7/10

Family Compo Edition de Luxe T.10


Action !
Est-ce que l'histoire avance dans ce tome ?
C'en est fini des années lycée pour Shion qui vient d'obtenir son baccalauréat. Pour fêter leur réussite dignement, elle et deux de ses copines décident de partir en voyage à Imazu où elles resteront dans un onsen. Sa mère ne l'entend pas de cette oreille et décide d'envoyer Masahiko (ou plutôt sa version féminine Masami) pour la surveiller. Masami va donc faire la rencontre "fortuite" de Shion et de ses amies dans le train et ces dernières vont l'inviter à rester au même endroit qu'elles et même plus, à partager leur séjour...

Dans la deuxième partie du volume, on suit les débuts de Shion à l'université. La jeune fille (ou le jeune homme, on ne sait toujours pas exactement) s'intéresse beaucoup au club de cinéma de Masahiko et souhaite le rejoindre. Le problème, c'est qu'elle a décidé d'aller à l'université habillé en homme, ce qui pourrait créer des situations bizarres dans le club...

Par rapport au tome précédent, ça donne quoi ? Un peu plus rythmé et entraînant que le précédent, les choses s'accélèrent un petit peu dans ce dixième tome puisque Shion entre enfin à l'université et Masahiko se rapproche de plus en plus de la vérité concernant sa cousine. L'humour de l'auteur de City Hunter fait encore plus mouche et voir Masahiko dans le bain des femmes à essayer de se cacher en permanence est à mourir de rire.

Que peut-on attendre du prochain volume ? C'est Kaoru qui devrait être à l'honneur dès le prochain volume. La jeune fille rebelle a trouvé sa voie, la chanson, mais son père ne l'entend pas de cette oreille. Hojo devrait donc continuer à exploiter les problèmes familiaux dans les deux derniers volumes. Comment un père qui ne vit pas avec sa fille peut réagir et lui imposer quoi que ce soit ?

Le mot de la fin : Je suis toujours aussi content de ces éditions de luxe sorties par Panini. Ce sont leurs éditions qui sont les plus soignées. Agréable en main, avec un papier meilleur à chaque tome et ne souffrant que très rarement de fautes d'orthographe (je crois que j'en ai vu une ou deux en dix volumes...), ce dixième opus des aventures de Masahiko se lit d'une traite !

A découvrir

I am a Hero T.1

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

7 commentaires

  • Anonyme

    13/07/2007 à 13h29

    Répondre

    Un manga vraiment original ou l'humour va de pair avec les quiproquos. Il tient en haleine jusqu'au bout. Des personnages vraiment attachants même secondaires.

  • Islara

    01/02/2012 à 12h12

    Répondre

    Comme toutes les rééditions que j'ai pu feuilleter, celle-là semble être comme les autres : mauvaises par rapport à l'édition initiale. Je crois que la pire est celle de City Hunter...

    Quoi qu'il en soit, ce manga est excellent : il donne énormément matière à réfléchir sur les préjugés des sociétés quant aux traits de caractère et activités que doivent, selon elles, avoir les hommes d'une côté et les femmes de l'autre.

    Dans le manga justement, les personnages sont présentés comme devenus transsexuels car en tant qu'homme ou femme, ils ne pouvaient avoir certaines activités.

    Mais du coup, je pense que le manga est de ce fait très faux sur ce qui fait qu'un homme ou une femme est/devient transsexuel.
    http://manga.krinein.com/family-compo-e ... 18107.html

  • OuRs256

    01/02/2012 à 12h18

    Répondre

    Islara a dit :
    Comme toutes les rééditions que j'ai pu feuilleter, celle-là semble être comme les autres : mauvaises par rapport à l'édition initiale. Je crois que la pire est celle de City Hunter...

    Quoi qu'il en soit, ce manga est excellent : il donne énormément matière à réfléchir sur les préjugés des sociétés quant aux traits de caractère et activités que doivent, selon elles, avoir les hommes d'une côté et les femmes de l'autre.

    Dans le manga justement, les personnages sont présentés comme devenus transsexuels car en tant qu'homme ou femme, ils ne pouvaient avoir certaines activités.

    Mais du coup, je pense que le manga est de ce fait très faux sur ce qui fait qu'un homme ou une femme est/devient transsexuel.
    http://manga.krinein.com/family-compo-e ... 18107.html


    La réédition de City Hunter pire que l'originale ? Je pense que tu vas un peu loin là... L'édition J'ai Lu était vraiment merdique (au niveau de la traduction, de la mise en page...)

  • Islara

    01/02/2012 à 12h46

    Répondre

    Ben justement, la traduction, on aimait beaucoup plus dans l'édition J'ai lu. Franchement, "Mokkori", ça parle à qui ? "Coucou" c'est tellement plus fandard ! Je crois qu'ils ont changé aussi la traduction du nom de l'Eléphant, ce qui est hyper dommage. Umibozu, on ne saisit pas le trait d'humour. L'Eléphant, quand on voit le personnage, on pige tout de suite...

    Quant à la mise en page, je ne peux pas dire car ce qui m'a rebuté dans cette édition nouvelle, c'est cet espèce de fond rougeâtre immonde.

    Elle ne m'a jamais choquée dans l'édition J'ai lu en tout cas.

  • OuRs256

    01/02/2012 à 13h09

    Répondre

    Islara a dit :
    Ben justement, la traduction, on aimait beaucoup plus dans l'édition J'ai lu. Franchement, "Mokkori", ça parle à qui ? "Coucou" c'est tellement plus fandard ! Je crois qu'ils ont changé aussi la traduction du nom de l'Eléphant, ce qui est hyper dommage. Umibozu, on ne saisit pas le trait d'humour. L'Eléphant, quand on voit le personnage, on pige tout de suite...

    Quant à la mise en page, je ne peux pas dire car ce qui m'a rebuté dans cette édition nouvelle, c'est cet espèce de fond rougeâtre immonde.

    Elle ne m'a jamais choquée dans l'édition J'ai lu en tout cas.


    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.

  • Islara

    01/02/2012 à 13h36

    Répondre

    OuRs256 a dit :
    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.


    Classique... Mazette... Quelle horreur ! C'était tellement mieux le noir & blanc. ^^'

    Sinon, j'ai tjs interprété l'expression "coucou" par "bonjour c'est moi que v'là". A partir du moment où Ryo Saeba donnait une identité propre à son organe sexuel, je trouvais que cette expression collait parfaitement. Pour le coup, Mokkori, là faut qu'on m'explique. Ca veut dire quoi au juste ?

    C'est bien d'essayer d'être fidèle à l'oeuvre originale, mais s'il n'y pas de lexique, ça revient à ne pas finir son travail. Donc ça ne vaut rien. Il y a de stas de mangas qui donnent un lexique. Y en a-t-il un dans cette nouvelle édition de City Hunter ?

  • OuRs256

    01/02/2012 à 13h48

    Répondre

    Islara a dit :
    OuRs256 a dit :
    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.


    Classique... Mazette... Quelle horreur ! C'était tellement mieux le noir & blanc. ^^'

    Sinon, j'ai tjs interprété l'expression "coucou" par "bonjour c'est moi que v'là". A partir du moment où Ryo Saeba donnait une identité propre à son organe sexuel, je trouvais que cette expression collait parfaitement. Pour le coup, Mokkori, là faut qu'on m'explique. Ca veut dire quoi au juste ?

    C'est bien d'essayer d'être fidèle à l'oeuvre originale, mais s'il n'y pas de lexique, ça revient à ne pas finir son travail. Donc ça ne vaut rien. Il y a de stas de mangas qui donnent un lexique. Y en a-t-il un dans cette nouvelle édition de City Hunter ?


    Mokkori, c'est le son du zizi qui se lève pour les japonais ^^'. D'ailleurs grâce à City Hunter, l'onomatopée est rentrée dans le lexique jap lol (y'en a aussi dans les éditions de luxe de Dr Slump, Dragon Ball ou encore Kenshin qui paraissent en France en ce moment chez Glénat)

    Pour les pages unicolores, je suis d'accord avec toi, le Noir et Blanc c'est mieux mais là, c'est une contrainte de l'éditeur japonais puisque dans la version de luxe japonaise, ces pages y sont aussi.

    Il me semble (faudra que je vérifie dans mes tomes) que Panini traduit tous les noms et expressions qu'ils laissent en VO la première fois qu'ils apparaissent en note de traduction donc le travail est fait

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques