6/10

Five

Le shôjo dans toute sa splendeur revient avec Five. Les mateurs remarqueront le trait bienvenu d'une mangaka à retenir.

Depuis sa plus tendre enfance, Hina est ballottée de ville en ville par ses parents, elle n'aspire donc qu'à une chose : goûter enfin aux joies de la vie d'une élève ordinaire. Le rêve semble devenir réalité lorsqu'elle intègre son lycée définitif... mais vire au cauchemar lorsqu'elle découvre qu'elle est la seule fille d'une classe de surdoués ! Et pire que tout : les Five, les élèves les plus intelligents mais les moins disciplinés de sa classe, décident de la prendre sous leur aile... Il y a Toshi, Takui, Nao, Jun et Kojirô... La petite bande emmenée par Toshi, le bad boy au sourire ravageur et au look d'enfer, perturbera la jeune fille mais c'est d'emblée que les Five l'accueille comme un vent de fraîcheur dans leur univers par trop masculin... Hina va devoir se faire sa place dans ce monde viril dont elle découvre à la fois les inconvénients et les charmes... Mais loin d'être une idiote et pourvue d'un caractère bien trempé, Hina est prête à relever le défi !

 

Five
Five
Cinq garçons, une fille, plusieurs possibilités ! Dont celle de faire totalement abstraction que Five est un shôjo et qu'il en possède les ficelles les plus classiques. Pour résumer : un panel de beaux gosses en culotte courte aux caractères aussi différents que leur apparence et tous avec leur « charme » vont donner beaucoup d'amitié et faire chavirer le cœur froid d'un protagoniste féminin peu typique du genre. Entre quiproquo, gags et bogossitude, le manga possède tout de même un intérêt en travaillant le sujet de l'amitié fille-garçon avec pas mal d'idées. Malheureusement, le traitement d'un shôjo ne se fait rarement pas au-delà de la couche de surface, la réflexion reste par conséquent légère. Sinon, tous les bons vieux ingrédients et passages obligés sont réunis dans ce drama school signé Shiori Furukawa.

Scénarisitiquement dans la norme du genre, le manga offre un petit plus graphique. L'auteur montre de belles choses au niveau des expressions à travers un style particulier. Même si le chara design peut sembler parfois étrange, il se dégage de Five un attrait bizarre qui contribue à vouloir en savoir un peu plus sur le titre.

La collection shôjo de Kana grandit avec ce titre et même s'il ne présente pas un potentiel démentiel, il convient pour une lecture passable, juste divertissante. Néanmoins, pas sûr que le nombre important de volumes permette au scénario de redresser la barre vers un quelque chose de plus abouti...

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques