5.5/10

Daemon Slayers - le one-shot

Une one-shot comme préquel au manga qui suivra en demi-teinte. Pour les amateurs d'action pur et dur uniquement !

Un récit d'héroïc fantasy de plus dans le monde du manga, ce n'et presque qu'une habitude prise à chaque début de mois. Les éditeurs semblent l'avoir bien compris et cherche la perle rare capable de rivaliser avec les canons du genre (Berserk, Claymore...). Derrière ceci, les titres de moindre importance paraissent avec moins de publicité. Et si souvent la qualité ne se montre pas toujours au rendez-vous, quelques-uns peuvent tout de même tirer leur épingle du jeu. A ce jeu, Daemon Slayers s'en sort comme il peut...

Démon et merveille

demonslayerpage1_250
Daemon Slayers (c) Tokebi
A une époque où les ténèbres et la lumière se disputaient le monde, les démons faisaient régner la terreur sur l'humanité. Pour protéger les hommes, les dieux envoyèrent sur terre une race spécialement destinée à combattre les démons, que leurs ennemis allaient bientôt appeler... Daemon Slayers. Un de ces Daemon Slayers appelé Mickael Lajiness vient d'arriver dans la cité de Ritel pour la débarrasser des démons qui l'occupent. Mais pourquoi sent-il la tristesse l'envahir à chaque pleine lune ? Les ténèbres qu'il combat n'aurait-ils pas envahi son coeur ?

A mi-chemin entre Berserk, Claymore et Monster Collection, le manga de Seiuchiroh Todono surprend par sa qualité graphique, moins par son scénario brouillon, concis et finalement uniquement centré sur une chasse basé sur de l'action brute. Les événements s'enchaînent à grande vitesse pour permettre au mangaka de délivrer un maximum de situations bourrées de combats explosifs entre un chasseur et des démons. Il y a un peu de Guts dans ce personnage à l'épée gigantesque (oh ! Une Dragon Slayer et des cicatrices partout sur le corps !), un peu de Claire (oh ! Un type qui dégomme du démon à tout va en étant craint), un peu de Monster Collection dans le dessin, un peu de Priest pour son ésotérisme. La classe de Todono en plus et voilà un one-shot sans pour sang paré pour être un actioner simple mais efficace. Pour la complexité du scénario, on attendra son développement sous la forme d'une série de plusieurs volumes.

Démon, démon, prends garde à ton menton

Peu à dire sur les personnages car hormis le couple de protagonistes, un chasseurdemonslayerpage2_250
Daemon Slayers (c) Tokebi
et son aimable patronne du moment, seul le méchant peut faire office de personnage. Et comme ses apparitions sont sporadiques... Pour le personnage principal, tout se concentre sous la forme de ses capacités surhumaines et son sens du combat. Les dialogues demeurant d'une relative platitude, Daemon Slayers ne s'oriente dès lors que vers une succession de baston plutôt bien mené.

Le mangaka donne un coup de plume percutant à ses personnages. Le chara design emploie autant à de nombreuses sources que le précité Monster Collection que la référence en la matière, Berserk avec suffisamment d'originalité pour ne pas dire que l'œuvre n'en est pas qu'une copie bête et méchante. Le one-shot dispose d'un bestiaire en demi-teinte, peu présent tout au long de l'œuvre mais avec des cases laissant entrevoir un beau potentiel pour le développement à venir.

Il faut voir le one-shot de Daemon Slayers comme un lancement à celui de la série. Le succès du manga japonais ayant entraîné une suite de bon niveau, l'attente pour la suite ne saurait faire mentir. Espérons que Kabuto saura de nouveau nous contenter...

A découvrir

Gantz - la série

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques