7.5/10

Coq de Combat T.22

Nous avions laissé Ryo en plein désarroi dans le tome précédent et les nuages étaient noirs au dessus de lui. Dans quel état allons-nous le retrouver ? C'est précisément le sujet de ce nouveau tome qui porte le numéro 22.


Ryo retourne à l'école ... du ring !
Ryo est le genre de personnage à vivre dans l'ombre. À chaque fois qu'il s'approche de la lumière, il est rejeté encore plus profondément dans l'obscurité. Ce monde ne le dérangerait pas tant que ça vu son amour pour la violence mais il veut sauver au maximum la seule qui compte dans sa vie : sa sœur. Pour cela, il a besoin d'argent. Son échec dans le tome précédent pourrait l'avoir laissé au fond mais il s'est endurci. Cependant, le destin n'entend pas le laisser sans grand objectif. Ainsi, ses ennemis jurés du Banryûkai, après lui avoir adressé une violente invitation, lui demandent de se joindre à eux pour un grand tournoi. En fait, il s'agit d'un défi et l'équipe opposée est composée de tous les protagonistes vus autour de Tôma, le danseur fasciné par Ryo. L'ancienne étoile, à travers ce tournoi, défie son idole tout en préparant la destruction du Banryûkai. Ces derniers financent donc Ryo pour qu'il s'entraîne. En effet, Ryo a compris les limites de son style de combat. Voilà en substance la nouvelle trame qui se dessine. On voit enfin la rencontre entre l'univers de Tôma et celui de Ryo. Au-delà de la rencontre entre la lumière et les ténèbres, c'est également une opposition de style entre les prises de lutte et les frappes en percussion. Les deux étant complémentaires en MMA, on retrouve d'une manière martiale l'alchimie entre le yin et le yang.

Dans cet épisode, nous serons donc plongés dans l'entraînement de Ryo. Même si une certaine noirceur demeure, notamment pour l'invitation du Banryûkai, nous sommes en pleine observation d'un Ryo studieux. À l'instar de son investissement dans le karaté dans les premiers tomes, le voilà plongé dans les bouquins et les séances de sparring. Son maître, malgré ses mœurs et son hygiène, est un personnage puissant qui rappelle la figure loufoque de certains maîtres en arts martiaux dans les films de combat. Par contre, il faut avouer que, malgré l'intérêt manifeste que suscite ce tome, il a un rythme qui n'est pas facile à prendre. Il faut dire que Ryo a beaucoup à apprendre et qu'il doit façonner de nouveaux réflexes. De même, si l'ensemble est agréable à l'œil, certains gros plans rendent l'action peu lisible. Si le constat est vrai pour les frappes, il l'est encore plus sur les saisies et autres renversements. Néanmoins, Ryo et son maître nous proposent des séquences rythmées où le ground and pound prend toute sa place.

On attaque donc une nouvelle période pour Ryo et si ses ennemis semblent redoutables, ses alliés sont sûrement encore plus dangereux. En voyant les combattants impliqués et le ton de la série, on peut donc s'attendre à des combats intenses et des situations haletantes.

A découvrir

Claymore T.20

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    19/04/2008 à 01h03

    Répondre

    La violance a l'etat pure... tres bon manga, pour public avertie. 8/10

  • Anonyme

    23/10/2008 à 01h40

    Répondre

    Et bien voila un manga qui marquera les esprits.


    On est bien loin du gentil heros qui fait tout son possible pour devenir le plus fort et atteindre ses zolis reves: Ryo est d'abord présenté comme une victime du systeme japonais, mais se révele etre un sacré salopard. En effet la seule chose qui le motive, c'est fracasser la tete de ses ennemis, montrer sa puissance et surtout prouver a la terre entiere que "son" karaté (appris en prison pour survivre) vaut celui des maitres des dojos.


    Violence, bas fonds japonais, sexe, drogue, yakusa,...Si vous aimez les polars ou le héros est a la fois détestable et attachant, alors Ryo est votre ami.


     Ce manga, aux traits sombres et précis, aura surement tendance a repousser les lecteurs(et lectrices) les plus sensibles, mais ravirra les fans de coups violents, de psychologie destructrice et bien évidemment de karaté.


    Pour ma part, ce manga me fait l'effet d'une schizophrénie, il fait ressortir la violence que chaque personne peut renferme r en elle et la transforme en quelque chose de sadique, pervers, malsain mais malgrés tout jubilatoire. Loin de moi, l'idée de vouloir faire l'apologie de ces cotés bestiales de l'homme, mais l'auteur sait toucher la ou c'est sensible.L'évolution du personnage se fait "cressendo" et on en vient a se demander si Ryo va réussir a atteindre son but ou s'il ne va pas tout simplement tout rater comme un "looser".


    Bref, pour conclure "Coq de combat" est un seinen choc, efficace et tres réflechi. Je conseillerai aux fans de manga d'arts martiaux de le lire (si ce n'est deja fait), tout en acceptant les critiques qui me diront: "Mais!? C'est de la violence gratuite!?!" 


    Et de leur répondre: "Peut etre bien...et alors?" (avec un rire sadique héhéhé!!!)

  • Dat'

    23/10/2008 à 15h49

    Répondre

    La question est surtout de savoir quand les prochains tomes sortiront en France. Ce qui, pour le moment, est loin d'etre gagné.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques