6.5/10

Final Fantasy VII - Dirge of Cerberus

On a beau le savoir, on se fait toujours avoir. Le phénomène Final Fantasy a encore sévi, une victime de plus. La cause : un nouvel épisode de la saga sous la forme d'un OAV, prélude à un jeu vidéo sortant dans les prochains mois. Reprenant la technique avancée de Final Fantasy VII : Advent Children plutôt que la classique de Last Order, personne ne pouvait imaginer le résultat d'une animation remarquable associée à une histoire charismatique. Oui mais voilà, lorsqu'une histoire a été épuisée jusqu'à la lie, difficile de raconter quoi que ce soit de nouveau dans Dirge of Cerberus...

Destruction en silence

Trois ans après le combat final contre Sephiroth, Midgar et compagnie vont de nouveau trembler car une nouvelle arme est sur le point de faire son apparition, Omega. Les Deep Ground Soldiers, mystérieux groupe semblant avoir une parenté avec la Shin-ra part à la recherche du seul homme connaissant son emplacement : le morbide Vincent Valentine.

Sorti de son cercueil pour filer un coup de main à la bande de Cloud, Vincent Valentine demeurait certainement le personnage le plus obscur du jeu mythique de Square. Tant qu'à faire, pourquoi ne pas développer son passé ? Bonne idée ! Encore faut-il en avoir, des idées... devant l'impossibilité de mettre une équipe constructive au scénario, l'OAV misera sur une baston tout en puissance et incorporant quelques éléments du passé de l'homme-bête et de sa dulcinée, Lucrecia. La belle et la bête, un conte éternel qui ne prend malheureusement pas forme tant le scénario fait peau de chagrin, manquant cruellement d'explications et avec de nouveaux personnages sortant de nulle part. Le quota de dialogues imposés est réduit à son strict minimum, l'accent est mis sur l'esprit Final Fantasy déjà développé dans Advent Children : amitié et solidarité face à la terreur ennemie. Classique et efficace.

Anges et démons

Beaucoup de non-dits, de peu dits, de dits pas grand-chose' et finalement l'OAV s'embourbe dans une confusion générale assez troublante. Le taciturne Vincent Valentine remplit son rôle à la perfection décrochant des paroles du bout des lèvres dans les cas extrêmes. Mais pas une seule seconde, l'ennui ne guette. Action, action, action ! Le principe est simple, entendu et sincèrement efficace. Première raison : l'univers Final Fantasy VII. Seconde raison : une animation à tombé par terre aussi bien dans les phases mouvementées que contemplatives (trop rares pour être soulignées). L'OAV n'est qu'un large moment de bastonnade pure et dure ébouriffant sobrement l'histoire du personnage principal et de sa bien-aimée... trop peu pour être convaincant en trente-cinq minutes.

Mais comme dit, l'animation est plus que convaincante, déterminante ! Elle semble encore plus réussie que dans Advent Children : scènes de combat monstrueusement jouissives, portraits de personnages détaillés à l'extrême, plans de toute beauté (ah, le skateboard volant !) sans oublier une OST "finalfantasyesque" signée Masashi Hamauzu, les opening et ending de Gackt cassant la baraque... délice visuel mais sans bouder le plaisir des yeux, quelque chose cloche. Le découpage en saynètes perturbe le rythme, mettant bien plus encore les difficultés de construction du scénario. De perturbant, cela en devient agaçant au bout de quatre ou cinq fois laissant une impression amère en bouche.

Peut-être à considérer comme un épisode de transition qui en appelle bien d'autres. Peut-être un coup marketing servant à lancer le jeu. Peut-être bien un empressement démesuré à vouloir à tout prix remontrer cette animation d'exception en y greffant un scénario écrit sur le coin d'une table. Beaucoup de peut-être et peu de certitudes laissent planer le doute sur ce Dirge of Cerberus dont l'utilité reste encore à trouver...

A découvrir

Asatte Dance

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • "L"

    17/08/2006 à 19h00

    Répondre

    Square Enix a l'air d'avoir besoin de sous on dirait .

  • Djak

    17/08/2006 à 19h56

    Répondre

    n'importe quelle société a toujour besoin de sous

  • rhed308

    17/08/2006 à 22h07

    Répondre

    quelques fautes d'orthographes sont a notées

  • juro

    18/08/2006 à 00h46

    Répondre

    Check

  • vincento

    25/08/2006 à 16h23

    Répondre

    heu.....vous n'y etes pas du tout pour la plupart....c'est normal vous ne connaissez pas entierement final fantasy et ses méandres...dommage d'apporter un commentaire aussi subjectif de l'OAV dirge of cerberus...

    Premierement,Dirge Of Cerberus(DOC) n'est pas destiné au grand public...c'est loin de là un anime a but commercial destiné à relancer la machine ff7!
    DOC n'est que la continuité du jeu du même nom sorti sur PS2...Il est donc incompréhensible pour ceux qui ne connecent pas l'histoire et de ce jeu et de final fantasy 7!

    Deuxiemement,ce n'est PAS un prélude mais un épilogue au jeu DOC!C'est l'aboutissement de la lutte des Cloud et ses amis(DOC se situe 1 ans apres Advent Children!) Car les deep ground soldiers sont vaincus dans cet OAV alors que dans le jeux c'est le fil conducteur de cette histoire!

    Troisiemement,les personnages qui apparaissent et qui semblent inconnus dans le monde de ff7 ne sont que des personnages de DOC!Je le rappelle cet OAV est destiné avant tout aux fan de DOC!(trop de conclusions hatives ma foi...c'est bien dommage...)

    Quatriemement,au sujet de Vincent Valentine héros principal de DOC et de l'OAV; son passé n'est que sublimé et finalisé dans l'OAV car toute son histoire est racontée dans le jeu DOC et dans FF7 en parti!

    Enfin et pour finir...Dirge of Cerberus bénéficie certes d'une animation époustouflante mais pour toute les raisons que j'ai expliqué précedemment ce n'est pas LE fer de lance de cet OAV!Il aurait été possible de faire la meme critique pour Last Order(OAV retracant l'avant final fantasy 7)!
    Dirge of Cerberus n'est que la conclusion et l'annoncement d'un nouvel opus(???on ne sait pas quand)apres le jeu voila tout!

    Pour ma conclusion personnelle, DOC reflete parfaitement l'univers final fantasy en y apportant une touche rare d'action de boum big bang apres les révélations du passé de Vincent dans le jeu. C'est de cette maniere que le fan peut sublimer la vision de son personnage et le placer dans toute la mesure qu'il mérite!
    DOC est une oeuvre d'art parmi les autres chefs d'oeuvre de la saga FINAL FANTASY 7!

  • juro

    25/08/2006 à 17h12

    Répondre

    Point de vue complémentaire intéressant néanmoins s'il est nécessaire de jouer au jeu pour comprendre l'OAV, je pense qu'un grand nombre de spectateurs resteront un peu déçu comme je l'ai été... mais la précision était nécessaire

  • Lionheart

    04/09/2006 à 14h53

    Répondre

    Vous vous etez completement gouré. Ceci n'est pas une OAV proprement parlé, ce n'est que le regroupement des scénes CG du jeux sur PS2. Normal que vous comprenez rien a l'histoire avec ces nouveau personnage car l'histoire ce developpe surtout dans les cut-scene utilisant le moteur du jeux qui sont bien plus nombreuse que les CG. Donc cela n'a pas était crée specialement pour une OAV mais ce sont les cinematiques du jeux mit bout à bout.

  • Anonyme

    30/09/2006 à 01h10

    Répondre

    Pour ma part,j'estime que si la qualité graphique est égale à celle d'Advent Children,ça vaut le coup de se ruer dessus....
    Même si le scénar ne suit pas....je suis du genre à apprécier regarder ce genre de bijou visuel,de la même manière que l'on peut se délecter d'un clip sans être fan de la musique qui va avec....

    Je ne sais pas si je m'exprime de façon compréhensible....

  • Anonyme

    16/12/2007 à 16h42

    Répondre

    Euh, je n'ai pas vu Dirge of Cerberus, ou peut-on se le procurer(en version sous titrée française au moins)? Peut-on l'acheter?


    Je pose la même question en ce qui concerne Last Order?


    Et pouvez vous me dire ce que c'est que ce FF7 CC?


    Merci de bien vouloir me répondre.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques