5/10

Family Compo Edition de Luxe T.11


Sexy... !
Kaoru, garçon manqué de son état, a de nombreux problèmes avec sa famille concernant son futur. Elle a beaucoup de mal à exprimer ses sentiments vis à vis de son père et ce dernier n'est pas bien meilleur dans ce domaine. C'est pour cette raison qu'elle ne lui a pas dit qu'elle s'était remise à chanter dans un groupe. Pourtant, il va l'apprendre et il va commencer à comprendre la façon de penser de sa fille. Malgré son talent, elle veut réussir seule, sans "piston" et pouvoir s'épanouir à travers ce qu'elle fait...

La deuxième partie du volume est consacrée à Yoko. Elle rentre dans l'auberge tenue par sa mère dans les alentours de Tokyo et cette dernière en profite pour lui rappeler qu'elle devra prendre sa suite. La jeune fille n'en a pourtant aucune envie et le conflit n'en sera que plus violent...

On sent avec ce onzième et avant-dernier volume que la série s'essouffle. Tsukasa Hojo a fait le tour de son sujet et ce petit sentiment de lassitude que l'on commençait à sentir dans le tome précédent se confirme. On a l'impression d'avoir déjà vu toutes les situations mises en scène et les dialogues sentent même un peu le réchauffé par moment. La lecture est donc un peu plus longue que pour le volume dix et j'ai même dû m'y reprendre à deux fois pour le terminer. Les aventures de Shion et Masahiko touchent à leur fin. Le dernier tome devrait apporter une réponse aux questions amenées durant la série, avec un peu d'humour si possible.

La fin se fait sentir plus que dans certaines autres séries de l'auteur puisqu'on sent qu'il rame un peu. Les thèmes redondants, les situations similaires, l'humour tiré par les cheveux... La série perd un peu en originalité puisque le travestissement est devenu presque normal, quasi tous les personnages s'y adonnent. Bon après, il ne faut pas enlever toutes les qualités à la série pour seulement un ou deux tomes un peu moyens. Donc la fin... et vite !

A découvrir

Iris Zero T.3

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

7 commentaires

  • Anonyme

    13/07/2007 à 13h29

    Répondre

    Un manga vraiment original ou l'humour va de pair avec les quiproquos. Il tient en haleine jusqu'au bout. Des personnages vraiment attachants même secondaires.

  • Islara

    01/02/2012 à 12h12

    Répondre

    Comme toutes les rééditions que j'ai pu feuilleter, celle-là semble être comme les autres : mauvaises par rapport à l'édition initiale. Je crois que la pire est celle de City Hunter...

    Quoi qu'il en soit, ce manga est excellent : il donne énormément matière à réfléchir sur les préjugés des sociétés quant aux traits de caractère et activités que doivent, selon elles, avoir les hommes d'une côté et les femmes de l'autre.

    Dans le manga justement, les personnages sont présentés comme devenus transsexuels car en tant qu'homme ou femme, ils ne pouvaient avoir certaines activités.

    Mais du coup, je pense que le manga est de ce fait très faux sur ce qui fait qu'un homme ou une femme est/devient transsexuel.
    http://manga.krinein.com/family-compo-e ... 18107.html

  • OuRs256

    01/02/2012 à 12h18

    Répondre

    Islara a dit :
    Comme toutes les rééditions que j'ai pu feuilleter, celle-là semble être comme les autres : mauvaises par rapport à l'édition initiale. Je crois que la pire est celle de City Hunter...

    Quoi qu'il en soit, ce manga est excellent : il donne énormément matière à réfléchir sur les préjugés des sociétés quant aux traits de caractère et activités que doivent, selon elles, avoir les hommes d'une côté et les femmes de l'autre.

    Dans le manga justement, les personnages sont présentés comme devenus transsexuels car en tant qu'homme ou femme, ils ne pouvaient avoir certaines activités.

    Mais du coup, je pense que le manga est de ce fait très faux sur ce qui fait qu'un homme ou une femme est/devient transsexuel.
    http://manga.krinein.com/family-compo-e ... 18107.html


    La réédition de City Hunter pire que l'originale ? Je pense que tu vas un peu loin là... L'édition J'ai Lu était vraiment merdique (au niveau de la traduction, de la mise en page...)

  • Islara

    01/02/2012 à 12h46

    Répondre

    Ben justement, la traduction, on aimait beaucoup plus dans l'édition J'ai lu. Franchement, "Mokkori", ça parle à qui ? "Coucou" c'est tellement plus fandard ! Je crois qu'ils ont changé aussi la traduction du nom de l'Eléphant, ce qui est hyper dommage. Umibozu, on ne saisit pas le trait d'humour. L'Eléphant, quand on voit le personnage, on pige tout de suite...

    Quant à la mise en page, je ne peux pas dire car ce qui m'a rebuté dans cette édition nouvelle, c'est cet espèce de fond rougeâtre immonde.

    Elle ne m'a jamais choquée dans l'édition J'ai lu en tout cas.

  • OuRs256

    01/02/2012 à 13h09

    Répondre

    Islara a dit :
    Ben justement, la traduction, on aimait beaucoup plus dans l'édition J'ai lu. Franchement, "Mokkori", ça parle à qui ? "Coucou" c'est tellement plus fandard ! Je crois qu'ils ont changé aussi la traduction du nom de l'Eléphant, ce qui est hyper dommage. Umibozu, on ne saisit pas le trait d'humour. L'Eléphant, quand on voit le personnage, on pige tout de suite...

    Quant à la mise en page, je ne peux pas dire car ce qui m'a rebuté dans cette édition nouvelle, c'est cet espèce de fond rougeâtre immonde.

    Elle ne m'a jamais choquée dans l'édition J'ai lu en tout cas.


    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.

  • Islara

    01/02/2012 à 13h36

    Répondre

    OuRs256 a dit :
    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.


    Classique... Mazette... Quelle horreur ! C'était tellement mieux le noir & blanc. ^^'

    Sinon, j'ai tjs interprété l'expression "coucou" par "bonjour c'est moi que v'là". A partir du moment où Ryo Saeba donnait une identité propre à son organe sexuel, je trouvais que cette expression collait parfaitement. Pour le coup, Mokkori, là faut qu'on m'explique. Ca veut dire quoi au juste ?

    C'est bien d'essayer d'être fidèle à l'oeuvre originale, mais s'il n'y pas de lexique, ça revient à ne pas finir son travail. Donc ça ne vaut rien. Il y a de stas de mangas qui donnent un lexique. Y en a-t-il un dans cette nouvelle édition de City Hunter ?

  • OuRs256

    01/02/2012 à 13h48

    Répondre

    Islara a dit :
    OuRs256 a dit :
    Le fond rougeâtre immonde c'est un truc assez classique de coloration "unicolore" en publication japonaise. Pour le "coucou", fendard ? j'ai toujours trouvé que ça voulait rien dire... Changé la traduction ? Non ils ont juste laissé le nom original, ce qui est vraiment pas du luxe !. Par contre, c'est vrai qu'ils auraient pu le traduire Umibozu (quand on sait que ça veut dire éléphant de mer, on comprend où se trouve l'humour), mais franchement, je trouve qu'ils ont redonné beaucoup de "crédit" à l'oeuvre avec une traduction plus proche et plus fidèle à l'oeuvre originale.


    Classique... Mazette... Quelle horreur ! C'était tellement mieux le noir & blanc. ^^'

    Sinon, j'ai tjs interprété l'expression "coucou" par "bonjour c'est moi que v'là". A partir du moment où Ryo Saeba donnait une identité propre à son organe sexuel, je trouvais que cette expression collait parfaitement. Pour le coup, Mokkori, là faut qu'on m'explique. Ca veut dire quoi au juste ?

    C'est bien d'essayer d'être fidèle à l'oeuvre originale, mais s'il n'y pas de lexique, ça revient à ne pas finir son travail. Donc ça ne vaut rien. Il y a de stas de mangas qui donnent un lexique. Y en a-t-il un dans cette nouvelle édition de City Hunter ?


    Mokkori, c'est le son du zizi qui se lève pour les japonais ^^'. D'ailleurs grâce à City Hunter, l'onomatopée est rentrée dans le lexique jap lol (y'en a aussi dans les éditions de luxe de Dr Slump, Dragon Ball ou encore Kenshin qui paraissent en France en ce moment chez Glénat)

    Pour les pages unicolores, je suis d'accord avec toi, le Noir et Blanc c'est mieux mais là, c'est une contrainte de l'éditeur japonais puisque dans la version de luxe japonaise, ces pages y sont aussi.

    Il me semble (faudra que je vérifie dans mes tomes) que Panini traduit tous les noms et expressions qu'ils laissent en VO la première fois qu'ils apparaissent en note de traduction donc le travail est fait

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques