7.5/10

Gantz - le manga

Un bon seinen pop-corn. A lire sans modération

Le premier sentiment après avoir lu un volume de Gantz se traduit tout bonnement par une réaction simple : HEIN ! C'EST QUOI CE TRUC LA ? Véritable ovni débarqué tout droit de l'imagination un tant soit peu déjantée de Hiroya Oku, le manga fait appel à un ensemble de procédés inusités jusqu'alors dans le domaine du manga. Comme l'annonce la jaquette déjà très particulière, il y a de quoi être déboussolé par le scénario et par le style graphique d'une oeuvre extrêmement complexe à résumer à cause de la création d'un nouvel univers qui annule toutes les règles et autres interdits que nous connaissons.

Seconde chance

Gantz
Gantz
C'est un jour banal pour Keï Kurono, élève de première et individu égoïste aux délires lubriques. Pendant qu'il attend son métro quotidien le ramenant chez lui, tout va pour le mieux. Rien ne le prédestine à ce qu'il va vivre et pourtant une seule décision va changer son avenir, tout ça à cause de LUI... Masaru Kato, ancien camarade de classe de Keï au comportement radicalement différent, pris d'une soudaine pulsion courageuse après avoir sauvé un clodo effondré sur les rails et qui l'appelle à la rescousse. Quelques secondes de plus et rien ne se serait passé... mais le train arrive et entraîne irrémédiablement le drame aux yeux des autres personnes sur le quai sauf (car il y a toujours un sauf dans ce cas-là) que les corps, censés être déchiquetés, ne sont pas retrouvés.

Au même instant dans un appartement de Tokyo, un groupe de personnes est dans l'expectative. Censées être mortes, elles peuvent pourtant se toucher et communiquer comme si elles étaient vivantes. Regroupés dans une salle fermée à double tour autour d'une étrange boule noire qui se révèle porter le nom de Gantz, les "fantômes" sont aussi prisonniers de leurs interrogations. Comment sommes-nous arrivés ici ? Sommes-nous morts ou vivants ? Que devons-nous faire pour sortir ? C'est une émission de télé réalité ? Elle est où la caméra ?

Autant de questions existentielles qui restent sans réponse jusqu'au moment où apparaissent Keï et Masaru nullement égratignés par leur accident et qui débarquent sans en savoir plus. Bien vite, les héros se rendent compte que Gantz n'est pas sectaire dans ses choix et que tous les types d'individus sont touchés par le phénomène (bosozokus, professeur, militaire, fillette, chien) ainsi qu'une fille au charme débordant dont Keï tombe instinctivement amoureux.

Après de brèves explications qui laissent plus de nouvelles questions en suspens qu'elles n'apportent de réponses convaincantes, Gantz entre en scène en assignant au groupe une mission farfelue au premier abord. Les arrivants devront agir sous la forme d'une équipe, voire d'un gang possédant des armes ultra sophistiquées (mais tout aussi farfelues que la mission) et des combinaisons moulantes que les héros de comics américains n'auraient pas dénigré porter dans le but d'éliminer de redoutable adversaires inhumains.

Oui cher krinionaute, j'ai eu la même réaction que toi en voyant ceci et je te renvoie à ma toute première interrogation pour l'expliquer mais quelques pages plus loin, la quête prend de l'ampleur et le scénario nous fait rentrer dans le petit monde (si particulier) des horreurs de Gantz. Une vision alternative à la vision humaine... pour ainsi dire, fini de rire, bienvenue dans un monde où tous les repères volent en éclat et où seul vaincre compte... être vaincu n'entrant même pas en considération !

Un cocktail de paranoïa et d'horreur

A la vue du résumé du scénario, on pourrait penser qu'une ambiance no future domine mais ce n'est absolument pas le cas car le combat pour la seconde chance offerte aux « morts » est prenant aux tripes dès le début et c'est bien vivant qu'ils vont partir affronter ensemble des monstruosités en tout genre afin de retrouver leur quotidien perdu. Qualifier cette série d'un genre précis est difficile car c'est un mélange hétéroclite de film d'horreur de série Z, de télé réalité, de jeu de rôle mais aussi inspiré de Sixième Sens. Un mélange qui donne un ovni loin d'être déplaisant, sans doute dû à son particularisme qui nous plonge dans une situation inédite où l'on apprend tout le toutim d'une mission, ses contrariétés et ses dangers en même temps que les personnages. La réalité alternative dans laquelle se trouvent plongés les personnages ne va pas cesser de surprendre en amenant toujours de nouveaux points à explorer, en bluffant à chaque fois nos attentes.

En lançant un tel pavé dans la mare, Hiroya Oku affichait de grandes ambitions et pour cela s'entourer de personnages démentiellement charismatiques n'aurait pas été de trop mais au lieu de choisir cette option le mangaka a préféré introduire des individus normaux. A-t-il gagné au change ? Pas forcément car si on voit arriver de loin un développement de Keï en héros individualiste à un rôle beaucoup plus important, les autres personnages sont trop « normaux » et n'atteignent pas des sommets en restant trop carrés comme s'ils étaient un peu stéréotypés : Masaru en brave type, la fille charmante mais pas toujours très futée (côté fan service on est servi), les bosozokus qui agissent sans réfléchir, le chien glandeur à souhait... Au moins, Oku a le mérite d'explorer tous les types de personnages existant dans la société japonaise en ne cessant de faire intervenir de nouveaux personnages à chaque nouvelle mission. Par ailleurs, un triangle amoureux va se mettre en place avec les trois personnages principaux mais qui reste encore peu développé jusqu'ici. Par contre, l'impression que l'auteur utilise toutes les recettes déjà utilisés pour rentrer dans l'horreur devient facilment perceptible jusqu'à manquer parfois cruellement d'originalité : extra-terrestres, dinosaures, vampires... bref, l'ensemble des éléments-clés du genre fantastique sauce Oku.

Le style graphique de l'auteur est aussi très intrigant avec un design réalisé à l'ordinateur pour les représentations 3D car en effet seul le remplissage est effectué à la main. La démarche particulière de l'auteur est quand même adaptée à l'oeuvre mais sa propreté impeccable laisse perplexe. Aux questions des personnages, on pourrait se poser les nôtres : peut-on parler encore de dessin pour ce manga ? Le tout donne un ensemble particulièrement bien découpé, sans faute de proportions mais sans émotion. Le style ne plaira pas à tout le monde mais personnellement ça ne m'a pas trop gêné.

Gantz reste un manga appréciable avec un contenu qui ne demande qu'à se développer s'il parvient à éviter l'écueil de la surenchère. On n'attend que la suite de l'oeuvre pour apprécier à sa juste valeur l'intrigue car après cinq volumes (et un anime dont les premiers épisodes commencent à filtrer) rien n'est encore fixé. Prudence et gardons un oeil sur cette série surprenante qui s'est même décliné en anime.


NB : A voir aussi Gantz Manual, un guide book donnant des réponses et encore plus de questions sur l'univers de Gantz (la première saison de l'animation et les quinze premiers volumes du manga). A travers un manga qui n'en est pas un, le fan (et uniquement le fan) trouveront son bonheur à travers des récapitulatifs des grands moments de l'histoire, des fiches de présentation des personnages et tout ce qui fait le charme de Gantz. Les interviews restant sûrement les points les plus intéressants à lire.

A propos de l'auteur

25 commentaires

  • kou4k

    14/12/2004 à 21h31

    Répondre

    GANTZ:
    violent, sanglant, gore, parfois sexuel...choquant meme, a certains moments...
    mais ca ne surprend pas autant que la situation des personnages dont on ne sait rien meme apres le tome 6...eux non-plus d'ailleurs.
    bombardés devant des créatures issues de l'imagination de je-ne-sais-qui ou de la mythologie ect... qui sont considérées commes des extraterrestres a abattre...
    ... mais les personnages n'ont rien demandé eux! veulent pas mourir, sont deja mort! .
    et c'est là que ce manga fait mouche, bien qu'ultra-violent, le monde de gantz est sans pitié et on ne sait jamais qui va survivre ou mourir, réaliste aussi dans la psychologie des personnages(ya des imbeciles aussi ^^).
    remarque, ils sont tous dans gantz suite a leur mort imminente.
    une série étrange...mais captivante et avec un suspense rarement aussi développé.
    les dessins sont précis, voire trop précis... mais ca ne m'a pas choqué non plus outre-mesure, et ca m'a meme plu car ca participe au réalisme général.
    l'action est bien dosée, le plaisir est là!
    un bon manga mais a deconseiller aux ames sensibles.

  • gecko

    31/12/2004 à 12h15

    Répondre

    Que dire de Gantz ?
    Après avoir lu les 15 premiers livres, je suis assez perplexe...
    Passons sur la violence, on aime ou on aime pas. De toute manière si vous n'aimez pas voir des bouts de corps gicler... passez votre chemin. Ces scènes sont malgré tout assez "propres" : les découpes sont chirurgicales !

    Le dessin est très beau, plutôt fouillé... un peu froid peu être, mais c'est toujours mieux que certains gribouillis que l'on peut voir parfois. On remarquera que l'auteur aime beaucoup dessiner les jeunes filles à moitié ou totalement nu (on s'en rend compte dès le 1er épisode de toute manière...). Il est plutôt doué pour les proportions.

    C'est au niveau de l'histoire que c'est assez curieux : le thème, développé dans la critique ci dessus, est très curieux. Les missions qui sont proposées aux "héros" sont encore plus curieuses... et ceux-ci sont par contre assez stéréotypés.
    Le héro principal est un peu rebel... clairement mal dans sa peau, et le manga développe en profondeur ce personnage tout au long de l'histoire. Par contre autour de lui, c'est assez difficile de voir les personnages évoluer sachant ... qu'en général il ne leur reste pas longtemps à vivre !
    C'est à se demander si le mangaka ne s'est pas rendu compte que ses perso étaient pas vraiment très bons... et qu'il a tenté de remédier à ce problème de manière violente (c'est le bon terme pour ce manga !). On a un peu l'impression que l'histoire commence réellement aux alentours des livres 11/12.

    En clair... c'est agréable à lire, mais il est difficile de dire si le scénario va enfin devenir un peu plus fouillé. Si ce n'est pas le cas, Gantz restera une curieuse série de One Shot.

    Pour l'animé, je n'ai vu que le 1er épisode : copie conforme du manga, bien dessiné, bien animé... mais les couleurs sont ternes... c'est très froid tout cela, je continue sur le manga !

    G.

  • Djak

    01/01/2005 à 02h15

    Répondre

    En parlant de Gantz, le volume 10 sort en février si je ne m'abuse et cloturera le premier cycle. Sinon, au Japon un guide book vient de sortir en même temps que le volume 15. Enfin un jeu video produit par konami verra le joue sur PS2 avant juin 2005.

  • gecko

    02/01/2005 à 18h02

    Répondre

    Djak a dit :
    En parlant de Gantz, le volume 10 sort en février si je ne m'abuse et cloturera le premier cycle.


    Ouep, cela permettrait de confirmer mon impression quant à l'apparition d'une nouvelle histoire après le livre 10.

    Merci pour ces infos Djak
    (et au passage merci pour ces critiques, je ne connais pas le site depuis longtemps, mais je le trouve très bien foutu )

    G.

  • Djak

    02/01/2005 à 18h33

    Répondre

    merci pour ce compliment , ça fait super plaisir. Bienvenu à toi.

  • kou4k

    30/01/2005 à 22h19

    Répondre

    j'ai vu quelques episodes de l'anime.... bheuark!!
    bien dessiné et bien animé...OK!
    mais le coté sombre et morbide qui prend aux tripes a disparu et l'action perd en beauté.
    ininterressant et finalement censuré meme dans la version non-censurée...
    en gros l'anime a été fait pour un plus grand public, voire les plus jeunes .......pas une tres bonne idee a mon gout.
    je reste aussi sur le manga

  • Choucroot

    30/01/2005 à 22h27

    Répondre

    kou4k a dit :

    ininterressant et finalement censuré meme dans la version non-censurée...
    en gros l'anime a été fait pour un plus grand public, voire les plus jeunes ...

    Je n' ai pas lu le manga, mais de la a dire que c' est fait pour les plus jeunes... me dis pas que la version non sensurée est pour les gosses, faut arreter ! y' a toujours moyende faire plus gore - et les japonnais en connaissent un rayon - mais je trouve la version non sensurée bien assez gore comme ca.
    Et puis en passant, apres m' être forcé a regarder les 5 premiers épisodes de l' anime, je trouve toujours ca aussi ininterressant/laid/absurde...
    Je suppose que trouver ca absurde est.. heu.. absurde, mais reste que je n' arrive pas a rentrer dans l' intrigue, je n' aime pas les personnages, je n' aime pas le graphisme, je n' aime pas l' animation. Ouai en fait dans ce que j' ai vu, j' aime rien.
    Je me tapperai le reste dans ma prochaine crise d' otisme, histoire de comprendre un peu, mais la, peut pas

  • yanno

    22/02/2005 à 23h39

    Répondre

    kou4k a dit :
    j
    ininterressant et finalement censuré meme dans la version non-censurée...
    en gros l'anime a été fait pour un plus grand public, voire les plus jeunes .......pas une tres bonne idee a mon gout.
    je reste aussi sur le manga

    la version non censuré de l'anime reprend exactement les même scène que le manga pas + de gore pas moins, jusqu'a la fin de la mission des statues ou là l'anime dévie complètement du chemin emprunter par le manga ,et c'est bien dommage.car le manga devien de plus en plus intéressant au fil des volumes. Ce manga prend vraiment au tripes , des lors que tu t'attache un peu au personnage tu n'en fini pas de flipper pour eux ,surtout que l'auteur n'hésite pas a les faire mourir même les plus charismatique

    il fait mourir kato 2e pers principal au bout du 8e volume ,la petite ami du héro meur elle deux volume après qu'on l'est rencontré ,bon on apprend quand même qu'il sera possible de les ressuciter une fois les cens point acqui )

  • shoGUN_assassin

    25/07/2006 à 22h42

    Répondre

    j'ai pas lus le manga , mais j'ai matté les 18 epsds de la serie pour l'intant bah que dire de ce truk, j'ai aimé ; mais j'ai pas mal de reserve pour ce titre;certe c'est tres violent mais ca ne suffit pas a faire un chef d'oeuvre et aux dire de ceux ki on lus le manga l'auteur n'aporte pas de reponce aux innombrabe questions et problemes dont il a posé les bases beaucoups trop de violence gratuite a mon gout( massacre de 2 clochards a coup de bats ) je ne sais pas si il y a cette scene est dans le manga mais ca n'a servi a rien dans l'anime de rependre de la cervelle pour le plaisir les extraterrestres sont bidons( l'homme poireau, les statuts , l'homme oiseaux dans les robots)pffffff!!de quel planete viennent t'ils? et dans quel but? car dans le quotidient des protagonistes ont en parle jamais au JT aucune agression contre les humains,bizarre!!!! peut etre dans le manga il y en a; si oui faite le moi savoir . apart nos trois (anti)heros les autre perso son ridicule, trop caricatural .loooool l'auteur ecris son manga, mais je pense qu'il ne sais pas ou il va .peut etre que je me trompe. mais bon!!! c'est sûre je vais acheté le manga, après 15 tomes pas de reponce non mais... ceux ki l'on aimé assayez de me convaicre

  • Djak

    26/07/2006 à 01h55

    Répondre

    plus sa va plus le manga se bonifie, bien au dessus de l'anime je trouve. LA pahase 01 de gantz vient de se terminer au japon, on est pas pret d'en voir le bout

  • Choucroot

    07/09/2006 à 16h21

    Répondre

    Concernant l' animé:

    J' ai passé grosso modo la nuit derniere a regarder la douzaine d' épisodes qu' il me restait... Quelle perte de temps...
    La seule chose a laquelle je me racrochais était l' énormité du scenario, son concepté un peu dingue intriguant. Et jusqu' a la derniere minute, j' ai cru qu' on aurait droit a un minimum de concret, ou, au pire, une evangelionnade... mais meme pas ! Evangelion c' est du terre a terre a coté !
    Bref suis allé me coucher frustré, voir carrement enervé d' avoir foutu en l' air une nuit a regarder un enchaine de morts plus ou moin gores, de hurlements stridents, de pleures, de réaction pas crédibles pour un sous, de faux indices scenaristiques, et de dialogues débiles entre des personnages fades au possible.
    Beurk.
    Heureusement que je suis en train de découvrire le passionnant, formidable Planetes a coté !

    Apres, si le manga va plus loin que "gantz nous appel, on va tuer des streums pendant 5 épisodes, quelques épisodes de vie courante entre les deux, et hop on repart", pourquoi pas...

  • kou4k

    07/09/2006 à 18h37

    Répondre

    l'histoire est toujours brouillon, même si elle se précise petit à petit, et devient bien plus interessante par la suite(pas incluse dans l'anime, ouf!)...

    c'est surtout l'arrivée de nouveaux éléments dans, et à l'extérieur de gantz qui font que l'histore est vraiment plus interessante...
    Les personnages sont aussi bien mieux dessinés(quand même... ils ne se ressemblent même pas, tant au niveau physique que moral...) et développés.

    Mais surtout, l'histoire s'améliore dans le manga au lieu de couler dans l'anime...


    l'arrivée du frère de Kei, parmis les "Vampires", personnes possédant des capacités physiques équivalentes aux combinaisons gràce à des nanobots et voulant tuer les participants de gantz, Taé, qui va changer radicalement Kei, Izumi, son taré de "concurrent" ayant déjà atteint les 100 points, Les étranges demandes de Gantz, le menu des "100 points", reika ,...

    Autant d'éléments qui font que l'ambiance du manga est radicalement différente de l'anime, plus adapté à un large publique et bien moins noir et réaliste, à mon goût.
    Essaye, et tu verras la différence ^^.

  • juro

    18/10/2006 à 17h04

    Répondre

    Petit rajout pour parler du guide book

  • kou4k

    19/10/2006 à 17h20

    Répondre

    un résumé avec des images et des imformations que l'on sait déjà, et un système d'evaluation des personnages pas vraiment intéressant...

    décu...
    heureusement que je l'ai lu en entier chez mon libraire sans lacher 8 euros

  • juro

    19/10/2006 à 17h38

    Répondre

    On est bien d'accord : à réserver aux GROS fans !

  • kou4k

    05/12/2006 à 19h57

    Répondre

    Fini le Tome 17, et c'est horrible... cruel... inhumain...
    finir chaque chaque tome est un moment de douleur atroce.


    ...Gnnnnn trouver quelque chose à faire pendant 3 mois gnnnn


    Plus on avance dans l'histoire, plus ca dérape, plus Gantz prend de l'ampleur et déborde sur la réalité.
    Tout ça sans perdre le rythme ni l'attachement aux personnages.

    Certains peuvent être dérangés par les informations au compte-goutte sur Gantz.
    Moi ca passe, vu que la vie privée des personnages est travaillée et prend vraiment aux trippes.
    Avec l'arrivée de toutes ces nouveautés et l'imagination débordante d'Hiroya Oku(notamment pour les "martiens"... complètement barje ), j'en redemande toujours.

    C'est clairement un des meilleurs Seinens du moment pour ma part.
    Unique.

  • Anonyme

    21/10/2007 à 07h55

    Répondre

    Gantz c'est de la cruaute a tous les etages... y compris pour le lecteur... les personnages meme principaux peuvent disparaitre du jour au lendemain et reste en faite ce que le manga veut montrer.... la seule chose d'interet dans l'histoire, c'est "Gantz" et son mystere. Kurono est secondaire a cela meme si au depart le recit est base sur lui...

  • Anonyme

    26/03/2008 à 12h59

    Répondre

    Franchement Gantz c'est une bombe seinen pas vrai ?!


    Voilà ce manga est destiné à ceux qui aime ce genre de manga meme si la parution est longue c'est toujours un plaisirs de relire les précédents tomes en plus les "aliens" sont assez intéréssant


    La 2éme phase va etre terrible (elle commence a partir du tome 20-21) 

  • Anonyme

    25/04/2008 à 15h23

    Répondre

    Je viens d'enchaîner les 9 ou 10 premiers tomes, et je suis un peu perplexe.


    Au début, c'est plutôt prenant. Bon, très gore, mais c'est la loi du genre qui veut cela. Assez axé fan service, également, mais que voulez vous, ça semble être pareil dans bon nombre de seinens, je me suis résignée il y a pas mal de temps déjà. (Etant moi même une fille et pas particulièrement exitée par les grosses mamelles pendantes.)


    A défaut d'être sympatique, le personnage principal, Kei, est assez interessant, avec sa personnalité trouble. Les autres personnages sont variés et apportent un contrepoids assez efficace, avec en tête le gentil colosse Kato. (Bon, la fille à gros seins est une cruche sans nom, mais ça aussi c'est un pléonasme, donc là aussi je me suis résignée.)


    Les dessins entièrement assistés par ordinateur sont naturellement très beaux, quoiqu'un peu froids bien sur, mais se prêtent finalement bien à l'intrigue où il est quand même rassurant de pouvoir prendre un peu de recul vis à vis des personnages. Les physionnomies sont variés, en tout cas celle des hommes, parce que jamais on ne verra une fille mal gaulée (mais bon, résignation, quand tu nous tiens...).


    Mieux, seuls élements non consus par ordi, les visages sont bien différenciés, là où pas mal de dessinateurs ont deux types de personnages que l'on différencie ensuite grace à leur coupe de cheveux. Certains se paient même le luxe d'avoir vraiment l'air asiatiques, on arrête pas le progres !! (Quand à la "copine" de Kei, avez vous remarqué comme moi qu'elle ressemble étonnament à Angélina Jolie ?)


    Mais le point fort de Gantz, surtout au début, reste bel et bien son intrigue hallucinante. Découvrir les règles de ce jeu morbide est, il faut bien le dire la principale motivation du lecteur pour tourner les pages. De plus, on ne peut s'empêcher de s'attacher aux différents participants tout en sachant qu'ils peuvent vraiment mourrir à chaque instant (et ça change du shônen de base où le héros - prenons au hasard Kurosaki Ichigo - n'a de cesse de survivre à une quantité indescente de blessures mortelles).


    Pourtant, je trouve que ce point fort se change assez vite en point faible. Les tomes passent, les boucheries defilent, et le lecteur reste un peu sur sa faim.


    Personnellement, j'ai été un peu ecoeurée à la fin du combat contre les bouddhas de voir tous les personnages décimés.


    Peut être que j'abandonne trop vite, mais on finirait par se demander si tout ça n'est pas un peu gratuit. Si l'auteur ne s'est pas lancé dans son manga avec une intrigue floue qu'il pense avoir bien le temps d'ettoffer par la suite et que son vrai but est d'alligner les massacres et les filles à poil parce que c'est vendeur.


    La violence dans une oeuvre de fiction n'est pas comdanable en elle même - elle existe bien assez dans la réalité - en général, c'est précisément cette réalité qu'elle entend dénoncer. Dans Gantz, il serait facile de voir une satire particulièrement acide de la société nipponne.


    Mais est-ce vraiment le cas, ou est-ce juste un alibi que l'auteur utilise ? Je suppose que la suite nous le dira, mais comme on attendra sans doute encore beaucoup beaucoup de temps pour connaître le fin mot de cette histoire, je pense que je me serai lassée avant.


    Et puis de toute façon, j'en ai plus que mare des filles à poil...

  • Anonyme

    06/10/2008 à 19h43

    Répondre

    L'un des meilleurs mangas que j'ai lu. Si l'intrigue avance peu dans les premiers volumes, elle prend de l'ampleur pour devenir carrément énorme a partir du tome 20. Oku devient un maitre du suspense et apporte chaque fois de nouveaux éléments ( présence de plusieurs équipes, on apprend que Gantz est une organisation mondiale...)


    Ce qui accroche le plus, ce sont les personnages. Meme les plus secondaires ont un charisme et une particularité. Le sniper de la mission bouddha en est l'un des meilleurs exemples.


    Les graphismes s'améliorent également. Kato est devenu carrément imposant et son mental est plus travaillé. C'est un manga cruel certe, mais un très bon manga. L'animé est a éviter par contre.

  • Anonyme

    10/01/2010 à 16h05

    Répondre

    Quel est l'origine de ce titre étrange ? En effet il s'agii d' un mot allemand francisé qui est adverbe signifiant "tout", "tout à fait", "entièrement". Quel lien avec l'univers jponais des manga ?

  • Kil.Art

    14/02/2012 à 10h20

    Répondre

    Oeuvre tres particuliere qui durant les premiers tmes laisse penser a un manga pour adolescent en pleine crise, se découvre peu a peu un scénario noir a souhait avec une ultra violence psychologique assez rare.
    Le dessin est tres beau et les tomes s'enchainent parfaitement, tant la lecture est fluide et prenante.
    La série composé des 10 premiers tomes est un pur OVNI !http://manga.krinein.com/gantz-manga-1394/critique-1397.html

  • shushu

    08/08/2012 à 11h48

    Répondre

    Je viens d'acheter et lire le 19e tome de cette série. Je ne me vois pourtant pas aller jusque 33 ou plus.
    Est-ce qu'il existe une fin de saison dans l'un des tomes ?
    Puis-je m'arrêter au 19 (ce qui me semblerait assez bien) ?

  • OuRs256

    08/08/2012 à 12h58

    Répondre

    shushu a dit :
    Je viens d'acheter et lire le 19e tome de cette série. Je ne me vois pourtant pas aller jusque 33 ou plus.
    Est-ce qu'il existe une fin de saison dans l'un des tomes ?
    Puis-je m'arrêter au 19 (ce qui me semblerait assez bien) ?


    Il y a une "fin de saison" après l'arc Osaka donc vers le tome 26/27. Après commence la dernière partie "Katastrophe" qui est largement en dessous du reste mais la partie Osaka est vraiment bien a mon goût. La critique du tome 33 paraîtra d'ailleurs sur le site d'ici quelques la fin de semaine ^^ (la série ne devrait pas dépasser 40 tomes au final puisque le manga touche a sa fin au Japon, il devrait même se finir avant la fin d'année)

  • Loïc Massaïa

    07/11/2012 à 20h20

    Répondre

    tout a fait d'accord avec l'article. Maintenant que la plupart des intrigues ont été résolues, que le voile de mystère est lévé, l'intérêt est très très limité. La narration reste assez efficace, mais bon, moins d'enjeux, moins de plaisir...http://manga.krinein.com/-1394/gantz-t34-19595.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques