7/10

Edgar de la Cambriole - Episode 0 : First Contact

Vous vous demandiez comment Edgar et ses compagnons s'étaient rencontrés ? Vous vous demandiez comment Zenigata s'était mis dans la tête de coincer le cambrioleur ? L'Episode 0 : First Contact de la série des braqueurs malins comblera tous ces mystères à travers un téléfilm sorti en 2002. Les éléments caractéristiques de l'oeuvre de Monkey Punch apparaissent au mieux de leur forme avec une technique sensiblement améliorée par rapport aux derniers films édités par IDP. Au menu, poursuites, trésors, énigme et humour ! Un cocktail toujours aussi détonnant !

Rencontre, rencontres...

Dans un bar new-yorkais, Jigen rencontre une journaliste pour dévoiler sa première entrevue musclée avec son patron, le fameux Edgar alias Lupin III...
Il y a quelques années, Edgar avait pour objectif de dérober le bâton d'Hermès, trésor renfermant le secret permettant de créer un métal plus dur que le diamant, à une organisation mafieuse dans laquelle Jigen officiait bon gré mal gré. Opposé à de nombreux concurrents, le cambrioleur à tête de singe s'était fait un devoir de prendre le meilleur sur Brad, un sérieux braqueur de coffre forts étasunien. Mais ce trésor d'envergure attire de nombreux autres concurrents (Fujiko, Goemon) et bien évidemment la police (Zénigata)...

Dans la grande tradition des films adaptés de l'oeuvre de Monkey Punch, ce nouvel épisode ne se révèle pas sensationnel mais se permet quelques jolis pirouettes scénaristiques pour présenter les origines inexplorés de héros mythiques. La confrontation entre Edgar et Jigen est au centre de toutes les attentions car cette rivalité affirmée dès les premiers instants va se poursuivre tout au long du film pour aboutir à un dénouement évidemment heureux. Le scénario principal s'oublie rapidement, le but consistant à réaliser le plus de course poursuites possibles avec un maximum de fun. Les personnages conservent leurs traits identiques sauf Fujiko véritablement retravaillé pour un passage en « mode brune » somme toute convaincant, ainsi que quelques autre détails (changement de la couleur de la veste d'Edgar). Véritablement, le film donne du plaisir mais se perd un peu en route pendant quelques minutes. Rien de grave mais suffisamment pour créer un petit passage à vide. De plus, le personnage de Zénigata passe un peu à la trappe et la fin laisse une impression un peu douce amère.

Quatre rencontres et aucune arrestation

Forcément, datant de 2002, le téléfilm est techniquement supérieur aux autres mais reste dans la même veine que les précédents : poursuites, figures de style, mise en avant de l'intelligence sur les armes à feu, déguisement et tour de passe-passe. Le cahier des charges pour réaliser un épisode d'Edgar de la Cambriole est respecté et mis en avant avec force. Le spectateur sait à quoi s'attendre et déguste les classiques (chasses en voiture) et les légères innovations (poursuites entre rivaux) avec plaisir de retrouver des héros toujours sympathiques et plein d'entrain. L'humour et la malice sont toujours présents et plaisants. L'OST vire entre le jazz et le funk avec pas mal de qualité, respectant le rythme et les Chez IDP, les films d'Edgar de la Cambriole défilent et les jaquettes ainsi que les bonus sont conservés à l'identique avec les seules bandes annonces de l'éditeur.

Cet Episode 0 : First Contact est un téléfilm intéressant pour développer les background des personnages principaux mais ne révolutionne pas le genre de la série pour laquelle un épisode annuel est toujours d'actualité. Sans atteindre des sommets, cet épisode est un petit moment de détente comme il se proposait de l'être. En attendant l'édition du Château de Cagliostro...

Partager cet article
A voir

Lui ou Rien !

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques