5/10

Free Fight - New Tough T.34


J'ai les mêmes bras... ! Si si, je vous jure !
La « Chasse au Nada », initiée par les cardinaux funestes du Yugen, a commencé. Second à être pris pour cible, Kiichi est parvenu à vaincre Taïkan, le Rhinocéros, après un difficile combat. Mais il est immédiatement confronté au troisième homme du Yugen, Buzan, le Serpent géant ! Comment Kiichi va t-il réagir aux révélations qui lui seront faites durant ce combat ?

Mmmmm... Sceptique, c'est le premier mot qui vous viendra à l'esprit lorsque vous finirez ce trente-quatrième tome de Free Fight - New Tough. Si vous avez suivi la série jusque là, c'est que vous êtes fans mais force est de constater que depuis un ou deux tomes, la qualité baisse à une vitesse effrayante. Les combats contre les cardinaux sont expédiés assez rapidement (presque d'une pierre deux coups...) et on a du mal à voir en eux les adversaires épiques qui nous avaient été présentés. Alors oui, il faut bien que Kiichi monte en puissance mais il faudrait voir à ne pas abuser non plus puisque ça en devient risible. La "révélation" du tome vient discréditer encore un peu plus l'auteur puisque l'on apprend *roulements de tambour* qui est le père de Kiichi. Comment ? On me dit dans l'oreillette que c'est genre la troisième fois ? Meuh nan c'est pas possible ! Mais pourtant si. Il faut croire que Tetsuya Saruwatari est vraiment hésitant sur la question ou alors il nous prend pour des triples buses ! 

Vous l'aurez compris, ce tome de Free Fight n'est pas des plus mémorables. On se dirige doucement et d'une façon peu motivante vers un final qui, espérons-le, ne sera pas bâclé. Quoi qu'il en soit, pour le moment, on y croit à peine.. 

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

4 commentaires

  • Anonyme

    13/08/2008 à 16h27

    Répondre

    Je m'y  prend un peu tard pour donner mon avi  vu que le série compte déjas  7 tomes. Enfin pour faire simple je trouve le mangas sublime et apprécie beaucoup les personnages uniques dans leur style. Pour ce qui est du scénario j'ai eu du mal a m'attacher a la cause de "kibo" n'ayant pas lu "TOUGH". Je conseille tous de meme ce mangas a tous les fans de combats de musclores qui ne sont pas tant iréaliste (juste se qu'il faut ^^). Et je tien a préciser que par la suite le milieu du "dark fight" est abandonné bien que l'"hyper battel" et ses éliminatoires ne sont pas mieux pour notre plus grand bonheur!

  • Anonyme

    27/11/2008 à 15h37

    Répondre

    La morale n'a que faire de free fight? Doit-on comprendre qu'elle n'y est pas présente? Moi c'est au contraire cette morale martiale qui me charme dans ce manga. La bonté et la maturité dont font preuve Kiichi dans un esprit si "art martialesque" (ou chevaleresque si vous préférez) contrastent totalement avec les à priori qu'on pourrait avoir sur la bd (moi je pensais qu'il s'agissait d'un manga à la "coq de combat" qui surfait sur la mode mma-ufc).


     Contrairement à de nombreux avis, le héros ne me semble pas vide dut tout d'intêret, simplement car il est tout le contraire de la brute qu'il semble être sur la couverture. Il incarnune espèce de budoka idéal à lui tout seul, de par son éthique et son esprit.




     

  • Canette Ultra

    26/02/2013 à 11h02

    Répondre

    Kiichi ! Je suis ton père !
    Encore ?

  • OuRs256

    26/02/2013 à 18h03

    Répondre

    Canette Ultra a dit :
    Kiichi ! Je suis ton père !
    Encore ?


    Yep, ça commence à faire beaucoup

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques