7/10

Duds Hunt, the network survival game

« Entre Fight Club et Battle Royale, un suspense haletant et magistralement mis en image. » L'accroche en quatrième de couverture ne ment pas, je lui aurais même bien rajouté Traque sur Internet et Chasse à l'homme. L'intensité caractérise Duds Hunt. Fort, rapide, nerveux, le one-shot de Tetsuya Tsutsui a tout pour plaire. Des références cinématographiques, de bons dessins, une intrigue qui mêle action brute et recoins sombres de la communauté Internet... le manga du jeune éditeur Ki-oon possède beaucoup d'atouts pour toucher une grande partie du public. Test réussi ?

The Network Survival Game

Duds Hunt
Duds Hunt
Gagner sa vie en travaillant, Nakanishi éprouve beaucoup de mal à s'adapter à sa nouvelle vie. « Autrefois », il était délinquant et seuls ses méfaits lui permettaient d'exister aux yeux de ses amis. Sa fougue et son arrogance à vouloir pousser plus loin la violence sur ses victimes l'a poussé à commettre un crime. Impardonnable... tabasser un père de famille à coup de matraque pour le laisser à moitié mort. Une petite fille le gardera à jamais en elle en voyant son père à l'hôpital.

Mais le passé est définitivement oublié pour Nakanishi. Aujourd'hui, sa situation est précaire après avoir décroché un emploi à sa sortie de prison. La vente d'assurances à domicile n'est pas forcément le travail le plus intéressant qui soit. Stressant, surtout lorsque le patron le rabaisse. Seul Internet et les discussions avec Eksam représente une échappatoire. Celui-ci a d'ailleurs une proposition à la fois étrange et surprenante à faire : participer à une sorte de challenge, Duds Hunt... Un jeu simple, uniquement composé de trois règles :

1) chaque joueur est en possession d'un téléphone portable (le pointeur) et d'un PDA, à conserver coûte que coûte
2) chaque joueur peut essayer de prendre le pointeur d'un autre joueur et...
3) tous les coups sont permis

Les récompenses sont importantes, l'hésitation d'y participer beaucoup moins...

 

No redemption...
Duds Hunt est plutôt basé sur la psychologie que sur la baston pure et dure, contrairement à ce qu'on pourrait croire en lisant le résumé. En effet, la fréquence des combats est faible et les assauts sont réduits à leur plus simple aspect : la charge. Pas de batailles interminables, c'est la stratégie qui prend le dessus. Les comportements des concurrents révèlent leurs personnalités : stratège, bourrin, fuyard... Nakanishi oublie cette dernière pour prétendre ramasser large. Inspirer la peur chez l'adversaire de l'instant, tel est son but. Tout y passe, entraînement physique, arme, apparence. Petit à petit, on se rend compte que la différence entre les forts et les faibles se joue sur l'attitude d'aborder une partie.

Peut-on faire confiance sur Internet ? Y a-t-il un monstre qui sommeille derrière chaque écran, et même en chacun d'entre nous ? Le net rendrait-il dingue ? Krinein est-elle une communauté paranoïaque ? C'est l'autre grand thème de Duds Hunt. La relation virtuelle entretenue entre Nakanishi et Eksam pose le débat sur la confiance possible grâce aux nouveaux moyens de communication. Pourtant, un petit bémol touche aussi la manière dont Nakanishi aborde cette « amitié ». Sans demander de preuves ni connaître son interlocuteur, le héros accepte tout ne flairant aucune arnaque fortement prévisible.

...only punishment

Le one-shot ne fait aucune concession et l'impression d'assister à un Battle Royale en pleine ville prend vite le dessus. Il n'y a pas vraiment de surprises, on sait à quoi à s'attendre en tournant les pages. Quelques rebondissements donnent encore un peu plus d'intérêt au titre mais on a vraiment parfois le sentiment de savoir ce qui va advenir de Nakanishi. Seule la fin est imprévisible mais pose aussi un bémol. Traitée en quelques pages, celle-ci n'est en aucun cas un bâclage mais elle est relativement décevante, avec une morale pas vraiment convaincante.

Tetsuya Tsutsui possède un style clair, plutôt simple, qui met en avant les personnages. Ceux-ci montrent des facettes diverses entre courage et peur qui n'échappent pas à la plume de l'auteur. Du coup, l'espace qui représente un enjeu important dans ce genre d'intrigue passe un peu au second plan avec pas mal d'hachures. De même pour les non-combattants. Par contre, les combats sont clairs, le sang ne coule que raisonnablement et les gros plans sur les visages des personnages sont légion. Un travail qui peut laisser une impression froide mais qui donne finalement un style beaucoup plus intense à l'intrigue.

Duds Hunt est un bon one-shot... mais ça ne reste qu'un one-shot. Une petite histoire qui ne voit pas beaucoup plus loin que le bout de son nez. Divertissant mais sans plus, ce manga parvient à ses fins malgré un manque de conviction dans le fond.

P.S : en fin de volume, une nouvelle intitulée Rêves Eveillés est d'une cruauté sans commune mesure, vraiment impeccable sur le plan graphique et qui varie les styles à merveille.

A découvrir

Panorama de l'Enfer

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques