7.5/10

Crush on You - COY

Yoon Seung Hun n'avait jamais connu l'amour avant qu'il ne rencontre Jongyi. Non pas qu'il n'ait jamais eu de copine, bien au contraire, c'est le plus infatiguable dragueur de son école, et c'est bien peu de le dire. Mais c'est bien connu, ceux qui enchainent les conquêtes cherchent à combler un vide affectif et à palier à leur maladresse sentimentale. Après avoir confondu Jongyi pour un clochard, il se rendra bien vite compte qu'il a devant lui l'amour de sa vie, sa seule raison d'être.

Problème : Jongyi est un garçon.
Crush on You
Crush on You
Autre problème : Jongyi est un très beau garçon, courtisé par toutes les filles de l'école, dont la superbe Woo Sun, qui était avec Yoon Seung quand ils ont rencontré Jongyi pour la première fois.

Après un arrangement diplomatique, Yoon Seung et Woo Sun décident de se concurrencer suivant des règles précises. La chasse au beau mec peut commencer.

Nouveau problème (pas de doute, nous sommes bien dans un manwha) : derrière son apparence de garçon un peu distrait, Jongyi cache en fait un terrible secret qui le rend à la fois si proche de tous et pourtant si distant.

Mais qu'à cela ne tienne, nos deux héros sont des séducteurs invétérés, rompus à tous les style, tous les terrains, et prêts à tout pour ouvrir le coeur cadenassé de Jongyi.

Ultime problème : Il s'agit de Yuri, l'amie d'enfance de Jongyi, qui, elle, est au courant de son terrifiant passé et y a même certainement joué un role. A en croire ses dires, il n'y a jamais rien eu entre elle et Jongyi, mais d'où leur vient cette complicité qui pourrait fort bien constituer un farouche obstacle à nos deux héros?

Crush on You, vous l'aurez compris, est un manwha sentimental écolier, un de plus, parlant de sentiments et de toutes ces choses dont on ne se lasse jamais d'entendre parler - encore heureux pour les auteurs me direz-vous. Le premier choc de Crush on You, c'est quand même cet amour homosexuel que voue Yoon Seung à son camarade Jongyi. Une fois n'est pas coutume, les auteurs coréens ne semblent absolument pas complexé sur le sujet (pourtant diablement déroutant pour un public français), et nous sort un héros qui ne semble pas trop se faire un cas de conscience quant à ses orientations sexuelles. Et on aura beau critiquer l'incohérence théorique, force est de constater que le personnage de Yoon Seung n'est pas le plus incohérent qu'on ai pu voir dans un manwha / manga sentimental. Les Coréens n'hésitent pas à sortir des folies presque psychédéliques (un exemple frappant ici même) pour aller au delà des sentiers battus - et échapper aux conventions nippones assez ancrées en la matière.

Et pour cause, Crush on You épate par la consistance de ses propos. Contre toutes apparences, nous sommes loin des tribulations collégiennes habituelles pour, au contraire, rentrer dans des sujets bien plus matures. Nous n'avons pas affaire à de vulgaires histoires de machin qui sort avec bidule, d'amour éternel ou autres simples questions de surface exposées avec la délicatesse d'un calamar géant. Lee Kyung Ha a au moins compris un truc, c'est que pour donner une histoire d'amour cohérente, il faut aller plus en profondeur que les strictes apparences, et de préférence commencer par là avant de partir dans tous les sens avec des trahisons, des mégères briseuses de couples et autres (ce n'est manifestement pas le cas de la majorité des auteurs de shojo mangas). Ainsi, nos personnages sont-ils présentés de manière intelligente sur les premiers volumes, par flash-backs, mais aussi lors de scènes assez rigolotes, comme par exemple celle où Woo Sun réuni ses trois copains du moment pour faire du délayage de groupe, si j'ose dire.

Une bonne technique pour présenter les personnages sur un autre plan que l'intrigue, leur donner une consistance qui permet d'outrepasser les clichés du genre. Et que dire sinon bravo en voyant la mise en page absolument renversante pour un manwha ? Retours en arrière, ellipses temporelles super bien pensées, et digressions sur des aspects non montrés des scènes précédentes ne sont qu'une faible énumération de ce que Lee Kyung Ha nous sert avec pour conséquence une mise à disposition ingénieuse de l'information et un suspens qui fait plaisir à voir dans une oeuvre sentimentale.

Ne hurlons pas au chef-d'oeuvre de suite et remarquons que les dessins ne suivent pas la mouvance générale de Crush on You, et restent médiocres, parfois gentiment soignés, mais trop peu pour qu'on attarde plus de quelques lignes. Trames, décors existant à l'état larvaire, personnages de second plan à peine ébauchés, auront bien souvent raison de l'effort créateur - que l'on percevra néanmoins, et sans doute est-ce le principal. Soulignons la présence de photos retouchées en guise de décors dans certaines cases, pratique décidement de plus en plus en vogue, et ici pas particulièrement inspirée (le noir et blanc enlève beaucoup à ce genre de fantocheries artistiques). Mais bon, ne poussons pas grand-mère dans les orties, on trouve bien pire artistiquement parlant, c'est juste que la médiocrité des dessins crée un certain courant d'air qualitatif assez frustrant.

Vous savez à peu prêt tout ce qu'il faut savoir sur Crush on You, et s'il est un conseil que l'on puisse vous donner, c'est de vous mettre bien vite à la lecture de ce manwha qui fait réellement plaisir à voir, à mi-chemin entre sentimentalisme et récit de bonne qualité.

A découvrir

Rozen Maiden

Partager cet article
A voir

Mijeong

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    28/07/2008 à 16h40

    Répondre

    J'adore ce bouquin!!!!


    Il est trop style!!!!

  • Seena

    13/11/2008 à 09h52

    Répondre

    Un très bon manhwa ! Les personnages sont attachants, il y a à la fois des passages très touchants et d'autres très drôles. Franchement, vous ne serez pas déçus .

  • Anonyme

    22/11/2008 à 23h43

    Répondre

    sans aucun doute mon manwha préféré


    une série sublime à lire de toute urgence


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques