Le Zoom de la semaine : Darwin’s Game - Combats de singes.

La vie de Kaname Sudo bascule le jour où ces quelques mots a priori inoffensifs s’affichent sur son portable. Il a le malheur d’accepter l’invitation. Aussitôt mordu au cou par un serpent virtuel surgi de l’écran, il est désormais l’esclave d’un jeu impitoyable, le "Darwin’s Game", véritable arène urbaine dans laquelle des participants interconnectés via un réseau social s’affrontent dans des duels à mort. Très vite, le lycéen doit se rendre à l’évidence : même s’il essaie de se soustraire au jeu, ses adversaires, attirés par l’appât du gain et le frisson du combat, sont prêts à tout pour le retrouver…

En cette période de fêtes, rien ne vaut un petit concours ! En partenariat avec les éditions Ki-oon, Krinein vous propose de gagner l'un des six tomes 1 mis en jeu et de découvrir la série. Pour participer, c'est très simple, surveillez les comptes twitter de Krinein et d'Ours256 cette semaine puisque trois volumes seront mis en jeu sur chacun d'entre eux. 


Les survival games, Ki-oon semble en avoir fait sa marque de fabrique, à tel point qu'on n'est même pas surpris d'en voir débarquer un nouveau ! Dans la lignée des Doubt, Judge, King's Game et même Jeux d'enfants, Darwin's Game nous propose de suivre les aventures de Kaname Sudo, un lycéen invité un jour à rejoindre un jeu en ligne par l'un de ses amis. Manque de pot pour lui, il s'agit d'un jeu où l'on risque sa vie… Un peu comme tous les autres titres du genre, on est lancé in medias res soit dans le feu de l'action. En quelques pages à peine, le calvaire du jeune garçon commence (bon OK, c'est pas aussi rapide que dans Jeux d'enfants mais quand même…). Même s'il commence tout seul, il sera presque immédiatement chapeauté par une mystérieuse alliée qui l'observe de loin. Cette dernière va lui expliquer toutes les ficelles du jeu et comment il peut en tirer un bénéfice financier conséquent. C'est d'ailleurs, selon moi, l'un des éléments originaux de Darwin's Game : les participants peuvent transformer leurs points en une somme d'argent non-négligeable. Grâce à cette règle toute simple, une toute nouvelle dimension est donnée au jeu puisque certaines personnes vont y participer et donc pousser d'autres gens à les rejoindre dans l'unique but de s'enrichir. 

Petite subtilité introduite dans le deuxième volume : tous les participants mordus par le serpent obtiennent une sorte de pouvoir qu'ils sont censés pouvoir utiliser sans apprentissage préalable. Evidemment, notre héros ne sait pas trop ce qu'il peut faire et il semblerait que sa capacité soit très particulière, au point d'attirer des participants difficiles à gérer. Avec ce petit détail, on se rend compte que l'on ne se trouve pas en présence d'un titre qui se voudra réaliste du tout. Est-ce que c'est un mal ? Pas du tout ! Au contraire, très souvent dans les titres cités plus haut, la fin décevait. Avec l'introduction du surnaturel dès le départ (et donc d'une volonté claire de ne pas s'ancrer dans le réel), les auteurs ouvrent énormément de possibilités quant à la conclusion de leur récit. Les règles du jeu en lui-même sont encore assez floues. Les joueurs peuvent se défier et parier des points (qui pourront être changés en argent et qui permettent de rester en vie) dans un combat à mort, ou non, tout dépend du caractère de l'attaquant. Néanmoins, les administrateurs du jeu semblent aussi organiser de nombreux événements avec des récompenses variées à la clé comme la chasse au trésor qui commence dans le deuxième volume. Les auteurs semblent donc avoir quelques idées pour ne pas tomber dans la routine ou même dans les gros clichés du genre. Après, rien ne dit que certains personnages ne vont pas se mettre à en tuer d'autres pour avoir une plus grosse part du butin…

Les personnages principaux sont présentés assez rapidement pour le moment. Pour l'instant, ce qui ressort le plus, c'est côté acharné du héros, Kaname et le côté roublard de Shuka, la jeune fille qui va lui mettre le grappin dessus. Comme tout protagoniste de shônen (oui oui, même si le titre est un seinen, son héros ne correspond pas forcément au genre), il est perdu, il est motivé, il possède une volonté de survie qui m'a un peu rappelé celle de Kei Kurono (personnage principal de Gantz d'Oku). La part de mystère se trouve plutôt chez la demoiselle qui semble avoir une très bonne connaissance et surtout une excellente maîtrise du jeu. Leur relation démarre presque par hasard (on est dans un manga quand même) puisqu'elle aide Kaname à survivre à son premier duel. Cependant, leurs interactions prennent une tournure assez inattendue dans le deuxième tome, en tout cas, assez pour intriguer et même donner envie d'en savoir un peu sur le passé de Shuka.


Au final, les auteurs FLIPFLOPs (mot qui signifie tongs en anglais - vous savez, ces horreurs que vous portez à la plage) se débrouillent plutôt bien jusque là, que ce soit au niveau graphique mais aussi au niveau narratif puisqu'ils nous offrent un habile mélange entre réalité et réalité virtuelle via l'utilisation du téléphone portable et autres changements de zones. Bref, les férus du genre n'hésiteront pas trop longtemps, les autres se laisseront peut-être tenter par l'aspect jeu renforcé et le graphisme léché. Une chose est sûre, les deux premiers volumes laissent présager du très bon pour la suite !

 

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques