5/10

Cosplay Animal T.7


Ouh, mais ce n'est plus Hajime !
Depuis que Hajime est parti aux États-Unis, Rika n'a pas le moral. Pour lui changer les idées (ou profiter de sa vulnérabilité ?) Sôki le dragueur réussit à la convaincre de participer à un dîner-drague. Rika ne veut pas draguer mais espère se faire des amis à l'université. Arata insiste pour y venir aussi, bien décidé à profiter de l'absence de Hajime pour revenir à la charge dans l'espoir que la jeune femme tombe amoureuse de lui. Rapidement, Rika est déstabilisée et un baiser est échangé sous les yeux d'Hajime, de retour !

L'auteur se décide enfin à jouer la carte Arata à fond et profite de l'absence du petit ami en question pour lancer son offensive. Déjà, c'est un peu lâche de la part d'Arata donc on se doute bien que son coup va pas super bien marcher et puis, avec toutes les fois où Rika a répété à quel point elle était accro, on la voit mal faire machine arrière. On a quand même le droit à un peu de piment dans ce tome et on en vient quand même à se demander si Rika va croquer la pomme, ce qui prouve que Watari Sakô peut faire du bon parfois. Bon après, ne vous attendez pas non plus à un volume exceptionnel, ça reste moyen. L'entrée à l'université de notre cosplayeuse du dimanche devrait apporter son lot de nouvelles intrigues dans les prochains. Vous avez hâte ? Moi pas tant que ça.

A découvrir

Cosplay Animal T.6

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques