6/10

Dofus - le manga

Le titre directement adapté du jeu vidéo du même studio. Un condensé de blagues potaches et d'action pour un manfra au long cours.

Manfra est un terme bâtard pour désigner une bande dessinée d'origine française inspiré du style manga. A ce titre, Dofus apparaît comme une bonne surprise avec un écartement par rapport au monde du manga assez brusque pour se tourner vers un ton libre et amusant. Dans un univers typé heroïc fantasy, le manga s'illustre par son côté humoristique. Les amateurs du jeu en ligne pourront sans doute retomber en terrain connu alors que les autres pourraient bien être tenté de jeter un coup d'oeil pour découvrir une bande dessinéehttp://manga.krinein.fr/manfra (faîtes votre choix) tout à fait sympathique même si manquant de profondeur scénaristique

Arty-fice

Dofus, c'est le pied !
Dofus, c'est le pied !
Arty est un jeune berger Féca. Il vit dans une région reculée d'Amakna avec son grand-père Crail, expert en technique de combats dans son illustre passé. Lorsque les forces du Mal débarquent par surprise pour s'acharner sur eux, Arty est catapulté à contre coeur par son aïeul avec pour mission de stopper le maléfice frappant les gelées de la forêt de Katrepat. Un sortilège improbable contraint ces êtres gélatineux à exercer leurs fonctions reproductives au risque de provoquer un terrible baby-boom. Débuts difficiles pour le jeune héros qui partira dans une quête initiatique avec des compagnons tous plus farfelus les uns que les autres afin de découvrir les formidables secrets du monde et ceux enfouis en lui...

Bon, très sincèrement, Dofus est un énième shônen avec un héros à la recherche d'une grande envie de découvrir le monde et déstabiliser les forces du Mal régnant sur cette paisible contrée. Déjà vu ? Oui, mais... l'intérêt de l'oeuvre ne se limite pas à son scénario mais au fun procuré par les situations s'enchaînant avec pas mal de rythme, pas de temps mort et un bon lot de situations cocasses. Si les gags ne volent pas toujours très haut, certains surprennent et le scénario principal part rapidement en sucette pour laisser place à un joyeux foutoir ambiant constitué de quêtes annexes. Bien évidemment, les rencontres farfelues sont au programme et le héros verra des compagnons et des ennemis à peu près tous aussi gagas les uns que les autres. Mêmes les grands méchants possèdent cet aspect ridicule qui les rendent sympathiques au point que le lecteur en redemande.

Du jeu au manfra

Le principal atout du manfra est son humour en toutes circonstances, parvenant à faire oublier les lourdeurs scénaristiques propre au thème de la quête initiatique. Bien évidemment, la parodie et le ton léger sont mis en avant pour dégager un second degré en permanence. Dofus se lit sans penser, juste pour passer un bon petit moment de détente, rien de plus. Pourtant, l'oeuvre possède un point noir assez désagréable visuellement, à savoir son dessin. Le trait arrondi ne rend pas véritablement justice à l'oeuvre et fait perdre un peu d'attrait au titre. Les dessins assez grossiers laissent des personnages peu travaillés, toujours en SD mais assez expressifs dans l'ensemble. Le mode 7 donne un coup de peps à certaines cases mais l'ensemble reste assez faible. Néanmoins, le lecteur ressent le plaisir pris par les auteurs pour partir dans leur déliré. Et si après tout, Dofus n'était que ça ? Un bon gros délire développé en tirant sur toutes les ficelles du genre. Faut croire...

Si le scénario ne vole pas tout là haut dans la stratosphère, l'atmosphère dégagée par l'oeuvre ouvre de bonnes perspectives de développement pour la suite et pourraient bien conquérir ceux qui avaient déjà aimé Sentaï School. Par son côté cheap et ses nombreux clins d'oeil au monde de la bande dessinée mondiale ou de la télévision, Dofus parvient à tenir le rythme et à se montrer agréable pour ses débuts. Bonne chance à la première parution des éditions Ankama.

Les Shushus de Rushu

6/10 Shushu Chups

Les Shushus de Rushu
Les Shushus de Rushu
Faisons une pause pour plonger dans le temps, des siècles avant la naissance d'Arty, héros du manga Dofus ! Dans un plus grand format, cette BD raconte une histoire « Hors-série » à la saga manga Dofus. Rushu, seigneur des démons, envoie sur le monde d'Amakna quatre démons élémentaires : ses fameux shushus ! Ensemble ils quittent leur dimension démonique pour détruire le monde des 12 ! Mais c'est sans compter sur l'intervention des protecteurs des 6 Dofus. Pour les sauver tous, ils invoquent l'un de leurs pires ennemis: le terrible Goultard le Barbare !

Maintenant que Goultard est entré dans le monde dessiné du manfra Dofus, il était temps de lui donner un background afin de justifier son côté démoniaque et explosif. Avec cet album hors série placé dans la droite lignée du titre original, les auteurs du studio Ankama (Mojojojo, Brunowaro et Ancestral Z) se plaisent à offrir un court récit 100% action dans lequel la vedette est prise par le grand méchant. Ce bad boy sans pitié apparu récemment aux yeux des lecteurs mais connu des joueurs trouve ici même les sources de l'origine de sa transformation en monstre encore plus terrifiant. A travers un scénario minimaliste, voici le prétexte idéal pour les auteurs d'agrémenter leur œuvre. Ce titre intéressera uniquement les lecteurs voulant poursuivre l'œuvre plus en profondeur. Car si cet épisode est absolument dispensable, il répercute les bonnes idées et l'esprit présent dans l'œuvre originale avec un graphisme similaire. On notera juste que Les Shushus de Rushu se dénoue en grand format et avec un traitement graphique peu chatoyant. Au lieu du traditionnel N&B, on a droit à du rouge et blanc, du bleu et blanc et du vert et blanc...

Une originalité qui ne paye pas. Un petit supplément d'âme pour la saga manfra Dofus avec ce titre maniant humour et action dont on retiendra l'essentiel, le passé de Goultard et sa transformation en DarkVlad.

Les Mains d'Eniripsa

6.5/10 Le choc des titans

Elexter et Bruménie, deux jeunes guérisseurs Eniripsas, partent à la recherche des fleurs de Dzibi. Ces fleurs sont si puissantes qu'elles peuvent pacifier la pire des brutes. Ce que les deux compagnons ignorent, c'est que les dieux vont se mêler de leur destin ! La déesse Eniripsa vient de parier avec le Démon Rushu que ses disciples allaient réussir leur quête... C'est sans compter sur la malice du démon, qui envoie ses troupes de choc s'occuper des deux amis.

Mi artbook, mi BD, ce beau livre nous expose une vision de Dofus inspirée de celle vue dans l'excellente série TV Wakfu (sur France 3) avec des personnages déjà aperçus dans la BD. Même esprit d'aventure pour un titre sans limite d'âge, rempli des calembours du manfra et d'une courte aventure demandant à être développée. Si celle-ci reste en devenir pour le moment, on s'attardera un peu plus sur ce livre très coloré et superbement mis en page, cet ouvrage atteint son but surtout à travers des portraits complètement délirants des personnages apparus plus tôt. Une très bonne surprise qu'on n'attendait pas forcément à ce niveau. Une nouvelle réussite signée Ankama...

A découvrir

Beck - la série

Partager cet article
A voir

Jeux d'Enfant

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • seex

    31/07/2006 à 16h17

    Répondre

    Bonjour,
    C'est vrai que pour ceux qui aiment cela fait penser à Sentai School au niveau de l'humour. mais au niveau des dessins c'est plus un mélange de Samuraî Jack et de Clone Wars.
    C'est vraiment hilarant, le tome 3 ne manque de parodier en un chapitre : Oban Star Racer, Ben Hur et ses chars, Mario Kart, toujours des allusions au fameux jeux Days of the tentacles, et autres réfèrences diverses de la culture ludique, ciné, bd, manga, comix etc.
    En exclu les persos de Mutafukaz un comics aussi chez Ankama éditions ( http://www.ankama-editions.com) qui participent à la course aux côtés de sosies des fous du volants, de la princess Peach etc ! déjanté à souhaits !!!
    J'adore !!
    à lire pour se marrer.

  • juro

    11/12/2006 à 23h36

    Répondre

    La petite série qui monte verra son 4e tome paraître le 8 décembre 2006

  • Anonyme

    20/05/2007 à 19h13

    Répondre

    Par rapport au début, je dirai que le scénario s'est un peu développé (sans trop s'éloigner des clichés du genre, mais en les utilisant voire en les détournant efficacement).
    En tout cas, on a droit à des moments bien plus sérieux, sans que l'humour soit en reste. Du coup ce qui me fait privilégier ce manga (manfra pardon ) c'est son ambiance ; pour un titre français, développer une ambiance et des personnages attachants à l'égal d'un manga japonais (même commercial), c'est déjà une franche réussite.

  • Tanpopo

    22/05/2007 à 12h50

    Répondre

    Aie Aie Aie ...

    Je me suis laissé tenté par le tome 1 cette BD: appelons un chat un chat, manga étant simplement le terme japonais. Je ne comprend pas trop ce qui borne les éditeurs de BD noir et blanc à vouloir les appeler manga (peut-être juste un coup de pub pour profiter du buzz manga en France ???).
    De toute façon les occidentaux ne peuvent pas faire des "manga", c'est un problème tout simplement culturelle un point c'est tout.
    Enfin bref, passons le dénominatif n'a pas tellement d'importance (même si je ne m'y ferai jamais) si le contenu est de niveau mais c'est bien là le problème.

    Après les très nombreux bon échos dans la presse et sur le net, j'ouvre donc le premier tome:

    Alors premièrement graphiquement c'est quand même très moche: le trait est plutôt grossier et ressemble à du mauvais cell-shading, le peu de trames est assez mal utilisées (le plus souvent remplacé par de grands aplats de gris qui laissent une sensation de vide et de platitude); Le peu de décors n'est pas non plus fantastique et manque d'un minimum de détails. Le découpage et la disposition des cases ne pose pas de problème de lecture mais (comme le dessin d'ailleurs) n'insouffle pas du tout une sensation de mouvement et rend le déroulement des scènes trop statiques.

    Le charact-design, qui ressemble à un mix entre un vieux cartoon Tex Avery, surtout pour les expressions faciales exagérées, et un dessin sous applet java oekaki, ne me convainc pas vraiment non plus.

    Le scénario pour l'instant pas grand chose à en dire pour ce premier tome, ça semble un prétexte (comme la majorité de la H-F) pour un voyage entre compagnons: ça reste donc assez classique et efficace pour lancer l'aventure et les péripéties.

    Le point fort est, parait il, l'humour de l'uvre: si certains passages (que je ne citerai pas volontairement pour ne pas spoiler) m'ont fait esquisser des sourires: pas de quoi non plus se rouler par terre; J'ai même ressentie, certains passages se voulant drôle, plus ridicule que loufoque et ne suis pas complètement entré dans leur univers parodique.

    Bref, assez déçu, par ce premier tome pour avoir envie de le revendre et de stopper prématurément l'aventure. Il y a tout de même de bonnes idées et un côté très rafraichissant sans prise de tête inutile et on sent une volonté de bien faire sans se prendre trop au sérieux:

    Ca manque quand même au final de liant et de maitrise sur beaucoup de point de vue dans ce premier volume. S'il fallait le noter je mettrai entre 4 et 5 sur 10.

  • Anonyme

    09/11/2007 à 11h49

    Répondre

    dofus c'est trop bien car les dessin son bien fait l histoire est bien 10/10

  • Anonyme

    07/04/2009 à 09h26

    Répondre

    [list=a]
    [*]BofBof pour moi :s vu que je ne les pas encord ^^[/*:m][/list]

  • Anonyme

    16/07/2009 à 21h14

    Répondre

    ces nul !!!!!!!!!!!!!!!!! ces trop un truc de con[img]/manga/../forum/images/smilies/pouah.gif"%20border="0[/img]

  • Anonyme

    13/09/2010 à 00h02

    Répondre

    Dofus? un mangas , c'est juste bon a entretenir un bon feu de camp , on ne peut pas qualifier ça comme étant un mangas , une BD oui, mais pas un mangas.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques