3.5/10

Fantôme

Un manhwa qui porte bien son nom car il passera totalement inaperçu...

Casterman se développe considérablement avec ses labels Sakka (manga), Hua Shu (manhua) et Hanguk (manhwa). À travers ce dernier, les œuvres d'intérêt se multipliaient avec un choix pertinent de one-shot (Le Marécage, L'Amour est une Protéine) ou d'histoires en peu de volumes (Appartement). Le niveau ne pouvait pas perdurer à ce niveau et alors, Fantôme est arrivé.

 

L'esprit est absent

Fantôme a pour cadre une Terre du futur à la surface de laquelle le réchauffement climatique, intense, n'a cessé de provoquer de considérables et irrémédiables catastrophes : le Japon a disparu, rayé de la carte par les tremblements de terre, et les États-Unis, ravagés par un cataclysme volcanique, ne sont plus qu'un vaste espace totalement vide d'habitants. En à peine un siècle, 60% de la population planétaire ont disparu au cours de cette longue succession d'événements dramatiques. Seul “bénéfice” de ces évènements : la guerre a disparu. Ou plutôt, elle a changé d'objectif : désormais, c'est contre les colères d'une nature incontrôlable que les peuples font front, unis dans une même solidarité humaine. C'est dans ce décor qu'un attentat à l'explosif est réalisé en plein coeur de Séoul...


img11623_b2250180mangasvffantf4me_250
Fantôme (c) Hanguk
Mouais. L'accroche et la couverture pouvaient apparaître sympathiques, mais il faut bien avouer qu'une fois la dernière page tournée, on reste cruellement sur sa faim et avec l'impression d'avoir perdu le fil d'un scénario mal exploité au possible. Le Fantôme de Jung-Hyun Suk promettait avec un début tonitruant impliquant terrorisme, milice et journalisme sauce grand film hollywoodien au scénario alambiqué. Il en résulte une profonde déception car cet ouvrage tout en couleur manque à tous ces devoirs. Progressivement, chaque thème mis en valeur au début de l'œuvre s'effrite. Dès lors, la compensation par les scènes d'action se réalise dans le plus grand brouhaha et l'incompréhension la plus totale pour aboutir sur… Rien. Une intrigue complètement creuse et une fin rapidement expédiée car sans doute plus d'idée.

 

Peu spirituel

Si le dénouement est bel et bien ridicule, l'intrigue semblait pouvoir profiter de l'émulation des premières pages mais c'est tout le contraire. L'introduction fait tellement saliver que l'auteur a bien du mal à tenir le même niveau de narration par la suite, imbriquant une histoire de complots à plusieurs échelles pour un imbroglio dans lequel il semble lui-même se perdre. Les personnages principaux sont à peine décrits, leur background ne semblant pas faire partie de ces priorités. À peu près, à la moitié du manga, l'intrigue prend fin, laissant dévoiler des planches de l'auteur accompagné de pages supplémentaires sur les robots, ses impressions et tout un tas d'autre chose qui auraient pu êtres intéressants si le manhwa avait été bon…

Finalement, tout se rapporte sur le dessin. Il faut bien le dire, Hanguk parvient souvent à dégoter des plumes adroites, savant mettre en valeur leurs cases. C'est aussi le cas avec Suk dont les planches reflètent très bien l'esprit d'un tchungnyun sombre, angoissant, post-apocalyptique, avec son faux air de « tout va bien » pour mieux faire surgir des personnages terriblement humains. Dommage que le mahwaga ne se soit pas doté d'un scénariste car le remaniement de son œuvre par lui-même tourne à l'autodérision la plus total.

Désormais, vous pouvez croire aux fantômes, ils font peur… Fantôme se situe en deçà des espérances et complète la faible collection de ces œuvres ne valant que par leur dessin très connoté réalité. Car c'est bien tout ce qu'on retiendra de positif pour un label qui avait habitué à de meilleurs choix.

 

A découvrir

Amer Béton - le manga

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques