3.5/10

Cynical Orange

Si vous pensiez que le shojô / sunjung actuel possédait une infime chance de se relever du matraquage de codes en tout genre donné depuis des années à quelques exceptions près, vous aviez tort. Si vous pensiez que les pays émergents de la bande dessinée orientale comptaient innover, vous aviez tort. Et encore. Si vous pensiez qu'ils pouvaient faire mieux, vous aviez tort. Et c'est particulièrement le cas des sunjung, titres formatés se ressemblant de l'un à l'autre. Avec Cynical Orange, un exemple de plus voit le jour même s'il est loin d'être le pire.

Sois belle et tais-toi

Cyncial Orange
Cyncial Orange
Hye Min Hwang attire toutes les attentions dans son lycée du fait de sa beauté. Les filles sont jalouses d'elle, les garçons fous d'elle. Sauf Jeong Yeon. Dommage, car c'est lui qui fait craquer Hye Min. Elle qui avait toujours pris soin de donner l'apparence d'une jeune fille calme et prête à endurer stoïquement les quolibets des autres filles.... Le jour où elle se rend compte de l'absence d'intérêt que lui porte Jeong Yeon, Hye Min décide de se lâcher et de laisser parler sa vraie personnalité, celle d'une fille cynique au caractère bien trempé ! Mais est-ce que cela sera suffisant pour repousser Mach Jang, le garçon qui semble avoir craqué pour elle ?

Dans ce drama school, les tourments de la belle héroïne laissent rapidement pantois de bêtise. Toutes ces réflexions narcissiques ne donnent pas envie de s'intéresser quelque peu à son destin. Se sachant belle et profitant de ses atouts, elle apparaît finalement comme une peste au coeur tendre avec un air hautain et solitaire. Les garçons craquent pour elle sans trop savoir qui elle est... Bref, une histoire désespérément niaise, jouant des apparences pour laisser éclater la véritable beauté par la suite : celle du coeur ! Ouais, bof ! Même si on aura beau essayé de s'enflammer à découvrir une nouvelle facette de cette histoire déjà-vu à travers n'importe quel titre du genre, c'est non. Les qualités d'humour apparaissent trop maigrichonnes comparés aux innombrables défauts jaillissant de l'oeuvre. Rien que le scénario faiblard devrait décourager d'y jeter un coup d'oeil.

Orangeade

Le personnage féminin se révèle insupportable à vouloir ce qu'elle ne peut pas, faisant preuve d'un égocentrisme assez parlant pour donner envie de ne pas la porter dans son coeur. Excepté Mach Jang, blablateur de première et le ténébreux Jeong Yeon, les personnages masculins épris de la belle sont réduits au rang de microbe. Le thème de la beauté vécu comme un calvaire ne prend pas et Cynical Orange s'enfonce dès le début dans une intrigue sans ressort, ni second souffle. Le seul bénéfice est un humour tranchant, allant du tac au tac, percutant. Le cynisme contenu dans le titre est tout relatif et s'évapore l'espace de quelques temps pour trouver une trame linéaire.

Pas de miracle non plus côté dessin avec une resucée des canons typiques du sunjung : visages fins dans des corps de rêve aux limites de l'anorexie, yeux de biche évocateurs, proportion des doigts rappelant les griffes de Freddy, look de lycéen tendance et autres... Cynical Orange ne se démarque pas de la masse et reste confiné comme une oeuvre « sage » avec un découpage sans démesure, aspect plutôt appréciable. Le public du genre y trouvera son compte mais les qualités réelles du sunjung demeurent tout de même très en deçà des best seller du genre (Nana en tête de liste).

Cynical Orange ne peut pas se targuer de renouveler le genre et s'enfonce dans la plus profonde langueur. Trop de ceci, pas assez de cela, le sunjung vend en continu la même histoire, et ça, c'est mal. Cette critique est valable pour un lot innombrable du genre. Malheureusement...

A découvrir

Graffiti

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    09/03/2009 à 16h01

    Répondre

    je n'ai pas lu Cynical orange et après cet article je ne le lirais pas.


    Après que ce manhwa soit mauvais (j'en sais rien)c'est une chose mais symboliser tous les manhwa et manhua sur ce seul exemple ce n'est pas fin.


    J'ai lu pas mal de shôjo jusqu'à maintenant et pour moi les les créations coréennes et chinoises sont plus originales, moins niaises et plus drôles (en général bien sûr).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques