8.5/10

Dorohedoro

L'univers de Q.Hayashida est aussi violent et surprenant, que
novateur. Découvrez dans ce premier volume, les bases de
ce monde post apocalyptique et hyper violent, où des factions
de mutants et de survivants se livrent une guérilla sans merci. Un ovni à dévorer.

Si à l'heure actuelle, le prolifique éditeur de BD Soleil est en train de remonter la pente et de se plonger sérieusement dans la BD orientale, il y a quelques années la situation était inversée. En effet, on se souvient que Soleil s'était associé à l'éditeur Végétal pour lancer son label manga. Au programme, quelques shôjo enfantins (Da Da Da, Uryuku...) et surtout la très attendue sortie de l'adaptation de Battle Royale. Rien de plus dans le catalogue si ce n'est un titre malheureusement passé inaperçu. Son nom : Dorohedoro.

Un drôle de nom pour une histoire originale.

Dorohedoro
Dorohedoro
Dorohedoro
est un manga publié dans le magazine de prépublication Ikki, magazine connu pour publier des oeuvres souvent étranges, expérimentales, voire underground mais en tout cas originales. En France, on connaît surtout Matsumoto Taiyô (Number 5)comme figure de proue du mensuel. Dorohedoro trouve sa place sans conteste dans ce magazine.
Mais avant de revenir sur les particularités et l'étrangeté de ce titre, revenons tout d'abord sur l'histoire de ce seinen.

Caïman, victime de l'expérience d'un magicien se retrouve amnésique. Pire, son visage ressemble à celui d'un gros reptile. Bon gré mal gré, avec l'aide de son amie Nikaido, Caïman tente de retrouver le responsable de son état. La chasse au Mages commence alors pour eux dans leur ville de Hole. La tache n'est pas facile, les Mages sont dangereux et vivent surtout dans un autre monde. Ils ne viennent que dans Hole, grâce à des portes spatio-temporelles, pour tester leurs expériences.
Pire, En, un des grands chefs Mage, décide de mettre fin aux actions de Caïman et Nikaido et envoie deux mages puissants s'occuper de leur cas.

Dorohedoro se démarque réellement du lot des séries sorties ses dernières années et en particulier de celles de Soleil. Il serait intéressent d'avoir une petite interview du représentant de l'éditeur pour savoir ce qu'il en est. Mais revenons à nos moutons, Dorohedoro est une perle rare comme on en aimerait en voir plus souvent sur les étals des libraires. Le formatage des oeuvres, les codes graphexologique et scénaristique sont ici aux antipodes de ce que l'on voit actuellement. Bref, vous l'aurez compris, Dorohedoro est tout sauf un manga formaté, Dorohedoro est une bombe.

L'univers développé par Q. Hayashida surprend au premier abord. Hole se présente comme une immense décharge, un peu à l'image de Gunnm. Le monde des Mages pourrait lui aussi être comparé avec celui de Zalem. En effet, la population de Hole n'est rien de moins qu'un vaste terrain de jeu et d'expériences pour les Mages. Les habitants de Hole sont dans la majorité désabusés et vivent leur vie au jour le jour sans espoir d'amélioration. Travail pourri et peu généreux, ville dangereuse sont le lot quotidien de la population. La mangaka parvient avec brio à créer un monde unique, exotique et surtout cohérent. Si les premiers volumes laissent le lecteur dans le brouillard concernant les relations entre Hole et le monde des Mages, au fil des tomes et à travers les yeux des deux héros, celui-ci va en apprendre plus sur cet univers. La ville poubelle se découvre alors peu à peu, on commence à comprendre son intérêt pour les Mages.

En outre, l'auteur ne s'arrête pas là. Le scénario prend lui aussi de l'ampleur et devient moins flou qu'au début. Le mystère autour de Caïman et de l'hôte présent dans sa gueule s'éclaircit lentement. Le suspense est bien tenu par la mangaka qui sait maintenir son lecteur en haleine. Q. Hayashida en rajoute pourtant une couche grâce aux autres protagonistes de Dorohedoro. Que ce soit Nikaido ou les mages, chacun a quelques secrets qu'on tarde de découvrir. Mieux, le chara-design de l'auteur est léché, travaillé comme rarement. Les Mages sont un vrai bonheur à découvrir. Chacun possède un style, une personnalité propre.

Un dernier mot sur l'univers pour saluer (je crois que vous avez compris que je suis conquis) le talent de l'auteur. Dorohedoro se présente comme un manga sombre, bourrin et souvent violent. Pourtant, on se surprend à rigoler souvent. Les situations sont souvent grotesques, certains personnages le sont encore plus. Q. Hayashida développe avec soin un humour noir, un non-sens régulier.

Un drôle de nom pour un dessin exotique.

Graphiquement, le style de l'auteur est unique en son genre. Dommage que l'édition de Soleil ne lui rende pas hommage (mais nous en reparlerons plus longuement un peu plus tard). Le trait de l'auteur n'est pas sans rappeler celui de Kei Toume (Zero, Sing ‘Yesterday' for me, Les lamentations de l'agneau...). En effet, la mangaka dessine avec un crayon gras comme Kei Toume. Le trait est épais, grossier par endroit et donne une impression sale, inachevée. Ce style si particulier, proche de planches dessinées au fusain colle parfaitement à l'univers noir de Dorohedoro. Graphiquement le résultat est donc plus que concluant et retranscrit l'ambiance avec succès. La périodicité du magazine permet à la mangaka de pouvoir rendre un travail de qualité. Chaque planche est travaillée avec minutie. Au final, Les décors sont omniprésents et très variés, passant de lieux vides et déserts angoissants à des endroits plus exotiques. La variété est encore plus saisissante quand l'intrigue prend place dans le monde des mages. Le contraste est criant. Même chose au sujet des personnages. Tout d'abord, les deux héros et en particulier Caïman, sont particulièrement soignés dans leur création. Les personnages secondaires bénéficient eux aussi du même traitement et sont tous travaillés. L'auteur arrive même à retranscrire grâce au style du personnage leur caractère et ce, en particulier pour les Mages avec leurs masques.
Ainsi, Q. Hayashida nous montre tout son talent dans cette oeuvre. La mangaka avait déjà démontré dans ses débuts sa maîtrise du dessin comme de l'histoire avec Maken X que l'on espère voir un jour publié en France.

Un petit mot sur l'édition de Soleil. Si l'éditeur a eu la bonne idée de proposer Dorohedoro dans un grand format, le bas blesse concernant l'impression du manga. L'encrage des deux premiers volumes est affreux. De nombreuses pages sont trop floues et obscures et ne rendent pas hommage au travail encore une fois exceptionnel de l'auteur. Du beau gâchis. Incompréhensible car d'une certaine manière l'éditeur avait fait des efforts, comme par exemple avec la jaquette sérigraphée façon « peau de reptile », les bonus conservés en fin d'ouvrage ou encore le format.
Enfin, pour ne pas arranger les choses, Dorohedoro sort à un rythme très irrégulier. C'est simple, les deux premiers volumes sont sortis simultanément en 2002, et le volume 3 n'est arrivé dans les libraires qu'en mai 2005. Presque un record. On se consolera en remarquant que depuis sa séparation de Végétal, Soleil a amélioré sa qualité d'impression et d'adaptation. Maintenant, il y a plus qu'à espérer que l'éditeur daigne s'intéresser un peu plus à son oeuvre. La série de Q. Hayashida se situe sans mal au dessus de la production actuelle, en plus son originalité permettrera convaincre les moins audacieux.

A découvrir

Black Jack - le film

Partager cet article

A propos de l'auteur

16 commentaires

  • Anonyme

    09/03/2007 à 14h08

    Répondre

    Si vous en avez marre des date de sortie du tome4 repousser à tous va alors sur http://ns22188.ovh.net/~solmanga/forum/ ... c.php?t=20 vous pourrez exprimez votre mécontentemmen et réclamez des informations.

  • Djak

    09/03/2007 à 16h48

    Répondre

    il semblerait que l'editeur jap bloque les droit en ce moment, surement car ils veulent pas baisser le tirage ce que doit demander soleil

  • Anonyme

    09/05/2007 à 18h02

    Répondre

    Ouais mais 2 ans quand même... C'est vraiment de l'abus.

  • Anonyme

    26/09/2007 à 15h06

    Répondre

    Le tome 4 sortira le 28 novembre prochain (en principe..)!

  • Djak

    26/09/2007 à 15h40

    Répondre

    oui enfin. jetez vous tous dessus

  • Dat'

    26/09/2007 à 19h59

    Répondre

     


    Le 28 Novembre?


    RAAAAAAAAAHHHH news of the day

  • Anonyme

    04/01/2008 à 12h02

    Répondre

    Cette bédé est sensationelle. Drole, trash, violente, attachante, elle a tout pour plaire.


    J'ai mis la main sur un exemplaire du tome 4. commandé a la FNAC par internet. 


    J'espere qu'il va pas falloir attendre 2 ans pour le 5. Les Japonais en sont au 8 déjà. c'est une peu naze de mettre en vente des bédés et de pas suivre derriere. Les mecs de chez soleil doivent pas aimer leur boulot en fait...  


    j'ai pas lu beaucoup de mangas. Akira, Gunnm et Blame. Quand je vais a la librairie jeter  un oeil a ce qui se fait, je suis déséspéré. Pour une fois qu'il y a un bon produit, il est traité a la va comme je te pousse. Les libraires ne savent pas ce que c'est. "Dorohédoro?? Vous voulez dire Dororo non?". 


     


    Non.

  • Anonyme

    21/05/2008 à 11h36

    Répondre

    Salut à tous !


    Découvert par hasard dans une bouquinerie, j'ai été attiré par un graphisme assez original (pour manga... Je dois reconnaître qu'en matière de BD, et en particulier pour les mangas, je recherche souvent un graphisme qui sort un peu de l'ordinaire...) qui n'est pas sans rappeler (dans certaines vignattes) celui d'Enki Bilal (si si).


    Si l'histoire au départ, est assez flou,  elle s'étoffe effectivement, au fil des volumes (le N°5 est sorti assez récemment) pour présenter un univers très cohérent, malgré les nombreux délires (genre la Fête de la Nuit Bleue...)


    Les personnages secondaires sont vraiment drôles, et entretiennent des relations assez complexes (la palme revenant au duo "comique" Fujita/Ebisu).


    Un manga à réserver aux amateurs d'univers originaux et violents, teintés d'un humour très décalés...


     

  • Anonyme

    01/09/2008 à 16h40

    Répondre

    les mecs de soleil  s'en balancent que ce soit de la qualité ou pas, ils s'occupent de ce qui vend le mieux! c'est plutôt des commerçants que des éditeurs. Allez dorohedoro!!! je l'ai découvert la semaine dernière et je les ai dévorés, ça faisait un moment qu'un manga m'avait pas tenu en haleine comme ça, et puis qu'est-ce qu'on se marre! non attendez, si je commence à en citer les qualités on en a pour toute la nuit.

  • Anonyme

    14/11/2008 à 19h32

    Répondre

    oooh je pensais que dorohedoro était un manga vraiment inconnu mais je suis agreablement surpris de voir qu'il y a quand même des fans n_n ça fait plaisir ! je comprend pas d'ailleurs pourquoi ce manga n'est pas connu... il est vraiment super.. ça doit être parce qu'on ne le trouve pas en magazin.. personnelement moi je le trouve jamais à virgin et la fnac j'ai pas encore essayé x_x l'endroit ou je l'ai lu c'était à une mediatheque ^^" c'est pratique quand même car les tomes coutent vachement chers par rapport à un manga normal xO

  • Anonyme

    24/12/2008 à 01h28

    Répondre

    Tout simplement génial.  

  • Anonyme

    11/06/2009 à 17h39

    Répondre

    Sans doute un de mes plus gros coups de coeur en termes de manga. L'univers glauque, sombre et pourtant rempli de petits détails comiques (Baseball entre autres) fonctionne à merveille. Le scénario est à la fois bordélique et bien maîtrisé. Le style graphique est indissociable du manga.

    Une valeur sûre, quoique réservée à un certain public de par sa violence.

  • Anonyme

    08/08/2010 à 00h58

    Répondre

    Très bel article, que je trouve assez juste. Je viens d'acquérir les 2 premiers volumes, suite aux conseils d'un ami fan. J'ajouterai qu'il est quasi impossible de trouver les volumes 3,4,5 qui sont indisponibles... c'est bien dommage. 

  • Anonyme

    08/10/2013 à 00h39

    Répondre

    Le 19ème et dernier tome est en court de pré-publiation au Japon.Le final s'annonce grandiose... de toute façon je ne l'imagine pas autrement, la fin d'une série aussi géniale ne peut être que grandiose, n'est-ce pas ?

  • yaglourt

    08/10/2013 à 00h44

    Répondre

    Le 19ème et dernier tome est en court de pré-publiation au Japon.Le final s'annonce grandiose... de toute façon je ne l'imagine pas autrement, la fin d'une série aussi géniale ne peut être que grandiose, n'est-ce pas ?

  • OuRs256

    08/10/2013 à 08h00

    Répondre

    On disait pareil d'Evangelion et voilà où ça a mené... Je préfère attendre et voir ce que ça va donner ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques