7/10

Detective Ritual

Eiji Otsuka (Kurosagi, MPD Psycho) revient à ses succès avec une enquête policière entre shônen et seinen.

Dans un futur où le système judiciaire nippon connaît de profonds bouleversements, les enquêtes sur les meurtres commis ne se voient plus simplement confiées à la police, mais sont principalement du ressort du Club des détectives japonais (en anglais, JDC). Ce club, en réalité une organisation d'État qui regroupe en son sein d'anciens détectives privés et des professionnels du droit, a été fondé par le gouvernement pour permettre à des civils de participer aux enquêtes en cours, et tenter de les résoudre. Il compte environ 350 membres. Bientôt, toutefois, le JDC doit faire face à une concurrence imprévue : celle du Club des détectives volontaires, un club d'investigation regroupant des jeunes adolescents qui enquêtent bénévolement.

Trois d'entre eux se révéleront particulièrement efficaces, et useront, pour parvenir à leurs fins, de méthodes peu orthodoxes... Dans le même temps, tous les membres du JDC reçoivent une invitation à un énigmatique "rituel d'investigation" envoyée par le "fondateur des détectives". Une initiation mystérieuse qui permet aux détectives de gravir certains échelons dans la profession, ceci afin d'accéder à des secrets que l'on ne dévoile qu'à une élite...

Detective Ritual
Detective Ritual
Detective Ritual
trouve un écho dans la catégorie Dark de Pika. La question légitime du « pourquoi Dark ? » peut se poser au visionnage de la couverture mais la suite ne laisse aucun doute au fait que ce thriller bénéficie d'un atour majeur : une ambiance. A peine le temps de faire connaissance avec les personnages que les bases posées volent en éclat, un mystérieux meurtre de 99 détectives est à mettre à jour. Et pour cela, deux écoles s'affrontent : les vieux briscards du JDC et le Club des détectives volontaires, tous aussi bizarres les uns que les autres. La volonté de s'unir ne semble pas au rendez-vous mais pourtant la vague de crimes continue semant la terreur sur la profession de détective... Pas si éloigné d'un Détective Conan, ce titre évolue dans le bon sens et suivant une intrigue principal dans lequel les références aux plus grands romans du genre sont actées (Le mystère de la chambre jaune...). Detective Ritual arrive à créer l'ambiance nécessaire pour capter l'attention, à grands coups de retournements de situation et de révélations. Même si Eiji Otsuka semble naviguer à vue par moments, on a plutôt confiance à travers ce début qui ne s'étalera que sur six volumes (mention bien aux quelques clins d'œil à MPD Psycho et Kurosagi).

Otsuka, capable du meilleur (MPD Psycho) comme du pire (à peu près tout le reste de sa bibliographie), semble être dans une bonne période et livre un scénario convaincant pour l'instant. Collaborant avec Chizu Hashii, son manga n'arrive pas à avoir une identité claire entre le chara design shônen de ses personnages et l'ambiance résolument seinen, le clivage choque. Mais on s'y fait finalement assez vite sans pour autant être surprise de la qualité graphique de Detective Ritual.

Un petit manga policier, fait trop rare pour ne pas être souligné, pas mal mais qui demeure à être suivi car Eiji Otsuka nous a souvent habitué à se perdre en chemin pour nous rendre des bouillies infâmes.

A découvrir

Lost Brain

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques