7/10

Dragon Quest - la quête de Daï

Le retour de Fly sous son nom original !

Rebaptisé de son nom original, Dragon Quest n'est ni plus ni moins que la résurrection d'un titre qui a fait les beaux jours du Club Dorothée sous le nom de Fly. La version manga était l'une des premières parues, il y a déjà presque quinze ans chez J'ai lu. Si à l'origine le titre du manga apparaît comme celui du jeu vidéo éternel rival de Final Fantasy pour les nippons, sa version graphique et animé aura laissé aussi un très fort souvenir à ceux qui s'en souviennent comme d'un shônen très correct...

Descendants des dragons

Dragon Quest (c) Tonkam
Dragon Quest (c) Tonkam
Depuis la fin de la guerre contre le Roi du Mal, les monstres vivent en harmonie sur l'île de Derumurin. Seul humain parmi eux, Dai, un jeune orphelin, rêve de devenir un grand héros tandis que son "grand-père" le destine à la carrière de mage. Pourtant, un jour tout bascule ! Les monstres semblent devenir fous, les cieux s'assombrissent. Autant de signes qui ne trompent pas : Le Roi du Mal serait-il de retour ?

Dragon Quest reprend les bonnes habitudes très formatés de l'héroïc fantasy avec une intrigue prévisible mais rondement mené pour aboutir à un déluge de révélations profondément prenantes les volumes passant. Ce qui différencie Dragon Quest de ses concurrents de l'époque et encore aujourd'hui - pour une grande part - repose sur des personnages charismatiques. Qu'ils soient bons ou mauvais, les créations originales de Riku Sanjo et Koji Inada possèdent des personnalités simples mais se combinant bien pour les héros sans trop en faire. Au contraire, les méchants possèdent cet attrait typique des années 1980 aux fausses allures de bad guys de Dragon Ball ou de Saint Seiya avec un côté ridicule pour certains (Hadlar, Zaboéra) et éminement éblouissants pour d'autres (Crocodine, Baran, Hyunckel). Les affrontements montrent un banal manichéisme pour lequel on arrive tout de même à se passionner pour en connaître les tenants et aboutissants. Ressassant les valeurs classiques du shônen initiatique, Dragon Quest fait parti de cette race de succès commerciaux restant dans les mémoires collectives des plus anciens...

Daï Daï Daï

Mais le manga a vieilli, perd de sa magie, se pavane dans quelques clichés de base de l'héroïc fantasy, avance vers un dénouement prévisible. Le vrai problème, c'est que l'on ne décolle pas du postulat de départ et que la linéarité du scénario est parfois affligeante. Pour autant, la nostalgie se révèle attrayante aussi bien par l'entrain créé par les auteurs ne perdant par leur temps en maintes parlottes inutiles, aisément remplacé par une succession d'action emballée dans une quête... contre le mal. Un shônen reste un shônen, même s'il s'appelle Dragon Quest...

Graphiquement, on peut constater que le manga se révèle tout à fait équivalent à un grand nombre d'autres paraissant aujourd'hui ou tout du moins n'y perd que peu. Le trait de Koji Inada se révèle percutant malgré les bonnes bouilles rondes des héros par le fait qu'un effort particulier est apporté aux détails. très largement ancré dans son époque, Dragon Quest en possède tous les attraits et les défauts avec un apport constant au travail de fond mais des expressions relativement limitées. Un travail honorable encore aujourd'hui.

Aucun mal pour Dragon Quest à se refaire une place aujourd'hui parmi les meilleurs shônen du genre tellement d'autres s'en sont inspirés sans jamais parvenir à atteindre le même succès à quelques exceptions près. Un shônen formateur qui ne se montre pas si ridicule malgré son vieil âge...

Partager cet article
A voir

Itadakimasu

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Anonyme

    04/07/2007 à 18h18

    Répondre

    la réédition de fly ! dans son titre original avec des personnage gardant leurs propre caractères en reprenant leurs nom!!!

  • Anonyme

    07/07/2007 à 11h07

    Répondre

    dommage tu aurais fais des economies ! ! lol! y me manque juste 3 tomes et j ai fini cette collection( 5 , 25 , 31 )

  • Anonyme

    04/02/2008 à 21h35

    Répondre

    Fly a été mon premier manga et il reste à l'heure actuelle le meilleur
    manga d'heroic fantasy qu'il m'ait été donné de lire! (en meme temps il
    n'y en a pas beaucoup, il faut le dire!) Pour moi, il fait partie des
    meilleurs mangas de ma bédétheque japonaise.




    Ce que je trouve deplorable, c'est qu'il n'a pas la réputation
    qu'il mérite, et ce à cause de l'anime. Pour moi, le manga connait un
    tournant considerable (que ce soit au niveau du dessin ou du scenario)
    et prend toute son ampleur des le 10e tome; là où précisement s'arrete
    l'anime!

  • Anonyme

    02/09/2008 à 04h23

    Répondre

    Comment peut on critiquer (sans parler de mettre une note) un tel manga? mal veilli? nostalgie? lineaire? Quel que soit le jugement, il est déplacé, car ce manga represente la base du manga comme le nous le connaissons aujourd hui. 7? ça veut dire quoi 7? Bon sang, il s'agit d'une insulte ouverte a tout l univers du manga. A t on deja noté "la flute enchanté" ou meme la bible?

  • Anonyme

    07/12/2008 à 16h49

    Répondre

    li est trop bien

  • Anonyme

    13/11/2013 à 23h59

    Répondre

    Encore une critique à côté de la plaque d'un semi connaisseur voulant se donner une réputation. C'est n'importe quoi ! Cette série est énorme pour l'époque et malgré mes plus de 20 ans de lecture de mangas, c'est un must have. Plébiscité par mon entourage, l'aillant d'ailleurs dévoré alors qu'ils ne connaissaient rien au Manga : n'est ce pas la meilleure preuve d'une qualité intemporelle...A lire SVP pour tout connaisseur 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques