6.5/10

Debaser

Un titre rock tout en musique dans un monde aseptisé par la guimauve diffusé. Si tout n'est pas parfait, on retiendra quelques bonnes idées de ce manfra amusant.

Paris 2020, Mundial l'unique major du disque, impose à la France sa pop mielleuse et fade. Toutes les musiques jugées subversives sont interdites par le gouvernement sécuritaire en place, qui montre son soutient à la musique made in Mundial. Il reste tout de même certaines personnes qui résistent en redécouvrant la vraie musique. Réunis un peu malgré eux, deux jeunes, Joshua le rebelle et Anna l'intello, vont faire face à la censure gouvernementale. Mais quand on joue des sons prohibés, il faut courir vite, très vite !

Debaser
Debaser
Nouvelle série du cru titrée chez Ankama, Debaser (d'après un titre des Pixies) possède un univers très particulier. Au-delà de son scénario nous montrant deux jeunes rebelles répulsifs à la musique de cabinet, c'est le style graphique qui frappe immédiatement aux yeux avec un encrage abondant, matérialisant la colère de Joshua envers tout un chacun. Raf, jeune dessinatrice, abordant avec ce titre son premier manfra, trouve tout de suite un écho avec un futur aseptisé et manquant cruellement de couleurs. A la manière d'un Taito Kubo (Bleach), Raf nomme chacun de ses chapitres ou fait référence à quelques uns des plus fameux titres de l'histoire musicale tirés d'artistes le plus souvent à dominante rock AC/DC, Rage Against the Machine, Rolling Stones mais aussi Jay-Z. Niveau maturité, par contre, on repassera. Les dialogues ne volent pas bien haut et les propos tournent rapidement vers de la révolution de canapé concernant l'industrie capitaliste du disque, pas de quoi soulever des montagnes... Mais un joli nombre de trouvailles rendent le titre sympathique à plus d'un titre avec un message redondant faisant passer la musique pour un cri de révolte résonne beaucoup plus que les propos initiaux. D'autant plus que les deux personnages correspondent tout à fait au genre.

Même si le dessin n'atteint pas des sommets, Debaser reste encore une fois un titre appréciable où l'on sent qu'Ankama a laissé une grande part de liberté à son auteur. Ce petit goût artisanal se retrouvant déjà dans la liberté de ton, on apprécie cette fois-ci le côté très généreux, fourmillant de détails et d'un grand nombre de phases amusantes. Si on ne s'attendait tout de même pas à un chef d'œuvre, la qualité se montre présente à tout point de vue. Le chara design peut laisser sceptique un temps avant de s'adapter à l'univers de Raf.

Un titre pas novateur mais qui s'intègre parfaitement dans la lignée du catalogue Ankama. La petite maison d'édition fun se trouve ainsi de nouveaux auteurs capables d'assurer la continuité du service... en musique !

A découvrir

Shin

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    25/08/2009 à 21h24

    Répondre

    ce manga est super, enfin c'est mon avis ...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques