un Ghibli. Notons tout de meme certains point plutot cools, comme une fin deja plus subtile que l'heure et demi qui la precedait (meme si toujours tres maladroite a bien des egards).
    Au fond ce brave Goro a mal choisi son sujet car c'est le terrain de son papa, qui n'est certainement pas un manche, et la comparaison est d'autant plus inevitable. Le film est tres bancal, avec une impression que les bases de l'animation et le soin le plus elementaire que l'on se doit d'apporter a un dessin anime ne sont pas presents. Mais bon il grandira le Goro, et je pense qu'au final il y a dans ces Contes assez d'elements originaux pour lui predire qu'a force de perseverance, il trouvera son envol hors de l'ombre imposante de son pere.

  • Jade

    16/04/2007 à 02h39

    Répondre

    Le dernier post est de moi
    J'en profite pour rajouter que la bande son est plutot sympathique

  • Dace

    19/04/2007 à 11h24

    Répondre

    Sans avoir lu le livre, le film passe plutôt bien. Même s'il est vrai que quelques petits détails passent mal. C'est vrai, si on se rend compte qu'on accroche pas, on regarde les dessins (qui sont très beaux). Je note même une petite assistance 3D vers la fin

  • Kyosuke

    19/04/2007 à 19h54

    Répondre

    Perso. j'ai pas lu le livre et j'ai vraiment accroché:

    Bon perso., je me dénonce, j'ai rien compris, beaucoup de questions reste en suspends (la raison du meutre du pére, la transfo. de tehrru, etc...), mais j'ai vraiment adoré le dévelopement de l'histoire et du monde dans lequel evolue nos heros, même si vers la fin, on sent un univers vide de vie (ex: dans le chateau, y'a personnes...).

    Dans se film, Miyazaki Fils a développé un scénario et un rythme plus ancré dans notre epoque, la ou un Miyazaki Pére donne le ton au rêve et a une linéarité casi inéxistante, Miyazaki Fils nous dirige et nous fait découvrir un monde de rêve et de fantasy etape par etape.
    C'est vraiment la sensation que j'ai ressenti, car perso. dans les Miyazaki Pére, je m'ennuis a voir une pseudo histoire se dégager du monde crée (attention, jene critique pas, je dis juste que Miyazaki Pére prefere nous fere rêver plutot que de nouveau faire vivre une aventure, se qui est tout a son honneur).

    Se Miyazaki est sans doute un des meilleurs, si se n'est le meilleur que j'ai vu, a la sortit de la salle noir, je n'ai pensée qu'a une chose: le revoir pour mieux (le comprendre ^^') le savourer, alors qu'a la vue d'un Miyazaki Pére, je suis juste satisfait, le revoir serait sympa. mais sans plus.

  • Anonyme

    01/05/2007 à 11h29

    Répondre

    je viens de lire tous vos messages ainsi que la synopsis
    je vais le voir bientot, cet apres midi d'ailleurs, malgré toutes les critiques (ou grâce peut être ^^) j'ai encore plus envie de le voir.
    Ce que j'ai pu constater sur beaucoup d'endroit c'est toujours cette comparaison entre le père et le fils.Je crois que si cela avait été un autre que le fils du grand miyasaki, je ne pense pas que la polémique pour savoir si la qualité est la même entre les deux générations, se poserait.
    Beaucoup compare le père à la fin de sa longue carrière et le fils qui fait ses débuts. Moi si je me rappelle bien des premiers de Miyasaki senior, c'était loin d'être ses chefs d'oeuvres de la fin.
    Je pense que Gro Miyasaki a encore le temps de mûrir et pourquoi pas rectifier ses erreurs pour surpasser dans quelques années son père.
    Les genres de narrations sont différents, il l'explique lui même pour différentes raisons et je pense qu'un peud e sang neuf ne pourra que faire du bien aux studio Ghibli même si il y a encore besoin de temps pour se forger sa propre identité.

    voia c'était mon point de vue tout à fait perso!

  • nazonfly

    02/05/2007 à 10h17

    Répondre

    Etant un grand fan du livre de Ursula Le Guin (ainsi que Miyazaki père, mais qui n'aime pas?), je ne pouvais décemment éviter la sortie de cet anime.
    Pour tous les fans du livre, il faut savoir que le film n'est pas si éloigné que cela du livre... à condition de mentionner que le film s'appuie en fait sur la troisième partie du livre (L'Ultime Rivage), ainsi que sur le quatrième livre paru longtemps après (Tehanu) avec un soupçon du Sorcier de Terremer (Ged à la poursuite de son ombre est remplacé par Arren!). Une adaptation fidèle du livre aurait nécessité trois ou quatre films!
    Dans l'Ultime Rivage, Epervier est à la recherche de la source du déséquilibre du monde, un déséquilibre qui se manifeste de différentes façons : dragons qui s'entretuent, agneaux malformés, maladie des bêtes, mangeurs de hazia (pour ceux qui se demandaient ce que venait faire cette drogue dans l'histoire), sorciers qui perdent leur pouvoir, voire le nient (la grosse femme aux étoffes). Je crois qu'il est difficile de comprendre tout le film sans avoir lu le livre tant les allusions sont nombreuses : comment comprendre que Epervier a sorti Tenar de la lumière sans connaître Les Tombeaux D'Atuan? comment comprendre les quatre marques sur le visage d'Epervier sans le Sorcier de Terremer?

    Une fois ces quelques faits en tête, que penser de cette adaptation? Je la trouve plutôt fidèle, à part deux ou trois détails : le nom du sorcier méchant, l'ombre d'Arran. Dans les détails, il est amusant de noter que le parricide est une invention et n'a pas lieu dans la réalité. Quant on sait qui est le réalisateur et surtout qui est son père, cette invention prend tout son sens (d'autant plus qu'elle n'apporte pas vraiment grand chose à l'histoire).
    Par rapport au roman original, il y a, quand même, quelques points qui m'ont déçu.
    Terremer est un monde où la mer est omniprésente, un ensemble d'îles. Dans cette adaptation, Epervier ou Arren passent de Enlade à Horteville, en cheval, alors que cela nécéssiterait des jours en bateau. Même si on voit Voitloin (le bateau de Epervier avec les yeux sur la proue) au début du film, on ne le revoit nullement par la suite!
    De plus, la magie a un rôle très important sur Terremer et la subtilité de cette magie est une vraie originalité de ce monde. Ici le sujet n'est que brièvement abordé, mais il est vrai que ce n'est peut-être pas l'essentiel pour l'histoire développée.
    Ensuite, pour les fans de Epervier, il n'a ici qu'un rôle mineur, Arren prenant toute la place du récit. Comme dans la plupart des Miyazaki, le héros ne peut être, bien évidemment, qu'un enfant.
    Enfin, et c'est bien malheureux, tous les messages de Epervier sur l'équilibre etc prennent un sens très nunuche. Un peu comme quelqu'un qui tenterait de copier un beau tableau et qui ne garderait que quelques couches de peinture, il y manque de la profondeur!

    Malgré toutes ces critiques, le récit est, je le redis, plutôt fidèle à l'oeuvre originale et reste très regardable, même si on est loin des derniers chefs d'oeuvre du père. Mais, pour un premier film, ce n'est pas si mal. Je crois qu'on peut lui apposer la mention 'Bien', mais pas encore les 'Félicitations du Jury'.

  • Anonyme

    13/04/2008 à 20h27

    Répondre

    N'ayant pas lu le livre, je ne peux pas juger de la fidélité du film.


    Mais l'histoire paraît un peu flou. Quand on finit le film, on se pose plein de questions sans réponses.


    Par exemple pourquoi tehrru se transforme? Ca fait un peu la "coincidence" qui sauve tout le monde. Et si elle est un dragon, qui sont ses parents? Pourquoi Arren tue t'il son père?... etc. On n'en connaît pas assez sur le passé des personnages.


    Bon après il y'a les éternelles sentences bien guimauve sur l'amour, la mort... Là je les ai trouvées vraiment trop présentes.On n'entend que ça d'un bout à l'autre du film.


    Sinon j'ai bien aimé les dessins. Pour un premier film c'est quand même bien. en espérant que ça ira en s'améliorant. ^^

  • Anonyme

    23/06/2008 à 23h39

    Répondre

    je crois qu'il faut éviter les comparaisons entre deux visions différentes du film d'animation même si il s'agit du fils Miyasaki. La conception psychédélique du père confine parfois à un délire personnel, pas forcément agréable à suivre . Je crois qu'il faut éviter la tentation de crier au génie à chaque sortie d'une création de Miyasaki. Après tout, qui s'intéressait à ses oeuvres avant Princesse Mononoke? On est passé d'un extrême à un autre et la critique a tendance à devenir trop subjective sur le "génieé Miyazaki. Si on s'éloigne du père pour sin'téresser à l'oeuvre du fils en tant que telle , l'animation est agréable à voir et je pense aussi que l'essai est fructueux tant du point de vue de la réalisation que des sujets abordés.

  • Anonyme

    23/06/2008 à 23h50

    Répondre

    ah oui pour ceux qui n'ont tout compris, c'est normal ,on ne peut pas résumer en un seul film d'animation toute la complexité que Ursula Le Guin a créé dans sa trilogie. Même si le film se réfère au 3è  tome , il rapelle plutôt le premier dans lequel Ged tente de fuir une ombre maléfique . Enfin , je ne fais pas partie de ceux qui espèrent des copier coller de livres , c'est toujours plus intéressant quand un réalisateur propose sa vision personnelle d'une oeuvre et encore une fois celle ci est plutôt réussie. Je conseille donc de voir l'animation

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques