5.5/10

Elemental Gerad

A toute berzingue. Ce serait le qualificatif approprié pour Elemental Gerad. Oui, car le scénario trépigne d'impatience, tourne comme un lion en cage, attendant son heure derrière le déluge d'action proposé par Mayumi Azuma. Pour cela, on est servi entre fusillades et course poursuites dans un monde où les pirates de l'air prennent des allures de casse-cou au grand coeur pour un shônen tout ce qu'il y a de plus classique...

Pas Gégé

Elemental Gerad
Elemental Gerad
Suite à un raid de routine, le jeune pirate de l'air Coud Van Giruet trouve un butin des plus inhabituels : Ren, une « Adil Raid ». Il s'agit, en réalité d'une arme très puissante qui fusionne avec son utilisateur. Alors que le jeune homme se remet des ses émotions, le vaisseau est attaqué par les membres d'Arc Aile, le groupe qui projetait d'acheter Ren avant que celle-ci ne soit dérobée par les Red Lynx. Au cours du combat, qui s'ensuit, Coud découvre la véritable nature de Ren. Le vaisseau des Red Lynx est détruit et Coud parvient à s'enfuir accompagné des membres d'Arc Aile. Nos amis s'arrêtent dans un village pour se reposer. Mais à son réveil, Coud découvre le lit de Ren vide. Elle a été capturée par un homme qui projette de la revendre au marché noir...

Autour d'un héros des plus malins qui soit, va se former une troupe de guerriers aux objectifs et motivations différentes. Avec comme seul point commun de poursuivre les Adil Raid. Alors forcément, il y a peu à dire étant donné que la très grande partie du manga mise sur l'action pure et dure. Ce gros mélange entre L'Escadrille des Nuages et Trigun est assez explosif et le rythme soutenu au point que les scènes d'action prennent des allures démentielles. Pas toujours en bien pour la clarté de l'action. L'action suit son cours en fonction d'événements plus ou moins cohérents mais comme le scénario ne s'embarrasse pas de background important pour la suite de l'intrigue, Elemental Gerad progresse vite, très vite, trop vite. L'immersion en plein milieu de son monde est profonde mais ne laisse rien imaginer autre que ce qui se déroule sous nos yeux, un peu vide. Mais comme on en prend plein les mirettes et que la dose d'humour s'y ajoute, voilà un manga pop-corn supplémentaire...

Manga élémentaire

Ca flingue beaucoup. Dans tous les sens. A tout va. Et sans réfléchir. A tel qu'on se croirait presque dans un remake version aérienne du sous-marin Black Lagoon. Les dialogues tendent aussi parfois à le prouver avec un minimalisme très shônen de base dans l'esprit. Elemental Gerad tend à prouver que le shônen peut ressembler à un manga bête et méchant avec une ligne directrice claire comme de l'eau de roche et pourtant... faire un carton avec la même recette éculée. Les personnages sont représentatifs du shônen conventionnel et ne dégagent pas plus de charisme que Azuma ne sache leur en donner.

Si le dessin reste dans la tradition du genre, il représente sans doute la meilleure partie du manga avec des représentations qui n'hésitent pas à aller vers la pleine page, un remplissage de bonne qualité et un détail plutôt intéressant en absence de scènes d'action. Le chara design reste simpliste mais l'univers est travaillé à sa juste valeur. Bien sûr, la dose de SD conventionnel est présente et manifeste ses quelques gags avec son duo de personnages se mettant régulièrement à délirer pour un oui ou pour un non. Cela reste acceptable sans atteindre un quelconque sommet.

Avec un scénario s'étoffant au fur et à mesure, le manga pourrait prétendre à mieux mais rien n'est moins sûr, surtout que le rythme de parution de Kami ne donne pas entière satisfaction à des lecteurs avides d'aventures musclées. Elemental Gerad reste une oeuvre tout relative permettant de se faire plaisir un petit moment sans apporter une satisfaction énorme.

A découvrir

Angel

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    02/09/2009 à 20h04

    Répondre

    j'adore elemental gerad

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques