6.5/10

Ethnicity 01 T.2


Le terrifiant Keô
Niko a été bannie de Sensoram puisqu'elle a failli à toutes les tâches de sa citoyenneté. Elle va devoir investir une zone blanche au plus tôt et ne sait pas trop comment appréhender ce genre d'endroit... Heureusement (?) pour elle, Sio, une de ses camarades de classe, va lui donner un portable qui fonctionne dans les zones blanches, ce qui lui permettra de rester en contact avec elle. La jeune Sio n'a qu'une idée en tête, libérer les zones blanches.

Dans la ville, Nortéga, l'un des leaders du Grand Conseil de la Cité fortifiée, gère habilement les avis des membres du conseil et prépare des affrontements entre les zones blanches en les montant les unes contre les autres. Pour contrer cette attaque déloyale, Keô, un révolutionnaire des zones blanches, commence à rassembler un maximum de gens autour de lui et tente d'unir ces mêmes zones pour pouvoir renverser Nortéga. La partie risque d'être rude pour tous les acteurs alors que la bataille finale se prépare...

Ce deuxième volume d'Ethnicity 01 continue dans la veine du premier à savoir que le mélange entre action et narration est plutôt bien dosé. On découvre toute l'horreur de la guerre via le personnage de Keô. Ce dernier, qui parait être quelqu'un de relativement rationnel et déterminé, change totalement du tout au tout lorsqu'il est en plein combat et son visage revêt une expression démoniaque. Malgré son caractère guerrier, on aurait pu penser que ce dernier saurait éviter la facilité mais non. Niko est un peu la grande absente de ce volume puisqu'elle n'apparait pas beaucoup, son histoire étant passée au second plan pour bien mettre en valeur le soulèvement des zones blanches.

Le prochain volume sera le dernier (oui déjà) et il est assez logique d'imaginer que le plan mis en place par Sio, la camarade de classe de Niko, permettra un dénouement heureux puisqu'elle aspire à libérer les zones blanches. Le destin des exilés est dans les mains d'une jeune fille et d'un jeune garçon (Astha ne va pas la laisser toute seule quand même !).

Ce titre court de chez Doki-Doki se lit vraiment très bien mais on regrette quand même que l'auteur ne prenne pas plus le temps de développer l'univers post-apocalyptique qu'il met en place. Eh oui, dans un petit tome seulement, ce sera la fin et il y a encore de nombreuses choses que l'on ignore. Même si on peut craindre une fin un peu dans le rush (le spectre de 7 milliards d'aiguilles plane), on espère que l'on prendra plaisir à voir la conclusion des aventures de Niko.

A découvrir

Happy T.11

Partager cet article
A voir

Sanctum T.3

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques