8/10

GE - Good Ending T.1


La jolie Kurokawa
Seiji Utsumi est un lycéen réservé. Il est secrètement amoureux de la capitaine du club de tennis du lycée, Shô Iketani. Mais de peur de se prendre un râteau, il se contente de la regarder de loin (et avec des jumelles, ce qui lui laisse des "marques" sur le contour des yeux qu'il essaye de cacher avec des pansements). Un jour Yuki Kurokawa, une camarade de classe, lui renvoie à la figure son attitude pathétique et sans consulter le jeune homme, décide de donner un coup de pouce au destin en le poussant à rejoindre le club de tennis. La jeune fille va continuer à conseiller Ustumi jusqu'à ce qu'il réussisse enfin à dépasser ses peurs, prendre de l'assurance et inviter celle qu'il aime à un rendez-vous.

Alors oui, malgré ce pitch qui fait très shôjo, Good Ending est un shônen ! Si si, je vous assure. D'ailleurs, on le voit très rapidement à la lecture. Même si les traits sont assez fins, les personnages n'ont pas des yeux globuleux énormes et ne pleurent pas toutes les trente secondes (quoique... Maintenant que j'y pense, Utsumi quand même pleure pas mal mais c'est peut-être juste parce que c'est une chiffe molle !). Le style de dessin n'est définitivement pas shôjo, surtout quand on voit le grand nombre de passages ecchi et fan service (même si c'est toujours bien dosé) ! Au niveau du thème par contre... La relation entre Utsumi et Kurokawa commence un peu avec du chantage mais après, ça va mieux ! Il se rend compte que tout ce qu'elle veut se l'aider mais dans quel but ? Et pourquoi lui ? Pour le moment, le lecteur n'en sait pas beaucoup plus, mais l'attitude très mystérieuse de la jeune fille donne vraiment envie d'en savoir plus. Pour le moment, Ustumi semble être au centre de l'action et je dois avouer que, comme personnage principal, il fait peut-être un peu limite. C'est assez rare d'avoir dans un shônen un héros incapable de renvoyer une simple balle de tennis. Enfin... C'est assez rare pour un être humain normal de ne pas pouvoir renvoyer une balle de tennis... Mais passons. Outre son look assez classique et son caractère de garçon qui se fait très vite des films, il possède un trait particulier qui m'a beaucoup fait rire : il s'en va en courant dès qu'il ressent une émotion forte. Certes, les personnages semblent s'y habituer au fur et à mesure des chapitres mais moi, ça m'a fait rire à chaque fois.

Good Ending commence bien, très bien même. Celle qui semble être l'héroïne se défend plutôt bien et même si le héros semble un peu faiblard, il s'améliore au fur et à mesure des chapitres. Le trait dynamique permet de bien apprécier certains mouvements... Hhum... "essentiels" à ce genre de titre. Même la fin du tome laisse présager de nombreux rebondissements pour la suite ! Il faut dire que, ces derniers temps, Kana nous sort une avalanche de bons titres (Ratman, Piece, Zettai Karen Children) que je vous conseille de ne pas louper, Good Ending en fait partie !

A découvrir

Gantz T.34

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques