Les Doki-Doki du mois de décembre 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : Prostituée / Tribal / Romance.


Husk of Eden 2 : Dans ce deuxième tome des aventures des soldats qui protègent la Ziggurat se focalise sur Lily, une ex-prostituée devenue soldat suite à la mort de toutes ses amies, assassinées par de riches clients. Son caractère enjoué dénote totalement avec le climat de guerre de la citadelle et l'auteur en profite même pour introduire une petite dose d'humour dans la série. Au début, on reste assez réservé mais très rapidement, on se rend compte rapidement compte que le mangaka sait ce qu'il fait et le tout s'intègre plutôt bien. *Mini-spoiler qui n'en est pas vraiment un* Même si on s'était habitué à voir le personnage principal de chaque arc mourir avec l'hécatombe du premier tome, l'auteur réussit presque à nous faire croire que Lily va survivre et son trépas est plus qu'inattendu… *Fin du mini-spoiler qui n'en est pas vraiment un* Au niveau du dessin, ça reste globalement beau même si j'ai eu l'impression qu'il manquait des éléments sur certaines planches (quand Lily prend Lam dans ses bras, la deuxième fille n'apparaît pas dans la deuxième case) mais ça reste très mineur. Le tome reste plus qu'agréable à lire grâce à son récit bien mené et à ses personnages vraiment attachants (même si on sait tous ce qui va leur arriver !). Une petite série à tester donc !

Taboo Tattoo 7 : Après plusieurs mois d'attente, on retourne dans le monde de Taboo Tattoo, le manga créé par Shinjirô (aussi dessinateur de Fate/Zero pour ceux que ça intéresse). Après les événements tragiques du tome 6, l'histoire se déplace aux Etats Unis et plus précisément au Grand Canyon, où se trouvent une ruine convoitée par le groupe de Seigi, l'armée américaine mais aussi la princesse Âryabhata (toujours aussi compliqué à écrire !). L'auteur nous propose une bataille de grande envergure pour le retour de la série avec des utilisations de glyphes à ne plus savoir qu'en faire et à des scènes d'action monstrueuses. Il fait partie de ces rares mangaka qui peut se permettre des volumes entiers de combats sans qu'on lui dise quoi que ce soit… Il parvient à placer assez de texte dans les affrontements qu'il décrit pour faire avancer l'histoire petit à petit et sans gâcher le rythme. Le seul petit bémol viendrait peut-être de certains dialogues qui ne sont pas totalement aboutis (il y a même un peu de vulgarité parfois malvenue) et mériteraient ainsi un peu plus de travail. Après, jongler entre ses deux séries ne doit pas être particulièrement facile mais il faudrait que Shinjirô fasse attention à ne pas trop privilégier l'une par rapport à l'autre. Petit détail pour les collectionneurs : le logo Doki-Doki n'apparaît pas sur la tranche, préparez-vous à pleurer ! 

Uwagaki 2 : Le tome précédent introduisait l'histoire et les personnages de manière plutôt sympathique. Le deuxième développe l'histoire mais surtout la dualité Chiaki/Koaki dans le détail. Alors que la première se voit rejetée totalement par son petit-ami qui coupe totalement les ponts avec elle, la seconde voit sa relation avec Ajio prendre une direction plutôt favorable pour le jeune garçon. En fait, à force de le côtoyer, elle se rend compte de ses nombreuses qualités mais aussi de sa faculté à la comprendre et à la faire rire. En même temps, il est aux petits soins avec elle vingt-quatre heures sur vingt-quatre… L'auteur passe très peu de temps sur leur couple. Eh oui, puisque tout va bien, il n'y a pas grand chose à dire. Chiaki, elle, est perdue. Elle erre dans la ville en pleurant et se fait même accoster par des types complètement rasoir qui la traînent dans un karaoké. Heureusement, elle sera sauvé par son prof qui tentera de lui remettre les idées en place autour d'un thé (qui n'en finira jamais - vous verrez de quoi je parle en lisant). La décision qu'elle prend à la fin est assez surprenante et poussera le lecteur à se demander si ce n'est pas la raison pour laquelle la série a si peu duré. En fait, tout dépendra du tome suivant !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques