7.5/10

Gamaran T.1


Que c'est moche !
À l'ère Edo, le fief Unabara est connu pour être l'antre des combattants les plus belliqueux, et est surnommé le « Nid aux Démons ». Une impitoyable compétition est organisée par le seigneur, désireux de savoir quel style de combat est le plus fort. La récompense ? La gloire de son titre et le droit d'hériter de ses territoires. C'est ainsi que chacun des 31 fils dudit seigneur, devra présenter lors de la compétition, un maître d'art martiaux. Dans ce but, Naoyoshi, le 28e fils du seigneur (c'est un bâtard donc un peu le vilain petit canard dans l'histoire), va partir à la recherche de celui qui pourrait faire en sorte de ne plus rester dans l'ombre. Alors qu'il pensait trouver le maître de l'école Ôgame, il fait la rencontre de Gama. Notre héros n'a que 14 ans mais il est déjà le digne représentant de son père, disparu depuis plusieurs mois. Seul, il va affronter les plus puissants combattants venus de tous les styles du pays.

Kana continue avec ses acquisitions shônen cette année avec Gamaran, série en cours au Japon avec 17 volumes à son actif (oui, déjà). Après l'arrivée des excellents Ratman et Zettai Karen Children (que je continuerai à vous conseiller jusqu'à ma mort) et le moyen Buster Keel!, que faire de ce nouveau titre ? Eh bien, pour commencer, je serais tenté de dire que la couverture hideuse de ce premier volume ne fait pas du tout honneur à ce qui se cache à l'intérieur. Un peu à l'instar de Zettai Karen Children, une fois qu'on l'a ouvert et qu'on a commencé à s'y intéresser, on se rend compte immédiatement qu'on est devant un manga de qualité. Même s'il peut surprendre par son graphisme qui fait un peu rondelet par moment (je me suis demandé pourquoi d'ailleurs), Gamaran a tout pour faire accrocher le lecteur. Le personnage principal apparaît d'abord comme une sorte de petit prétentieux au-dessus de tout le monde, mais il se révèle bien plus mature qu'à la surface. On voit vite que Gama est un jeune garçon qui s'entraîne dur et qui utilise son cerveau quand il combat (oui, uniquement quand il combat) contre des adversaires sérieux. Il sait faire preuve d'opportunisme, de stratégie et ce, malgré son jeune âge. Aucun doute là-dessus, les personnages sont très réussis. L'auteur se paye même le luxe de nous mettre un peu de background sur Naoyoshi, deuxième personnage principal (même s'il est plus secondaire que principal mais passons) et nous le rendre un peu plus attrayant. Autre point très très positif : on rentre directement dans le vif du sujet. Il semblerait que Gama possède déjà tout l'entraînement nécessaire et la compétition commence aussi sec et prend tout de suite une tournure critique pour notre héros, de quoi nous donner envie d'aller chercher le volume 2 dès sa sortie.

Vous l'aurez compris, Gamaran est un bon petit shônen qui reste dans les codes mais qui sait en sortir assez pour que l'on ait quelque chose d'agréable et d'original. L'idée d'opposer des styles n'est pas nouvelle mais la forme du tournoi s'avère assez novatrice pour stimuler l'intérêt du lecteur et surtout pour ne pas qu'il se dise qu'il a face à lui un autre "manga de samuraï"... Quand on voit la fin du premier volume, une seule question nous vient à l'esprit : Pourquoi Kana n'a pas sorti les deux premiers volumes d'un coup comme ils ont l'habitude de faire ? Qu'à cela ne tienne, la suite sort le mois prochain !

A découvrir

Clannad T.1

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Anonyme

    28/12/2014 à 15h16

    Répondre

    gamaran est un manga plutot bon.les personnages ont beaucoup de styles (surtout gama!)mais je n'aime pas l'idee de mettre un tournoi au debut du manga mais niveau graphisme,on est servi !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques