7.5/10

Element Line

Depuis déjà plusieurs dizaines d'années, la terreur règne sur le peuple de Yurozas. En effet, des démons, les Rizoms, ont envahi le royaume. Les humains sont donc contraints de se réfugier dans les villes entourées dorénavant de gigantesques remparts. Leur seul espoir : Laolith. Ce guerrier parcoure le continent et décime un à un les Rizoms. Pourtant, cela fait 14 ans que personne ne l'a vu. Les rumeurs concernant sa mort commencent à se propager. La guilde des mercenaires a de plus en plus de mal à assurer la sécurité des villes.
C'est ici que commence l'aventure de Kam. Jeune orphelin, il décide de s'engager dans la guilde pour suivre les traces de Laolith et surtout pour cacher à ses proches un terrible secret. Dans l'ombre des citadelles, le danger approche. Que cache donc la guilde à l'extérieur, et d'où viennent les Rizoms ?

Pour sa première série publiée, Ki-oon frappe fort. Ce nouvel éditeur nous propose une oeuvre recelant de qualités et atouts... Chronique d'une petite surprise.

Tolkien, quand tu nous tiens.

Element Line
Element Line
Comme on peut le remarquer dans le résumé ci-dessus, Element Line s'inscrit parfaitement dans le cadre de l'Heroic Fantasy. L'éditeur trappiste a en fait décidé de suivre une ligne éditoriale originale, celle de publier majoritairement des mangas de fantasy. Ainsi, dans la préface du premier tome de Element Line, Ki-oon explique clairement sa démarche. En effet, on peut se demander pourquoi ce genre de manga est si peu représenté alors qu'il est très apprécié dans toute la France. Le succès du Seigneur des Anneaux au cinéma mais aussi la multiplication des romans de ce genre en librairie tendent à montrer qu'une nouvelle tendance se dessine. Bien entendu, je parle ici d'une tendance dans de nouveaux domaines ou bien qui touche des générations différentes car il est évident que la fantasy a depuis longtemps une place importante dans la littérature. Ainsi, on peut dire plus simplement qu'elle est largement en train de se vulgariser. Jackson a donc certainement joué un rôle de moteur et de déclencheur dans cette idée de ligne éditoriale de Ki-oon édition (le remerciement en début d'ouvrage dédié à Peter Jackson en est un parfait exemple).

Une surprise de taille
La première chose qui frappe le lecteur avec Element Line est sans nul doute la qualité apporté au titre. Qui aurait pensé il y a quatre mois qu'en voyant une simple publicité dans le premier Virus Manga que ce petit éditeur présenterait un si bon travail. Personnellement, je ne misais pas un kopeck sur cet éditeur. Pourtant, Element Line est impeccable. Sens de lecture japonais, pages couleurs, plus de 60% des planches retravaillées spécialement par la mangaka. La jacquette a bénéficié du même traitement, l'édition francaise se toise donc d'une couverture originale de Mamiya Takizaki (personnellement, je préfère l'originale mais c'est sûrement une question de goûts). Enfin, pour les plus pointilleux, Ki-oon propose un papier de qualité solide mais souple et surtout une impression irréprochable.

Last but not least

Dernier atout de cette série outsider : son scénario.
Ce premier volume se révèle très prometteur. Mamiya Takizaki mélange habilement les genres dans son oeuvre. Ainsi, action, intrigue, mystère et personnages charismatiques ont tous leur place dans Element Line. L'auteur réussit à créer un monde d'heroic-fantasy cohérent. Certes, on ne peut pas dire qu'il brille par son originalité. En effet, par une étrange coïncidence, Element Line ressemble par certains aspect de son scénario à un autre manga sorti ce mois-ci : Ragnarock. Ces deux séries ont en commun un point essentiel : les monstres qui assaillent les humains, et les forcent à se regrouper dans des villes. Ce petit détail mis de côté, la mangaka s'en tire plutôt pas mal, la fin de ce premier volume annonce un scénario plus compliqué qu'il n'y paraît. Entre les complots politiques, le passé du héros et les secrets des personnages principaux, l'auteur a de quoi faire. Espérons simplement que ces sujets ne seront pas passés à la trappe (dans les quatre autres volumes qui constituent la série) au profit de combats et d'un humour déja trop vus.
Le style graphique de la mangaka est agréable et travaillé mais manque de finesse et de lisibilité dans les scènes de combat malheureusement. Résultat, parfois on a un peu de mal à comprendre ce qu'il se passe vraiment.

Ainsi, Element Line est une réelle surprise. La série de Mamiya Takizaki a un gros potentiel. Pour un premier volume donc, on ne peut qu'être charmé. Après, c'est sûr qu'à côté du monument Berserk et du génial Onshi, Element Line ne fait pour le moment pas le poids.

Pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté. Une oeuvre qui mérite donc sa place entre Onshi et Berserk sur votre étagère.

A découvrir

Devil Devil

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques