Les Doki-Doki du mois de mars 2015

Le mois en deux mots trois mouvements : bewwwwbs / luxe / découpage


Freezing 24 : Les busters envoyées par Radox continuent leur carnage en vue de s'occuper du professeur Aoï. Les filles de West Genetics ne font vraiment pas le poids et ne devront leur salut qu'à l'interventions des pandoras légendaires. Le vingt-quatrième opus de Freezing passe vite, très vite. Le combat/humiliation est un peu longuet et on se demandait quand on allait avoir le droit à quelque chose d'un peu plus intéressant. Ne vous inquiétez pas, c'est dans ce tome ! Alors oui, on a quand même le droit à quelques planches sympathiques avec un sens du mouvement toujours aussi intéressant (malgré les poitrines qui défient la gravité) mais le scénario reste toujours superficiel. Heureusement, le choc entre les busters et les pandoras légendaires va donner naissance à une nouvelle menace qui devrait rendre la suite un peu plus intéressante. Eh oui, les NOVA ne sont plus vraiment les ennemis dans la série de LIM Dall Young, les humais continuent à prouver qu'ils sont les plus dangereux !

Mimic Royal Princess 2 : Deux ans après la mort de la princesse Alexia, Albert est (presque) complètement rentré dans son nouveau rôle. Le seul problème qui se pose pour lui est celui de la naissance d'une héritière (oui oui, toujours pas de chromosome Y désiré !). Suite à la maladie de la reine et une gestion un peu moins stricte, un vent de révolte est en train de naître dans le royaume… Dur dur d'être une princesse quand on est un homme… Albert doit faire face à des choix de plus en plus difficile et sa naïveté est mise à l'épreuve de nombreuses fois dans ce deuxième volume. Cette qualité du héros est peut-être d'ailleurs un peu trop exploitée par l'auteur qui n'hésite pas à en abuser. Le jeune garçon se fait tromper par une personne qu'il croyait proche mais qui s'avèrera être le symbole de la rancoeur des hommes envers le système matriarcal instauré par la reine. Eh oui, une fois de plus, ce sont les représentants du sexe masculin qui vont venir perturber une paix (une fois n'est pas coutume) qui avait pourtant l'air de tenir la route. On saluera d'ailleurs le petit twist final qui réussit à changer les idées que l'on s'étaient faites deux tomes durant.

Revenge Classroom 1 : Ayana est une collégienne en 3e dans un collège à priori sans soucis. Cependant, la réalité est un peu plus noire puisque la jeune fille est victime d'ijime (les brimades et autres joyeusetés à la japonaise). Ses camarades de classe ne lui laissent aucun répit : insultes, coups, racket… Elle a vraiment le droit aux pires traitements imaginables. Un jour, l'un des élèves de sa classe la pousse sur la route et elle se fait renverser par une voiture. Elle survit à l'accident mais quelque chose en elle a changé, elle décide de ne plus se laisser faire et prépare sa vengeance… Et un petit survival manga de plus, un ! C'est au tour de Doki-Doki de sortir le sien et les amateurs seront heureux de savoir que le titre vient du même éditeur japonais que King's Game et aussi La Cité des Esclaves. Ce dont j'avais peur en commençant le titre, c'est de me retrouver avec un titre supplémentaire qui reprenne les mêmes codes et le même style mais l'auteur de Revenge Classroom a su ajouter un petit twist à son oeuvre : chacun des élèves de la classe va avoir le droit à bashing personnalité, comprenez qu'ils vont tous souffrir d'une façon différente. Plutôt que de se focaliser sur « qui », le titre se concentre plutôt sur « comment » et ce n'est pas plus mal puisque l'angle de narration modifie la façon de voir le genre. On a ainsi le droit à un titre d'une certaine originalité et qui offre un bon petit moment de détente. Espérons juste que ça ne s'éternise pas trop !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques