5/10

Ecole des Champions (L')

Oui, c'est vrai, le foot, c'est déjà des émotions fortes devant son écran, de la bière par tonneaux, des cris de joie, des larmes, des écharpes colorées. Mais avant ça, c'est aussi un sport. Benjamin, déjà à 12 ans, est un fanatique du ballon rond. Il n'a pas la télé, mais cela ne l'empêche pas de passer son temps à jouer au foot. Il est tout le temps dehors, seul ou avec ses amis à taper dans la balle, et il a donc développé des facultés footballistiques assez étonnantes pour son âge.

La série, longue de quelques 52 épisodes, raconte donc l'histoire de Benjamin, jeune garçon plein de rêves et de motivations, qui débarque en Italie. Il fait la rencontre de ses nouveaux camarades (et futurs faire-valoir). Mais c'est surtout sa rencontre avec le docteur Robson qui scellera son destin. Ancien joueur professionnel de football, il sera celui qui prendra en main l'entraînement de Benjamin. Benjamin deviendra en effet le capitaine d'une équipe regroupant des joueurs d'à travers le monde, censée représenter l'esprit footballistique à l'état pur.
Mais là n'est pas le seul but du jeune garçon. Il rencontrera la jeune Catherine, passionnée de danse qui deviendra d'abord son amie. Ils se soutiendront dans leurs épreuves respectives, puis tomberont peu à peu amoureux l'un de l'autre. Mais Catherine sera très souvent en voyage, afin d'atteindre le but qu'elle s'est fixé : devenir danseuse étoile. A cause de cela, ils devront vivre une relation à distance pas forcément facile pour deux enfants de leur âge. Sans compter qu'Éric, le frère aîné de Catherine se révélera être un puissant joueur, dans un premier temps adversaire, puis ensuite camarade d'équipe de Benjamin, mais surtout un alter ego (et futur beau frère) exigeant.

Depuis le succès national d'Olive et Tom dès 1988, il fallait se douter que la formule allait être réutilisée. Après But pour Rudy, qui ne se démarquait que très peu de son modèle d'origine, voici donc l'École des Champions, production franco-japonaise. Notez qu'on retrouve au design Yoshihiro Okosaka, designer d'Olive et Tom. Le succès de la série sera mitigé au Japon, mais conséquent en France, au point de pousser les producteurs à sortir trois épisodes exclusifs à notre beau pays !
L'originalité, si j'ose dire, de l'École des Champions par rapport à Olive et Tom réside dans le fait que l'histoire ne se résume pas à un simple enchaînement de matchs de foot. Sans aller jusqu'à parler de personnages développés, il faut avouer que leur aspect psychologique est bien plus crédible, ne serait-ce qu'avec l'histoire d'amour entre Benjamin et Catherine. Le jeune auditoire se laissera séduire par leur idylle, alors qu'un public plus âgée aura du mal à y trouver un intérêt.
Que valent les matchs de foot alors ? Et bien, c'est assez classique dans le genre. A savoir, Benjamin est le centre de l'équipe. A part lors de règlements de compte entre joueurs secondaires, il est le seul à marquer des buts (à l'aide de son fameux Tir de l'Aigle), tandis que le ballon possède des propriétés élastiques impressionnantes. Il ne s'agit pas de football au sens tactique, mais bel et bien d'affrontements à rebondissements, où chaque équipe possède ses coups spéciaux à parer. Rien de très passionnant, et il me semble d'ailleurs à propos que dans le même genre Olive et Tom s'en tirait bien mieux...
L'École des Champions est donc une série plutôt moyenne, à tous les niveaux. L'animation est dans la moyenne des séries télévisées du début des années 90, c'est-à-dire oscillant entre 8 et 16 images par secondes, ce qui est donc assez médiocre selon nos standards actuels. Les dessins sont quant à eux relativement soignés et agréables à regarder, malgré la prodigieuse tête d'imbécile qu'arbore Benjamin tout au long de la série. On peut donc en déduire que l'École des Champions s'adresse avant tout à un public jeune plus qu'aux vrais fans de foot.

A découvrir

Slayers

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    24/07/2008 à 00h24

    Répondre

    moi je m'appel ibrahima.


    j'aime trop ce dessin anime mais je n'ai pas d'argent pour acheter le dvd.

  • sven

    24/07/2008 à 08h15

    Répondre

    mais c'est complètement hallucinant, dis moi...

  • Anonyme

    11/02/2009 à 21h08

    Répondre

    Sérieux, je préfère largement Olive et Tom...J'aurais préfèré revoir une nouvelle série avec les Nippons 

  • Anonyme

    13/03/2010 à 21h34

    Répondre

    J'ai découvert très récemment l'animé sur un site et mon sentiment est assez mitigé,même si la série est plutôt sympa.La ressemblance avec "Olive et Tom" est flagrante,notamment avec les personnages qui sont pour certains presque des copies conformes notamment Cesar qui pourrait être le frère jumeau de Marc Landers tellement il y a des similitudes entre eux mais aussi Eric qui ressemble beaucoup à Karl-Heinz Schneider.Les points positifs pour moi résident dans le personnage de Benjamin qui est beaucoup plus attachant qu'Olivier Atton et assez modeste ce qui est assez rare dans ces séries.J'aime bien aussi Eric qui malgré son arrogance au début de la série se révèle finalement comme quelqu'un d'assez sympa et j'aime bien son duo avec Benjamin.Le personnage de Mario me plait beaucoup aussi,quel dommage qu'il ait été laissé de côté!Finalement,j'apprécie la plupart des joueurs à part Cesar qui est beaucoup trop arrogant.Je trouve l'état d'esprit bien meilleur également que dans Olive et Tom ou bien trop souvent,les joueurs confondent le foot et le catch et qui donnent l'impression d'être prêts à tout y compris à écraser les autres pour réussir.Ce n'est pas le cas dans l'école des champions,mis à part Cesar.J'aime bien les filles aussi(enfin Anna et Catherine parce que les autres...L'idylle entre Catherine et Benjamin me semble assez peu réaliste vu leur âge.D'un côté,ils ne font pas grand chose ensemble et de l'autre,ils parlent d'amour et de tout ce qui va avec comme s'ils avaient 6/8 ans de plus.Pas très réussie pour moi cette relation mais bon ce n'est pas le plus important.


    Pour conclure,je regrette que l'animé ait été réalisé sur une période aussi courte,j'aurais aimé  voir leur évolution.


    Pour conclure,c'est vraiment mitigé pour moi.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques