4.5/10

G. Gokudo Girl

Je n'ai aucune idée de ce que signifie Gokudo mais cela ne doit pas être bien gratifiant pour la simple et bonne raison que G. Gokudo Girl raconte l'histoire d'une lycéenne qui veut devenir yakusa en reformant le clan de son défunt père. Ils en font des choses ces lycéens au Japon, c'est impressionnant. Bref, tout ça pour dire qu'elle se faisait maltraiter sans raisons apparentes par ses petits camarades alors qu'elle peut les mettre au tapis en un rien de temps vu ses qualités de karatéka. Telle est l'approche ô combien originale et stupide du scénariste Buronson, célèbre pour avoir créé Ken le Survivant (t'as rien vu mais j'ai touché tes points vitaux et crèveras dans 11 secondes 84 centièmes dans une horrible gerbe de sang). Tout ça pour dire qu'au bout de quatre pages on ne voit plus le lycée ni ses élèves et que cette introduction ne servait à rien, si ce n'est à compliquer les choses, un peu comme le reste du manga.

G Gokudo Girl
G Gokudo Girl
Du haut de ses jeunes printemps, la jolie Gokudo girl s'en va se balader dans les quartiers louches de Tokyo en quête des anciens disciples de son père et en particulier d'un orque, vous savez celui qui s'appelle Willie et qui amuse les enfants. Ah non, on me signale que l'orque en question est un vilain pas si méchant que ça qui se bat comme un psychopathe. Comme la future yakusa est une gentille, son équipe le sera aussi. En revanche, les autres gangs le seront beaucoup moins. Et tout ce petit monde fait des trucs de yakusa parce que c'est leur boulot.

Le problème de cette série est qu'on n'a absolument rien à faire de ce qui pourrait leur arriver. Aucune situation n'accroche et il pourrait bien y avoir l'explosion d'une bombe nucléaire qu'on ne froncerait même pas le moindre sourcil. Sans être vraiment mauvais, c'est d'une platitude assez navrante et les personnages pourraient faire le contraire de leurs actions qu'on en tirerait le même résultat. Le principal problème provient du fait de vouloir mêler au sein d'un même manga réalisme, violence et humour. Gokudo girl est sérieux par son ton mais a beaucoup trop tendance à se tourner vers du comique raté. Difficile de mettre ensemble des yakusas qui se tapent dessus et une situation supposée drôle. Le scénariste passe de tout à n'importe quoi et l'on se désintéresse particulièrement vite des histoires de yakusa afin de regarder à travers la fenêtre le pigeon qui tourne en rond depuis une demi-heure. On en oublie au final les noms des personnages, leurs aspirations et même leurs actions. C'est assez embêtant, en particulier pour un manga dont la finalité est de lire la suite.
Dommage de roupiller devant cette oeuvre puisque son niveau est graphique est plus agréable. Le dessin de Hara Hidenori se rapproche de ce qui se faisait dans les années 80 pour un rendu final assez intéressant. A ce niveau, les personnages principaux sont charismatiques et mériteraient d'être mieux traités.

G. Gokudo girl ne passionne pas, ne divertit pas, ne repousse même pas, il ennuie. On tourne les pages sans envie, voyant se succéder des situations dont on connaît déjà le dénouement et dont on oublie tout la seconde après. Heureusement que le manga est court et qu'il compte seulement 5 tomes.

A découvrir

FLCL - Fuli Culi

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    14/10/2007 à 02h24

    Répondre

    tu exagère un peu XD!!! je vien de finir le premier tome, et c' est quand meme bien!! c' est sur c pas du Berserk mais bon....le concept reste du rarement vu dans un manga et puis les scene de combat son chouette.plus le style retro des dessin rajoutte une goutte d' originalité je trouve!! Bref je veux bien voir la suite!

  • Anonyme

    18/09/2010 à 21h00

    Répondre

    gokudo c 'est un nom pour les yakusa je crois!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques