6/10

Détenu 042

Un manga sur la peine de mort, ça pourrait avoir un certain charme si le sujet était bien traité. Yua Kotagawa, inconnu au bataillon, relève le défi et décide d'imposer son style dans un genre difficile. Comment un être inadapté à la vie sociale selon toute vraisemblance peut-il se faire une place dans une école, lieu ambigu entre cruauté et découverte des codes de la vie quotidienne ? C'est tout le défi imposé à Tajima Ryôhei, le Détenu 042...

Seconde chance

Détenu 042
Détenu 042
Le gouvernement nippon décide de remédier à son problème carcéral par un programme expérimental de réhabilitation de ses condamnés à mort à des travaux forcés à la seule et unique condition de se voir implanter une puce permettant de déceler la moindre pulsion destructrice. Si le cas s'avérait, la mort serait instantanée. Premier cobaye contraint de la science : Tajima Ryohei, qualifié de monstre sanguin après quatre meurtres. Mais le « jeu » se révèle plus difficile que prévu car les travaux du condamné vont l'amener à appréhender un lycée, lieu de rencontres et de dangers inattendus...

Entre drame et humour, Détenu 042 présente une histoire intéressante mais avec le stéréotype quasiment impossible à surmonter de l'environnement écolier. Le scénario typé seinen ne manque pas d'intérêt en montrant un personnage se découvrant autant lui-même que les autres. Cette seconde naissance amène un lot de réflexion sur l'être humain assez intéressante mais mal compensé des retombées dans des travers très shônen. Détenu 042 aurait pu être un bon manga bien traité s'il n'avait pas fondu sous l'avalanche de bons sentiments dégagés par l'intégralité des personnages si bien que les petits scénarios ne servent qu'à mettre exergue des intrigues à morale peu aguichantes. Si le personnage principal se révèle attachant par son mutisme permanent le rendant assez unique en son genre et celui du scientifique rigolo et vicieux, le reste ne dégage pas des masses d'originalité et prend progressivement le pas de présenter en fil rouge le développement des valeurs du shônen (amitié, amour...). En flirtant entre les genres, Détenu 042 perd en crédibilité et surtout en intérêt.

Détention provisoire

Une certaine parenté existe avec Transparent pour le scénario avec une équipe de scientifiques observant son cobaye sur le terrain avec la même touche d'humour amusante et un ton dramatique par instants parvenant à capter l'intention. Mais si dans le manga suscité, la répartition et les chutes étaient bien réparties, elles le sont un tout petit peu moins dans Détenu 042 qui parvient néanmoins à dégager son lot d'émotions. Tajima est fréquemment la proie de vengeance et ses réactions montrent un personnage faisant de son mieux pour accomplir sa nouvelle tâche, attachant... à la différence des personnages féminins lambinant entre leurs doutes. Petit à petit le sujet principal passe à la trappe, évoluant vers autre chose... et on se demande bien quoi même si l'histoire surprend par instants.

Yua Kotegawa semble visiblement plus à l'aise pour mettre en valeur des personnages en SD que pour le reste. Manquant surtout de détails, les personnages n'évoluent pas d'un poil avec des visages bien marqués. Le trait fin s'intéresse uniquement aux protagonistes, délaissant totalement le remplissage. Les personnages sont expressifs, rendant bien le message transmis par la mangaka. La mise en page est dynamique, rendant attractive la lecture de l'ouvrage, le tout dans une édition agréable.

Détenu 042 n'exprime pas le plein potentiel entrevu dans les débuts du premier volume pour ne plus devenir qu'un petit manga se lisant bien. Pour la petite particularité, le titre est écrit en braille sur la couverture faisant ainsi référence à un personnage féminin non voyant. Un titre qui se lit mais dont on ne gardera pas un souvenir mémorable au final.

A découvrir

Rookies

Partager cet article
A voir

Dream

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Kei

    19/04/2006 à 20h48

    Répondre

    42


    Forcément une bonne série

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques