8/10

Dangoo

Ca fait toujours du bien d'aller voir du coté de chez nos amis coréens entre deux mangas. Le manwha se caractèrisait avant par son mimétisme du manga, il impressionne aujourd'hui par sa qualité croissante et son style en bonne voie de dévellopement. Dangoo est donc une très bonne surprise et aussi une très bonne oeuvre, qui montre que le manga coréen est aujourd'hui passé à la vitesse supérieure (pour certains en tout cas...).

Dangoo
Dangoo
Batou et son maitre Y'alang sont envoyés pour lutter contre Manout, un roi dissident du royaume de Koukai. Mission suicidaire s'il en est, au cours de laquelle Y'alang perd la vie, non sans avoir fait promettre à son vaillant élève de s'occuper de son fils et de le protéger. Car 'ils' vont certainement chercher à lui faire sa fête, tout comme 'ils' ont clairement tendu une ambuscade à Y'alang. Mais pourquoi feraient-'ils' ça? Car Y'alang, et par extension son fils, sont des Manjins, des monstres de combats, qui dansent sur les champs de bataille comme un coq dans un poulailler, et qu''ils' veulent à tout prix exterminer cette race diabolique et incontrôlable. Ainsi commence Dangoo, oeuvre fantastique et épique à souhait.

Fantastique, car l'histoire se déroule dans un monde parallèle qui fait bien un peu penser à la Corée médiévale et désertique, mais dont les éléments surnaturels et des personnages d'une force peu commune permettent de classer hors d'un contexte historique ce 'royaume du Koukai'. Dangoo reste pourtant relativement proche d'une oeuvre réaliste, n'introduisant aucune créature du type dragon, et autre type de monnaie courante de la littérature fantastique. Il y a pourtant un souffle irrémédiablement épique à cette oeuvre, contant l'histoire longue et tortueuse de Batou et Y'alang Jr. A travers les années et les affrontements titanesque qui constituent une bonne partie du manwha.

Dangoo est très graphique, portant certes une part de dialogues non négligreables, mais reposant clairement sur ses scènes d'action et ses personnages. Grâce à un design détaillé et efficace, faisant parfois très Vagabond, et un dessin vraiment beau, cette part majeure de Dangoo est réussie. Les débuts de volumes sont en couleur et font ressortir le soin particulier apporté aux décors tout comme aux personnages, qui restent assez stéréotypés mais parviennent néanmoins à avoir l'air assez vivants pour être crédibles et émouvoir le lecteur. Quant aux scènes de combat, on pourra regretter des problèmes de cohérence et d'enchainements assez difficiles à suivre, mais en règle générale, ils impressionnent par leur violence, notamment quand c'est Batou, gros bourrin notoire qui se bat à mains nues, qui mène la dance. Dangoo n'est pas un manwha bourrin, même si le sang coule tout de même à flot. La grande baston du premier volume est assez impressionnante, surtout quand on voit des plans d'ensemble des lieux jonchés de cadavres ou qu'on les voit voler pendant le feu de l'action.

Ainsi, Dangoo est une belle réussite, une oeuvre qui parviendra à faire battre le coeur des amateurs d'aventures folles et pleines d'action. Le premier grand manwha à ma connaissance, ce qui mérite ne serait-ce qu'un coup d'oeil.

A découvrir

Touch - le manga

Partager cet article
A voir

Aspirin

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • AkanleGrand

    02/06/2006 à 00h05

    Répondre

    Juste un petit message pour dire que Yaki n'est pas le fils de Y'alang mais sa fille. Mais bon, l'erreur était facile car c'est pas évident à la lecture du tome 1 de s'en rendre compte.

    A part ça, c'est un mangas comme on aimerait en voir plus souvent. La qualité du dessin est à mourrir, l'histoire même si elle n'est pas d'une très grande originalité laisse bien accrocher le lecteur et les personnages de Batou et Genji, sans oublier bien sûr Yaki sont attachants.

    Au niveau des petits défauts comme dit dans la critique de Jade, il y'a tout d'abord des scènes parfois compliquées à suivre, mais aussi quelques maladresses au niveau de la traduction (notament concernant Yaki) et malheureusement l'abandon des 2 premières pages en couleur à partir du T3.

    Sinon difficile de parler de ce mangas sans en révéler le contenu, donc je préfère me taire et me contenter de vous dire de vous jeter dessus, car une fois commencé on ne le lache plus.

  • juro

    02/06/2006 à 01h44

    Répondre

    Bone analyse. Je trouve que les hommes aux regards de serpent mérite amplement la note attribuée par Jade devant la qualité du dessin et devant la promesse d'un scénario qui ne demande qu'à s'étoffer un peu plus, ce qui s'amorce un peu avec le suite des volumes. Même si l'innovation restera dans la norme, Dangoo mérite le coup d'oeil...

  • Goumiliov Le Kuskoy

    24/03/2007 à 19h46

    Répondre

    près 5 volumes, le moins qu'on puisse die, c'est que le rythme est toujours aussi soutenu, l'histoire se densifie et les personnages prennent de la profondeur. La seule chose dont j'ai peur, c'est que ça se complique un peu trop. Il ne faudrait juste pas que l'auteur prenne la decision d'ouvrir trop d'hypertextes dans ce scenario qui est deja assez dense en lui meme.

    Allez, un peu de patience, le volume 6 sort le 23 mai

  • Anonyme

    04/01/2009 à 15h46

    Répondre

    A propos du volume 6, censé sortir il y à bon nombre d'années, qu'en est -il ? l'auteur arrète ? ou problème temporaire d'édition ?


    j'éspère que ça ne finira pas comme "PRIEST", oû je suis bloqué au volume 16 depuis plus de 3 ans...


     


    Sinon, je suis d'acord avec vos propos: dessins vraiment impressionant, dans un univers très vastes et pleins d'aventures ! Cette oeuvre me rappel par moment "BANYA"...

  • juro

    04/01/2009 à 19h40

    Répondre

    Gochawon est édité par Soleil et Soleil a décidé d'arrêter Gochawon et toutes les collections qui s'y rapportent... On ne verra pas Dangoo de sitôt à moins qu'un autre ne la reprenne entre temps.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques