9/10

Eden

L'Homme, selon la Bible, en croquant la fameuse pomme, s'est condamné à vivre séparé de Dieu. Sur Terre, il est éloigné de son créateur, qui pourtant décide de son destin et intervient selon son bon plaisir. Cette situation a quelque chose de cruel pour notre race, car nous recherchons sans arrêt la présence du Père tout-puissant, sans jamais la trouver. Cette quête perdue d'avance, et cette impression que celui dont nous ne voulons qu'une simple reconnaissance joue avec nous, nous mène au désespoir, puis à la faute, comme Cain tua son frère Abel, par dépit. Au fond, tout ce qui nous guide dans notre vie est cette recherche de Dieu, cette quête d'un Eden perdu.

Eden
Eden
Voilà ce sur quoi toute l'oeuvre de Hiroshi Endo est basée. La recherche d'un paradis perdu et inaccessible. Faute de pouvoir l'atteindre pendant qu'ils sont vivants, les différents personnages adoptent tous une attitude différente face à cette situation. Et c'est souvent le désespoir qui l'emporte. Force est de constater que dans le monde où se déroule Eden, il y a largement de quoi s'y laisser gagner. Nous sommes dans un futur plus ou moins proche. Un virus particulièrement horrible a fait son apparition, il y a 20 ans déjà, et a décimé une partie non négligeable de la population avant de se stabiliser. Mais les conséquences sont irréversibles. Les progrès rapides de la cybernétique n'arrivent pas à combler les inégalités sociales grandissantes, aboutissant au renforcement de la criminalité et des réseaux mafieux. La violence fait partie du quotidien des plus pauvres alors que les plus riches sont corrompus. Quelle est la place du rêve dans une société où les sentiments et les illusions sont des faiblesses qui mènent à la mort ? Eden répond très vite à cette question : les plus forts (ceux qui survivent) sont ceux qui ont effacé de leur vocabulaire les mots "compassion", "pitié" et "idéal" avec autant de facilité qu'il en faut pour se faire greffer des parties mécaniques sur le corps. Cela, tout le monde le sait pertinemment, sauf le jeune Elia, qui l'apprendra à ses dépens.

Elia est le fils d'un puissant trafiquant de drogue, le très influent Enoa Ballade. On ne sait que peu de choses du jeune garçon de quinze ans, si ce n'est qu'il a été élevé dans un milieu riche et qu'il n'a jamais vu son père. Il est protégé par le robot de combat Chérubin, qui, comme nous le voyons dans le prologue de l'oeuvre, appartenait déjà à Enoa lorsqu'à quinze ans, il traçait son destin en assassinant son propre père lors de leur première rencontre.
Dans les premiers chapitres, Elia est un gamin pas très débrouillard, qui réussit par hasard à échapper à son propre kidnapping, alors que sa mère et sa soeur se font enlever. Vivant seul avec Chérubin qui le protège, il se fera vite prendre en otage par un groupe de terroristes recherchés par plusieurs instances militaires. Cela sera son premier contact avec le monde difficile dans lequel il vit, à travers le combat, la violence, la mort, le meurtre... Très vite, le jeune garçon laissera tomber ses espoirs d'un monde où tout le monde vivrait heureux, et commencera à tuer pour protéger ceux qu'il aime. Et ce n'est qu'à cet instant qu'il deviendra un vrai homme, capable d'affronter la réalité seul.

Tout au long du manga, on voit Elia se rapprocher de l'image de son père, où celle qu'on peut avoir de lui. Tel un dieu, Enoa Ballade est à la fois le point de départ et le but que semble inconsciemment poursuivre le jeune garçon. Ici, vivre veut dire accepter le monde tel qu'il est et se battre pour survivre, de manière totalement égoïste. Parmi les personnages principaux, ceux qui survivent sont ceux qui sont les moins humains, et ceux qui meurent sont donc les plus attachants, mais aussi les plus faibles. Quel est l'intérêt de la survie si tout ce que l'on a d'humain en nous doit mourir ? Qui doit-on préférer entre celui qui vit avec un corps mécanique et celui qui a tué tous ses sentiments pour n'être plus qu'un robot sans âme propre ?

Eden révolutionne donc le manga de science-fiction, en reprenant les bases du genre et en les incorporant à un monde propre à l'auteur et à des thèmes déjà développés (sans jamais atteindre un tel niveau de réussite) dans ses nouvelles. Non seulement élargit-il son champ de réflexion, mais en plus il offre au lecteur une oeuvre soignée, très bien équilibrée malgré le foisonnement de personnages et d'embranchements de différents scénarios. Les dessins sont sublimes, les visages très expressifs, et les cyborgs font parfois penser au Tetsuo de Tsukamoto (mélange parfaitement repoussant de chair et de métal), mais sont toujours incroyablement détaillés. Eden est un manga "pour lecteurs avertis", et mérite bien cette appellation. Outre certaines scènes de sexe, beaucoup d'images assez violentes agrémentent l'oeuvre, et sont encore plus fortes placées dans leur contexte.

Voilà par ailleurs ce que l'on pourrait reprocher à Hiroki Endo. L'auteur semble prendre un malin plaisir à torturer ses héros et à les tuer de manières absolument sadiques. Je veux bien comprendre qu'il s'agisse d'une manière d'illustrer les propos tenus, mais pense aussi qu'il ne s'agit que d'une manière de justifier un certain sensationnalisme gratuit. Néanmoins, cela donne une force assez étonnante à l'oeuvre, et la rend clairement atypique. Ce n'est pas le cas du pessimisme ambiant qui règne tout au long de l'histoire. A chaque volume, il faut entendre se répéter une fois ou deux des phrases du genre "Dieu aurait mieux fait de tous nous tuer" ou "L'homme est le seul être à polluer la planète". Il ne s'agit pas ici d'être ou ne pas être d'accord avec cette vision défaitiste des choses, mais de comprendre qu'en se répétant ainsi, l'auteur alourdit inutilement son oeuvre en essayant de "convaincre" le lecteur au lieu de le laisser former sa propre opinion, perdant ainsi beaucoup de crédibilité.

A découvrir

Stratège

Partager cet article
A voir

X - le manga

A propos de l'auteur

29 commentaires

  • juro

    15/08/2004 à 00h00

    Répondre

    Eden est grand. Le premier volume nous présente trois histoires ayant un lien perceptible mais difficile à caractériser. Un monde simple qui se change en mondeapocalyptique avec des personnages hors du commun. Leurs destins exceptionnels sont exposés brillamment par Hiroki Endo mais on retiendra partculièrement la relation entretenue par Elena et Elia. Attirance, répulsion. Chacun a besoin de l'autre pour le guider.
    L'autre point fort de Eden est de montrer de véritables surprises entre chaque chapitre. L'un peut être plus voué à des scènes d'actions, un autres exploite plus la fibre sensible et encore un autre montre des scènes plus "olé-olé". Une diversité qui permet de montrer du grand art avec en plus un trait excellent. Que du bonheur dans le jardin d'Eden...

  • Alain

    21/08/2004 à 00h01

    Répondre

    Pour moi et sans rentrer dans les détails de cette saga aux multiples ramifications et autant de personnages au caractère fortement developpé, ce manga est tout simplement le meilleur de ce qui se fait actuellement, a condition d'aimer le style réaliste et l'ambiance cyber / glauque / ultraviolente autant graphiquement que scénaristiquement. Un véritable chef d'oeuvre. A lire absolument, mais j'insiste, à reserver à un public adulte tout de même.

  • Tenshikurai

    17/11/2005 à 23h33

    Répondre

    Je vais faire une critique très peu constructive mais très revelatrice de ce que je pense: C'est tout simplement mon manga favori, et de loin!

  • airyn

    16/01/2006 à 12h24

    Répondre

    J'ai lu quelques tomes de ce manga (peut-être dans le désordre d'ailleurs).
    C'est un euphémisme de dire que c'est ultraviolent. C'est, je crois, ce que j'ai vu de pire. Ken Le Survivant c'est de la tarte à côté. J'espère que ce manga ne tombera jamais entre des mains non averties (ce dont je doute).
    En fait j'ai trouvé ça carrément "puant" par endroits (à l'image de certains passages des mangas Mother Sarah et Exaxxion).
    L'auteur déverse sa haine de tout, ne respecte rien. La lecture de ce manga n'apporte pas grand chose, si ce n'est une sensation de dégoût profond. C'est une sorte de "pornographie à l'envers". Des images choquantes, gratuites. L'auteur se défoule, ça se voit. Un peu trop d'ailleurs. Il oublie qu'une histoire, c'est important, de bons personnages aussi.
    Par ailleurs Gunnm est très violent aussi, mais cela m'a moins choqué. Le personnage de Gally est très positif, inoubliable, contrairement aux protagonistes d'Eden, qui sont les jouets d'intentions obscènes.

    Plutôt que de conclure par "à éviter", je dirais plutôt "lisez le pour vous faire un avis". C'est pas tous les jours qu'on peut se rincer l'oeil avec des horreurs pareilles !

  • Djak

    16/01/2006 à 12h44

    Répondre

    A voir ton commentaire, on se demande réellement si tu parme bien du même manga.
    Tout d'abord il va falloir m'expliquer l'intéret de feuilleter un manga autrement que pour regarder le style graphique.
    Hors la tu ne parle absolument pas de ça mais de l'histoire de Eden. on se demande donc comment tu peux la juger en ne regardant que quelques cases ou pages.
    Déjà qu'i faut plusieurs lectures de ce titre pour en comprendre pleinement le scénario...

    Alors au lieu de te rincer l'oeil, car je ne vois pas quel autre intéret il y a feuilleter ce manga penche toi sur l'histoire en essayant de lire les volumes dans le bon ordre. Certes certaines scènes sont malseines, trash, sexes, peut etre que l'auteur se complait dans cette débauche? mais en tout cas elles ont un impact et servent aussi l'histoire

    Ne feuillete jamais Blood rain tu risque une crise cardiaque

  • kenji

    16/01/2006 à 12h49

    Répondre

    Je ne répondrai même pas à ce discours archi-puritain qui voit l'ouverture d'esprit dont tu fais preuve. En tout cas, comme a dit Djak lis au moins le manga en entier sans juste regarder les images et tu te rendras peut etre compte que tout n'ets pas si gratuit que ca et a un sens contrairement à d'autres mangas.

  • airyn

    16/01/2006 à 13h40

    Répondre

    Nom de Zeus ! Je l'ai lu ce fameux manga. "Lu" du verbe lire. J'ai donc regardé les images et lu le texte dans les bulles ! Rincer l'oeil = lire cet amas fascinant de morbidité.
    C'est vrai je n'ai lu que 2 tomes. Sans aucune envie de continuer d'ailleurs. Et pourtant c'était alléchant. Trés beau, très vif dans l'esprit.
    Mais l'auteur tient absolument à nous faire part de ses délires violents, soutenus par une thèse intéressante : "tout n'est que violence, mort, souffrance..." Je suppose que ça peut convenir à des adolescents qui veulent connaître le grand frisson nihiliste... Bon là c'est une attaque un peu gratuite je le reconnais...
    Ok, promis, si un volume me tombe entre les mains je ferais plus attention. J'essayerais de regarder entre les hectolitres de sang... pas évident ! Il me faudra un bon essuie-glace !

  • Djak

    16/01/2006 à 13h55

    Répondre

    excuse nous mais il y a deux messages, c'est a dire une heure tu as lu quelques volumes d'eden surement dans le désordres, ce qui pour moi sous entend plus de deux volumes tout de meme.
    Et la tu en a les deux premier ce qui n'est pas la meme chose.

    j'ai un peu de mal a comprendre ton point de vue. Eden est certe violent, quoi que les deux premiers tomes sont plutot soft de ce point de vue la, mais comparé a de nombreuses séries, films, magazines, journal de 20h00 je ne voit pas la différence.
    Disons que l'auteur a une vision bien a lui de monde et de l'humanité, vision péssimiste au possible et qu'il met tout sa au service d'un manga a la structure narrative complexe, intense et magnifiquement orchestré.

    Après peut etre n'es tu pas le public visé.

  • Kei

    16/01/2006 à 18h17

    Répondre

    Je n'ai fait que lire la moitié du premier tome par manque de temps, donc je ne parlerais pas de la qualité du manga.

    Je ne répondrai même pas à ce discours archi-puritain qui voit l'ouverture d'esprit dont tu fais preuve.

    STOP ! Moi j'ai lu un commentaire clair, bien écrit, et argumenté. Il dit que ca le dégoute, j'ai eu la même sensation en regardant "Saw", et je pense très bien comprendre ce qu'on peut ressentir. Le fait de ne pas aimer l'hémoglobine et la violence a outrance ne fait pas des gens des puritains sans largeur d'esprit. Pourquoi encourager la surenchère ? Old boy m'a dégouté, et il est considéré comme un chef d'oeuvre par beaucoup. A chacun sa sensibilité.

    Déjà qu'i faut plusieurs lectures de ce titre pour en comprendre pleinement le scénario...


    Personnelement, quand je n'aime pas, et que la lecture d'un manga me révulse, je ne me fait pas violence pour le lire, et encore moins plusisuers fois. Encore une fois, a chacun sa sensibilité, et je trouve normal de ne pas apprécier un tel manga (bien que je n'ai pas lu hein).

  • Tenshikurai

    16/01/2006 à 19h25

    Répondre

    Eden est tout simplement une vision ultra pessimiste de l'humanité (vision que je partage d'ailleurs), l'auteur se sert de la violence, du sexe et de la drogue pour montrer les coté noirs de l'homme ainsi que ses reactions très extreme face à une situation qu'il ne maitrise absolument pas, il ya la quête du pouvoir comme le fanatisme religieux ou encore l'amour qui servent de moteur sur lequel les hommes s'accroche pour avancer. Si on parle de la violence du sexe et ainsi de suite sans même en montrer l'ébauche (sachant que c'est pour montrer la vision noir de l'homme, le mettre mal à l'aise) l'oeuvre en perdrai tout son sens

  • kenji

    17/01/2006 à 12h09

    Répondre

    Tenshikurai a dit :
    Eden est tout simplement une vision ultra pessimiste de l'humanité (vision que je partage d'ailleurs), l'auteur se sert de la violence, du sexe et de la drogue pour montrer les coté noirs de l'homme ainsi que ses reactions très extreme face à une situation qu'il ne maitrise absolument pas, il ya la quête du pouvoir comme le fanatisme religieux ou encore l'amour qui servent de moteur sur lequel les hommes s'accroche pour avancer. Si on parle de la violence du sexe et ainsi de suite sans même en montrer l'ébauche (sachant que c'est pour montrer la vision noir de l'homme, le mettre mal à l'aise) l'oeuvre en perdrai tout son sens


    Voila c'est un peu ca, en gros si t'épure la manga il perd tout son sens.

    Par contre, je trouve ca dommage d'associer tout le temps la violence et le sexe à quelque chose de dispensable, tout juste bon à attirer les ados prébubères. La violence et le sexe peuvent etre aussi des choses très matures indispensables à l'univers d'une fiction qui l'assume totalement.

  • Aen

    17/01/2006 à 13h33

    Répondre

    La violence, si on peut s'en dispenser, je pense que le monde irait mieux. Sinon, je crois sincèrement que la violence est destinée à un esprit qui n'a pas su grandir suffisament pour comprendre à quel point elle est vaine.

    Je m'éloigne un peu de la question du manga, que je n'ai pas lu, mais la maturité pour moi c'est de pouvoir envisager toujours d'autres solutions à la violence.

  • Choucroot

    17/01/2006 à 13h38

    Répondre

    kenji a dit :
    Par contre, je trouve ca dommage d'associer tout le temps la violence et le sexe à quelque chose de dispensable, tout juste bon à attirer les ados prébubères. La violence et le sexe peuvent etre aussi des choses très matures indispensables à l'univers d'une fiction qui l'assume totalement.

    Completement d' accord avec toi.
    Apres lecture de vos commentaires, j' ai acheté les deux premiers tomes hier. J' en lu un, et je trouve déja ca brillant. Je percois la violence latente dont vous parlez, meme elle reste relativement discrete dans ce premier tome.
    En tout cas, c' est la preuve que du si gore sans talent (elfen lied ) est relativement insuportable, Eden le livre sans pitier, mais dans un contexte qui me fait meme me demander pourquoi autant d' oeuvre montrant des hommes livrés a eux meme se prive de cette cruelle réalité pourtant essentiel a l' ambiance de survie ( du premier tome en tout cas )...
    Enfin bref, pour l' instant, une grande découverte pour moi, encore grace a krikri !

  • kenji

    17/01/2006 à 14h02

    Répondre

    Aen a dit :

    Je m'éloigne un peu de la question du manga, que je n'ai pas lu, mais la maturité pour moi c'est de pouvoir envisager toujours d'autres solutions à la violence.


    C'est une solution à laquelle tout le monde pense mais qui ne s'appliquera jamais à l'homme, elle est inhérente à sa nature, certains ont fait le choix de l'assumer, d'autre non mais je pense que c'est la plus grosse utopie que l'homme ait jamais pu inventer.

    Mais dans le fond je suis d'accord avec toi.

  • Aen

    17/01/2006 à 14h14

    Répondre

    Certaines personnes sont capables de non violence, c'est un fait. Que ce soit contraire à la nature de l'homme, je ne dis pas, mais c'est pour ça que l'homme doit être supérieur à l'animal : il doit pouvoir être plus fort que sa nature.

    L'homme est naturellement raciste aussi, puisqu'il est normal qu'il craigne / ne supporte pas ce qui est différent de lui. Pourtant, le racisme est de plus en plus combattu et est largement maîtrisable par l'éducation (entre autres). Un jour peut être la violence sera aussi combattue de manière collective au lieu d'être le simple choix de vie de certains.

    J'arrête là le hors sujet et je pense que je vais me procurer ce manga du coup

  • naweug

    17/01/2006 à 14h40

    Répondre

    (HS) Je dirai que c'est tomber dans la facilité de dire que la violence est inhérente à l'homme, qu'il est naturellement raciste.. etc. L'homme est supposé être doté d'un cerveau et d'un minimum d'intelligence pour surpasser sa condition (humaine) (HS)

    J'ai toujours refusé de lire Eden du fait de la manière dont il traite la société.

  • kenji

    17/01/2006 à 16h42

    Répondre

    Guewan a dit :


    J'ai toujours refusé de lire Eden du fait de la manière dont il traite la société.


    Tu n'es pas obligé d'étre d'accord avec la vision de la société que donne l'auteur mais voit le comme une vision cohérente et sensée du futur.
    Faut savoir envisager tous les points de vue cohérents pour se faire une opinion.

    Qui sait peut etre qu'un jour on aura un bon manga super optimiste sur le futur et qui sera très bien.

  • naweug

    17/01/2006 à 16h45

    Répondre

    A choisir, je préfère lire Planètes

    Mais j'ai peut-être effectivement une vision un peu trop tranchée de ce manga.. j'en entends pas mal de bien pourtant !

  • Kei

    17/01/2006 à 18h28

    Répondre

    A choisir, je préfère lire Planètes


    Je n'ai pas encore lu Eden, mais Planetes est un chef d'oeuvre !
    http://manga-anime.krinein.com/Planetes ... -2914.html

  • Choucroot

    17/01/2006 à 21h17

    Répondre

    Kei a dit :
    Planetes est un chef d'oeuvre !

    Heu oui mais la ca commence a fair cher ! heureusement qu' il n y a pas de classement par note ...

  • kenji

    17/01/2006 à 21h27

    Répondre

    J'ai bizarement pas vraiment adhérer à ce manga

  • Tenshikurai

    18/01/2006 à 05h25

    Répondre

    J'aime bcp planetes mais perso, je prefere Eden, il ne traite pas du futur mais de la realité de la nature de l'homme. Du moins, c'est ce que je pense... ^_^

  • Jade

    18/01/2006 à 17h55

    Répondre

    A noter qu'Eden reprend quand même un certain optimisme passé la première du manga, qui à défaut de respirer la joie de vivre, reste à mon gout un chef d'oeuvre d'émotions et de mise en page, voila voila.

  • Choucroot

    19/01/2006 à 02h14

    Répondre

    Jade a dit :
    à mon gout un chef d'oeuvre d'émotions et de mise en page, voila voila.

    Je viens de lire la fin du tome 3... la tarte dans la gueule...

  • Tenshikurai

    20/01/2006 à 00h17

    Répondre

    C'est la vie... la mort est omnipresente ^_^

  • airyn

    26/01/2006 à 10h30

    Répondre

    C'est la vie... la mort est omnipresente ^_^


    Salut Tenshikurai,

    Je me permet d'élargir le débat qui a commencé avec Eden. J'aimerais juste dire, de façon très pragmatique et très simple, que cette réflexion me semble éloignée de la vérité. Nous somme clairement dans une société de vivants, et pour s'en rendre compte, il suffit de considérer le nombres de fois où l'on a côtoyé la mort. (Personellement très très peu). La mort est recluse dans les hôpitaux et les maisons de retraite. La médecine retarde l'échéance. Et la mort d'inconnus dans des régions lointaines ne nous touche pas vraiment, même si elle nous fait réagir.
    C'est la même chose pour la violence. Les "médias" nous montrent sans arrêt violence et insécurité. Comparé à la Rome Antique, où des gens se faisaient dévorer par des lions lors de manifestations publiques, notre société est un havre de paix ! Enfin bref.

    Est-ce que la violence doit ressurgir sous une autre forme (dans des supports culturels comme le manga) ? Je n'en sais rien.

    Il ne faut pas confondre "l'idée de la mort" avec "la mort". C'est l'idée de mort qui hante les vivants. Mais rien n'est plus terrible et étranger à notre nature que la mort elle-même.

    Ce n'est que mon avis.

  • Jade

    27/01/2006 à 16h33

    Répondre

    Pour apporter ma pierre au débat, je dirais que l'idée de la mort n'est pas du tout loin de nous, bien au contraire, vu que mourir est la seule certitude que l'on ait dans la vie, et qu'elle constitue en meme temps son aboutissement. On essaie de l'apprivoiser comme on peut (regarde dans les villages en France, le cimetière est toujours soigneusement éloigné des maisons habitées), et c'est peut etre pour cela qu'on en parle dans la littérature etc..., afin d'y faire face de manière détournée. Ca constitue donc une part non négligeable de la culture, si on raisonne comme ca. Eden en serait une très bonne preuve

  • Tenshikurai

    28/01/2006 à 13h25

    Répondre

    On a deja tous cotoyer la mort... qui n'a pas connu un proche mourir? A mon avis très peu...
    Et puis si la mort est si presente (+ que dans la realité) c'est par rapport au contexte du manga et de l'univers qui a été créé, c'est à dire que l'on se retrouve dans un monde ou l'homme n'est plus commandé par n état ou une nation mais par des groupes genre Warlord qui se partagent les territoire par la maniere forte et ce parce que l'equilibre meme du monde a été totalement detruit. Le manga se tient très bien même quand tout le monde meurt ce n'est jamais grossier (gore oui, mais pas grossier mais perso je ne vois pas comment on peut survivre en traversant un champs de mine...par exemple).

  • Ceir

    07/02/2006 à 18h45

    Répondre

    J'ai lu en travers ce sujet.
    Eden m'a été conseillé il y a quelque temps par un ami, et j'ai commencé la série (même si j'achète à petite dose).
    Bref, pour l'instant j'ai les 4 premiers.

    Je trouve intéressant les réflexions de l'auteur sur la vie, la mort, la futilité (ou non) de nos actions, le sens (ou le non-sens) des choses,etc. Je vais pas détailler car ça a déjà été dit et sûrement mieux plus haut.
    Il est vrai cependant que le manga est très violent, impression accentuée par le réalisme du dessin et des situations. J'ai beau avoir vu pas mal de trucs violents au cinéma comme dans les BD, Eden atteint des records (le volume 3 est terrible). Je ne pense pas pour autant que l'auteur utilise son manga comme prétexte à dessiner des scènes horribles. Toutefois, ça fait partie des mangas où le public averti devrait être plus mis en avant, car ça pourrait choquer plus d'un.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques